Le photojournaliste mexicain Rubén Espinosa a été torturé et assassiné

Lydia Cacho avec Avaaz   

 

   20 août 2015 à 7h22 PM

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

16950_ruben_3_200x100.jpg

                                                                                                  Le photojournaliste mexicain Rubén Espinosa a été torturé et assassiné. Ce pays, pourtant une des plus anciennes démocraties d'Amérique latine est désormais l'un des endroits les plus dangereux au monde pour les journalistes. Ajoutez votre nom à une lettre ouverte exigeant la fin des violences contre les journalistes qui font leur travail! Quand nous serons assez nombreux, Avaaz la publiera en première page des principaux journaux mexicains:                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     SIgnez ici                                                                                                                                                                                          

                                         Chères amies, chers amis,
                                         On vient de retrouver le photojournaliste mexicain Rubén Espinosa, torturé et assassiné aux côtés de la militante des droits de l'homme Nadia Vera et de trois autres femmes.
Au Mexique, l'une des plus anciennes démocraties d'Amérique latine, la liberté d'expression est en danger. Rubén est le 14ème journaliste assassiné dans l'État méridional de Veracruz, dont le gouverneur, Javier Duarte, est connu pour avoir proféré des menaces à peine voilées à l'encontre des journalistes. La quasi totalité de ces crimes reste encore à élucider.
Mais cette affaire a fait descendre dans les rues des milliers de personnes et a fait boule de neige dans les médias nationaux et internationaux. Noam Chomsky, Salman Rushdie, Christiane Amanpour et des centaines de journalistes, d'écrivains et d'artistes ont signé une lettre ouverte demandant justice pour les journalistes mexicains assassinés pour avoir fait leur travail.
Cette lettre provoque déjà des remous au sein du gouvernement, mais si nous y ajoutons un million de signatures et la publions en première page des principaux journaux mexicains, nous pouvons en amplifier le message et montrer que partout dans le monde, les citoyens soutiennent le combat pour la liberté d'expression au Mexique. Signez maintenant:                                        
                                         https://secure.avaaz.org/fr/ruben_global_fr/?boywddb&v=63651
                                         Le Mexique fait désormais partie des pays les plus dangereux du monde pour les journalistes, au même titre que des endroits déchirés par la guerre comme l'Irak, l'Afghanistan et la SomalieDe plus, les attaques contre les médias ont augmenté de 80% depuis l'élection du Président Enrique Peña Nieto. Pendant plus d'une décennie, la guerre que se sont livrée les cartels pour le contrôle du lucratif commerce de drogues a plongé le Mexique dans un tourbillon de violence. De nombreux journalistes ont perdu la vie en tentant d'enquêter sur ces gangs criminels; mais selon les experts, certains de ces assassinats pourraient en réalité être liés à des enquêtes sur la corruption du monde politique. J'en ai moi-même fait l'expérience: j'ai reçu des menaces de mort du fait de mon activité de journaliste politique au Mexique. J'ai dû fuir mon pays plus d'une fois, et j'ai été torturée et incarcérée par des politiques corrompus. Au cours des dernières années, 13 autres journalistes ont été assassinés dans l'État méridional de Veracruz sous l'administration d'un gouverneur véreux, Javier Duarte. À de nombreuses reprises, il a ouvertement menacé les journalistes. Il aurait même été tellement vexé par une photo de lui peu flatteuse prise par Rubén Espinosa qu'il a été jusqu'à exiger que le magazine coupable soit retiré de la vente partout dans la capitale de l'État.
En juin, Rubén Espinosa avait confié à des collègues que des hommes portant l'uniforme des forces de sécurité gouvernementales l'avaient suivi et menacé. Il avait également déclaré qu'un membre de l'administration de l'État l'avait directement menacé en lui disant: "arrêtez de prendre des photos si vous ne voulez pas finir comme Regina", en référence à Regina Martinez, une journaliste assassinée en 2012.
Mais la mort tragique de Rubén pourrait marquer un tournant alors que, dans la ville de Mexico, des milliers de personnes se rassemblent pour lui dire adieu et demander justice. Si aujourd'hui, nous nous tenons à leurs côtés et publions cette lettre, nous montrerons aux membres du gouvernement qu'ils sont sur la sellette, que le monde entier demande que justice soit faite et que des mesures urgentes soient prises pour que cessent ces meurtres. Rejoignez cet appel pour qu'au Mexique comme ailleurs, les journalistes puissent exercer leur métier sans risquer leur vie                                         
                                         https://secure.avaaz.org/fr/ruben_global_fr/?boywddb&v=63651
                                    

                                    

À de nombreuses reprises, le mouvement Avaaz s'est mobilisé pour la liberté d'expression lorsqu'elle était menacée. Aujourd'hui, il est temps de faire entendre nos voix pour aider les courageux journalistes et militants mexicains et leur dire qu'ils ne sont pas seuls. Voilà ce que la solidarité internationale veut dire. Nous savons que ce simple geste conforte celles et ceux qui risquent leur vie et peut changer les choses du tout au tout.
À de nombreuses reprises, le mouvement Avaaz s'est mobilisé pour la liberté d'expression lorsqu'elle était menacée. Aujourd'hui, il est temps de faire entendre nos voix pour aider les courageux journalistes et militants mexicains et leur dire qu'ils ne sont pas seuls. Voilà ce que la solidarité internationale veut dire. Nous savons que ce simple geste conforte celles et ceux qui risquent leur vie et peut changer les choses du tout au tout. Ils ne nous feront pas taire.
Lydia Cacho, journaliste mexicaine et militante des droits de l'homme, avec l'équipe d'Avaaz.
PS - Si vous êtes journaliste ou écrivain, cliquez sur ce lien pour participer à cette campagne.

POUR PLUS D'INFORMATIONS:
Le photojournaliste mexicain Rubén Espinosa tué à Mexico (France 24) http://www.france24.com/fr/20150803-mexique-photojournaliste-mexicain-ruben-espinosa-tue-mexico-menace-veracruz
Mexique: rapport de Reporter sans frontières (RSF) http://fr.rsf.org/report-mexique,184.html

500 intellectuels réclament justice pour le photographe Rubén Espinosa (Le Figaro)
http://www.lefigaro.fr/culture/2015/08/18/03004-20150818ARTFIG00248-500-intellectuels-reclament-justice-pour-le-photographe-ruben-espinosa.php


Au Mexique, un gouverneur va témoigner à la suite de l’assassinat d’un journaliste (Le Monde) http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2015/08/11/mort-d-un-reporter-mexicain-un-elu-mis-en-cause-par-des-journalistes-accepte-de-temoigner_4720241_3222.html
Au Mexique, corruption contre liberté d’expression (La Croix)
http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/Au-Mexique-corruption-contre-liberte-d-expression-2015-08-06-1341937

Les journalistes mexicains en danger de mort (Arte TV) http://info.arte.tv/fr/des-journalistes-assassines-au-mexique

Le président Peña Nieto promet de renforcer la protection des journalistes (Libération) http://www.liberation.fr/monde/2015/08/20/mexique-le-president-pena-nieto-promet-de-renforcer-la-protection-des-journalistes_1366244

La journaliste Lydia Cacho quitte son pays temporairement en raison de menaces (L'Express) http://lexpansion.lexpress.fr/actualites/1/actualite-economique/mexique-la-journaliste-lydia-cacho-quitte-son-pays-temporairement-en-raison-de-menaces_1146953.html#m4BmzgxpCKRlbEkP.99
Au Président Peña Nieto: ouvrez une enquête sur les meurtres de journalistes et mettez en place des mesures pour protéger leur vie (PEN, en anglais) http://www.pen.org/blog/president-pe%C3%B1a-nieto-investigate-murders-journalists-mexico-and-establish-mechanisms-protect

                                     8379053850.gif                                                                                       


Avaaz est un réseau citoyen mondial de 41 millions de membres qui mène des campagnes visant à ce que les opinions et les valeurs des peuples influent sur les décisions mondiales. ("Avaaz" signifie "voix" dans de nombreuses langues). Nos membres sont issus de tous les pays du monde; notre équipe est répartie sur 18 pays et 6 continents et travaille dans 17 langues. Pour découvrir certaines de nos plus grandes campagnes, cliquez ici ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter. Vous êtes devenu(e) un membre du mouvement Avaaz et avez commencé à recevoir ces messages après avoir signé la campagne "Community Petitions Site" le 2012-05-14 à partir de l'adresse suivante: atouttalabard@yahoo.fr.
Afin de vous assurer que vous continuerez à recevoir les messages d'Avaaz dans le futur, merci d'ajouter avaaz@avaaz.org à votre carnet d'adresse. Afin de modifier votre adresse de réception, la langue dans laquelle vous recevez nos messages ou d'autres informations personnelles, n'hésitez pas à nous contacter, ou rendez vous simplement à cette adresse afin de vous désinscrire.

Pour contacter Avaaz, merci de ne pas répondre à cet e-mail. Écrivez-nous plutôt en utilisant le formulaire suivant: http://www.avaaz.org/fr/contact, ou appelez-nous au +1-888-922-8229 (États-Unis).                

           

  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.