Linden Blossom : METAMORPHOSISA

Sous ton regard d’azur le désespoir du peintre se prend à espérer Le royal partage des choses indéflorées

METAMORPHOSISA

Mes pieds, frémissante et nue,TOI, fleur d’étoiles, babilles.

De l’archipel sonore du dedans s’envole,

En cascades votives

Un friselis bleuté où dorment d’antiques stèles…

Dans ton paradis, le SENS est Aventure des sens.

Il est tout ce qui bruit, tout ce qui vibre.Il vit sur l’arrête du vertige.

Il est tout ce qui.Entre lumière et clair-obscur prends la parole.

Il est l’entre-deux miracle du réel et du merveilleux.

Entre ombre et pénombre, rencontre du savoir…

Il est roses d’outremer, merises et brimbelles qui,

A l’oreille du crépuscule parlent en parfums.

Il est mémoire en guirlandes de hasards,

Il est le temps en cage,

Entre mémoire et sensations ton vouloir

Est encore résille de verre…

Tes pas sont baisers que charmes et alisiers

Pieusement s’entre-donnent.Sous tes doigts, élytres de l’être-là,

L’angélique soyeusement frissonne.Et le chardon jaloux,

De l’écume de tes rêves adoucit son métal.

Sous ton regard d’azur le désespoir du peintre se prend à espérer

Le royal partage des choses indéflorées

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.