LINDEN BLOSSOM : HUAWEI moi non plus !

L’algorithme ne réussira pas à reproduire le cerveau humain, car il est programmé par le mental, aussi brillant soit il ! Or, le cerveau est « Plus que le cerveau. »

HUAWEI moi non plus !

L’algorithme ne réussira pas à reproduire le cerveau humain,
car il est programmé par le mental, aussi brillant soit il !
Or, le cerveau est « Plus que le cerveau. »
car des facultés particulières de la psyché font qu’elle n’est pas
réduite à l’espace temps.( C.G.Jung)
Le monde de l’ésotérisme fourmille d’exemples.
A l’examen, malgré une puissance de calcul inimaginable et
des performances inespérées l’ordinateur est encore très loin
de rivaliser avec le cerveau humain.
On met tous les ingrédients dans l’éprouvette et.. La VIE n se
fait pas !
Pourquoi ? Parce que les ingrédients sont le résultat de
postulats créés par l’intelligence scientifique. Or cette
intelligence est analytique. C’est le mental ou CAC
(J.J. Charbonnier). Et ce mental n’est que la partie visible de
l’iceberg ou conscience. Comme nous le savons, la conscience
règne mais ne gouverne pas. Alors qui gouverne ?
L’inconscient ou CIE.( conscience intuitive extraneuronale)
et cette CIE n’est pas dans la matière. Elle est invisible !
C’est une énergie. Et la science ne pourra jamais l’attraper.
Elle est hors champ ! Dans un autre espace-temps !
En suspension… Partout.C’est sa force. Car l’algorythme est
allergique au « microscopique »…
C’est ici que l’Énergie libre de Nikola Tesla se dévoile.
Elle ne se voit pas, elle se sent.
Tout autre est de saisir des concepts, bien définis et de les
enchainer avec rigueur afin de parvenir à des synthèses
souvent éloignées de la simplicité naturelle.
4
Tout autre est la démarche de l’Alchimie et le secret hermétique
ne se rencontre pas au terme d’une série d’équations, de
raisonnement logique.
Pour atteindre un niveau de conscience supérieure
(Méditation Transcendantale) il faut précisément sortir du
mental. Et là, c’est une potentialité des plus aléatoires !
Or l’algorythme de l’aléatoire n’existe pas. Sa problématique est
opposée au principe même de l‘algorythme :
Tout d’abord, le caractère mouvant du flux de conscience
et la vie subjective avec la richesse infinie de ses états sont de
natures antinomiques avec la science : ils sont irréproductibles
(chaque sensation, chaque perception ou émotion etc… Est
toujours perçue comme une première fois.
Par ailleurs, l’ordinateur n’a ni cœur ni souvenirs, ni modèles
prédictifs, ni valeurs morales (pour lui il n’y a aucune différence
au niveau biologique entre un cerveau qui émet une idée vraie
et une idée fausse) et si on programme un état de conscience
« x » avec un ordinateur relié au monde et un déconnecté, le
résultat est identique.(A.C.Comte Sponville et J.Têtard)
La liste de tous les états d’âme ou troubles psychologiques
divers (pathologies ou troubles de la perception (dérèglement
de tous les sens rimbaldien chez les drogués (Ahayahuasca)
ou états de conscience relevant des mystiques et du monde
ésotérique) est longue…
Or, ce dérèglement de tous les sens obéit à une logique fondée
sur une science des correspondances, langage réductible en
partie seulement, à une traduction rationnelle, puisque les
manipulations matérielles qu’il désigne ne peuvent devenir
opérationnelles que si elles correspondent aux étapes
initiatiques de l’adepte.
Comme l’avait bien vu Karl Marx :
« Toute la science serait superflue si l’APPARENCE et
l’ESSENCE DES CHOSES COÏNCIDAIENT DIRECTEMENT».
5
C’est l’expérience que j’ai vécue à Ravello. Qui est un état
modifié de conscience (peut rappeler le fameux « trouble sur
l’Acropole » de Freud).
J’écrivis :
« Où vogue éclose,
La pure Essence de chaque chose
Les fleurs, la mer, le ciel,
Tout psalmodiait l’espoir d’un « Éternel Instant »
Ignorant que là, R.Wagner avait expérimenté ce même état lors
qu’il composait son Opéra testament « PARSIFAL » :
« Comment expliquez vous que j’ai parcouru autant d’espace
en zéro temps ? »
Le sage lui répond : « Mon fils, ici c’est le lieu où l’espace et le
temps se croisent. C’est le lieu de l’Éternel Instant » !
Voilà un exemple de la synchronicité de C.G.Jung.
« La physique a poussé très loin ce constat en cherchant à tout
mathématiser. Ainsi la relativité a éliminé l’idée newtonienne
d’un espace et d’un temps absolus, la mécanique quantique a
bouleversé la conception de la causalité, et le chaos élimine la
conviction d’une prédictabilité déterministe chère à Laplace.
Avec la relativité générale qui interprète la gravitation non plus
comme une force mais comme une manifestation de la
courbure de l’espace, ou de l’espace-temps, notre conception
de l’univers a été transformée. Cette courbure, induite par la
distribution de matière et d’énergie, n’a d’ailleurs rien à voir
avec la notion intuitive de « bord », car l’univers n’a pas de
bord. Et pourtant il est en expansion et il est fini. C’est
incompréhensible mais c’est ainsi ».
6
Concernant la mécanique quantique avec le principe
d’incertitude d’Heisenberg on doit renoncer à prédire avec
précision ce qui se produit dans une situation donnée.
On ne peut prédire que la probabilité d’un événement, car il est
impossible de connaître simultanément la vitesse et la position
d’un électron.
Quand au chaos (désordres de l’atmosphère, ou intermittences
du cœur style « Je t’aime moi non plus ») il est présent partout !
Personne ne comprend plus rien.
Là, nous prenons la mesure des « Continents de l’ignorance »
d’après S. Firestein.
Poursuivons :
« Si vous admettez simplement que la nature peut se conduire
ainsi, vous trouverez qu’elle est une chose merveilleuse !
Mais ne vous demandez pas : » Comment peut-il en être
ainsi ? » Parce que vous vous engagerez dans une allée
sombre dont personne n’est revenu.» ( R.Feynman.)
Reprenons.
La première partie de cette réflexion résonne comme :
« Non ire : fac venire » de St Augustin, correspondant à un état
de conscience modifié tel que l’Essence et l’Apparence sont
fondus l’un dans l’autre.
C’est l’état des enfants, des poètes et drogués… Donc des
« fous ».
Qui est en parfaite résonance avec la sagesse chinoise du Yi
King (C.G.Jung et R.Wilhem dans le mystère de la fleur d’Or »)
La deuxième partie de la réflexion porte sur le constat connu
que à chaque avancée de la science, on assiste à une
expansion des frontières de l’ignorance, l’horizon recule, et
c’est une cascade de questions qui fait la ronde autour de
nous !
7
Le cerveau humain est composé de 86 milliards de
neurones et comporte 86x10,9 neurones, interconnectés par
environ 1,5x10 ,14 synapses. Chaque synapse peut effectuer
un « calcul » une centaine de fois/sec. Ce calcul « Synaptique »
Représente l’équivalent d’une centaine d’opérations
numériques sur un ordinateur, soit ,5 x10,18 opérations/sec
pour le cerveau complet. En réalité, seule une partie des
neurones est activée à chaque instant !
Or, une carte GPU ne peut effectuer que 10,13/sec. Il en
faudrait 10 000 pour approcher la puissance du cerveau !
Là, il ya un « Hic » : le cerveau humain consomme 25 watts de
puissance. Et la carte GPU dix fois plus !
Et pour actualiser une équivalence avec le cerveau humain la
dépense énergétique ferait exploser la Planète !
Conclusion : l’électronique est un million de fois moins efficace
que la biologie et aussi sophistiquée soit elle( jeu d’échec etc).
Et même si l’efficacité des process style « Deep Learning » est
stupéfiante, nous sommes loin des utopistes de science fiction
qui donnaient corps au rêve d’une intelligence égalant le
cerveau humain !
Non seulement il est plus plastique et généraliste mais sa
« Logique » dans sa forme actuelle est incompatible avec
l’apprentissage. Il possède une potentialité essentielle que n’ont
pas ou peu les animaux : la réflexibilité de la conscience !
Certaines vérités établies dans la vie quotidienne résistent à la
physique comme l’irréversibilité du temps. On peut affecter le
futur (« Ouvertures temporelles ») mais pas le passé…
Or la science ne partage pas ce principe : la loi de la gravitation
Est réversible dans le temps, tout comme la loi de l’électricité et
du magnétisme ou de la loi de l’interaction nucléaire.
Ailleurs, nous constatons la « Danse de mort » entre l’onde et
la particule !
Là, nous touchons à l’une des énigmes de la science
contemporaine :
Le non-respect du principe de non-contradiction.
8
Il n’y a pas de position absolument déterminée dans le monde.
Ce qui ruine l’un des principaux fondements de la science,
l’idée de causalité !
Et ce ne sont pas ces fameux neutrinos « Supraluminiques »,
ces particules filant plus vite que la lumière qui nous
démentiraient !
Un des piliers de la physique, le caractère indépassable de la
vitesse de la lumière ( 300 000 km secondes) serait donc
ébranlé !
Quant a la particule aux trois visages, cet « Ange évanescent »
capable de nous dévoiler le visage de l’Univers une seconde
seulement après le Big Bang ! Plus pénétrants encore que la
lumière et ses photons !
Elle aussi joue avec la Danse de mort !
On ne sait jamais quel de ses trois visages elle va nous
montrer !
À ce jeu de cache cache, le plus puissant parmi les organismes
vivants est le « Virus » !
By the way, ce n’est pas coronavirus actuel qui me démentirait !
Tout est déjà écrit ! Platon l’avait dit vu :
« On n’apprend que ce qu’on sait déjà.»
En chimie, toute molécule provient toujours d’une autre
molécule.
Là, encore parmi les phares, Dante avait prévenu !
« Enfants d’Ève, contentez vous de : C’est ainsi ! »
Quand on est dans l’état de conscience modifié, qui n’est
d’autre que l’« Extase » mystique, on ne se pose plus de
question. Car la science des sages, l’Al-chimie, n’offre aucune
ressemblance avec les mathématiques supérieures ou la
discipline qui revendique aujourd’hui la philosophie.
9
« Tout porte à croire qu’il existe un certain point de l’esprit d’où
la vie et la mort, le réel et l’imaginaire, le passé et le futur, le
communicable et l’incommunicable, le haut et le bas cessent
d’être perçus contradictoirement. »( A.Breton)
C’est là la « Pierre à blanc » de l’alchimie.
Elle relève d’un « état d’esprit » qui se situe aux antipodes de la
mentalité logique.
Ou plutôt elle obéit à d’autres logiques (science védique).
Mais l’Orient n’a pas le monopole du « Koan » !
Et sur tout cela plane l’un des plus grands mystères :
Celui du Temps
Quel algorithme attrapera au bond son vol ? Et en poussant
plus loin, son « Envol » ?
Quant à l’Âme… Et l’Essence ? Et l’espace-temps de la
Conscience intuitive Extraneuronale ?
La nature de cette suspension entre deux choses ?
L’air qui circule entre les lignes chez Leonardo Da Vinci ?
Ou au dessus de toute la pièce d’Hernani chez V.Hugo ?
Ou entre la partition et l’orchestre avec Celibidace :
( « La musique n’est rien… »)
et le Paradoxe ? Schrödinger ou L’Amour ( I Hate You, I Love
You)
ou : « L’Amour est ce paradoxe que l’on s’enrichit de ce que
l’on donne » (V.Jankélévitch)
« À l’heure actuelle les enjeux sont la réduction du risque vital
et la trajectoire de la civilisation qui mènera à l’usage
bienveillant et jubilatoire de très nombreuses vies qui nous
attendent dans le cosmos » (Nick Bostrom)
« Comment se fait-il que rien ne soit plus obscur que la
lumière, quand il n’y a pourtant rien de plus clair, puisqu’elle
élucide et fait connaître clairement toutes choses ? »
10
Enfin Cocteau :
« Ces mystères nous dépassent, feignons d’en être les
auteurs ».
Marsile Ficin

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.