Vivre est un village
Consultant en système d'information honoraire
Abonné·e de Mediapart

640 Billets

6 Éditions

Billet de blog 29 mai 2020

Pour se rappeler que les économistes atterrés sont là !!!

Les économistes atterrés pensent que d'autres politiques économiques sont possibles. Entrons dans le débat citoyen avec eux !!!

Vivre est un village
Consultant en système d'information honoraire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

QUI SONT ILS !

Découvrez certains membres parmi tous ceux, chercheurs, universitaires, experts, citoyens, qui contribuent à l'activité des

 Économistes Atterrés.

Ali Douai

Anaïs Henneguelle

André Orléan

Anne Eydoux

Anne Fretel

Anne Musson

Arthur Jatteau

Baptiste Françon

Benjamin Coriat

Camille Signoretto

Catherine Mathieu

Cédric Durand

Christophe Ramaux

Damien Sauze

Dany Lang

David Cayla

David Flacher

Dominique Plihon

Eric Berr

Esther Jeffers

Fabienne Orsi

Federico Bassi

Frédéric Boccara

Frédéric Lordon

Henri Sterdyniak

Hugo Harari-Kermadec

Jean-François Ponsot

Jean-Marie Harribey

Jean-Paul Domin

Jonathan Marie

Laurent Cordonnier

Léo Charles

Marc Lavoie

Mathieu Béraud

Matthieu Montalban

Michel Dévoluy

Michel Husson

Mireille Bruyère

Nathalie Coutinet

Nicolas Bédu

Philippe Abecassis

Philippe Askenazy

Philippe Batifoulier

Philippe Guillaume

Philippe Légé

Philippe Quirion

Pierre Concialdi

Roland Pérez

Sabina Issehnane

Sébastien Villemot

Thomas Coutrot

Thomas Dallery

Thomas Porcher

Virginie Monvoisin

Marc Lavoie

Présentation

20 Août 2012 - 12:13 par Monique Allard

Les Atterrés se sont fait connaître à l'automne 2010 en publiant un Manifeste d'économistes atterrés, dans lequel ils font une présentation critique de dix postulats qui continuent à inspirer chaque jour les décisions des pouvoirs publics partout en Europe, malgré les cinglants démentis apportés par la crise financière et ses suites et face auxquels ils mettaient en débat vingt-deux contre-propositions.

Les 4 initiateurs de cette démarche sont: Philippe Askenazy, Thomas Coutrot, André Orléan et Henri Sterdyniak.

Ils ont été rejoints ensuite par des signataires du Manifeste, des collègues de France et de l'étranger et également des non-spécialistes qui souhaitent vivement voir l'économie se libérer du néolibéralisme.

Leur action se traduit par des publications (notes, articles, communiqués, livres) et des interventions lors de réunions publiques ou dans les médias qui les sollicitent, afin de proposer des alternatives aux politiques d'austérité préconisées par les gouvernements actuels.

Contact presse: Philippe Guillaume 06 08 25  09 68, ou contact@atterres.org

L'association

26 Octobre 2011 - 23:07 par Les Économistes Atterrés

Notre association a été créée le 22 février 2011, afin de développer notre action qui consiste à impulser la réflexion collective et l'expression publique des économistes qui ne se résignent pas à la domination de l'orthodoxie néo-libérale.

Notre action se traduit par des publications : notes, articles, communiqués, livres, des interventions lors de réunions publiques, dans les media qui nous sollicitent, afin de proposer des alternatives aux politiques d'austérité préconisées par les gouvernements actuels.

Nos objectifs

L’association a pour but d’impulser la réflexion collective et l’expression publique des économistes, issus d’horizons théoriques divers, qui ne se résignent pas à la domination de l’orthodoxie néolibérale sur la pensée économique et qui jugent nécessaire de changer le paradigme des politiques économiques en Europe et dans le monde. L'association s'inscrit  ainsi dans la continuité de la démarche lancée par le

« Manifeste des économistes atterrés ».

Alors que la crise financière et économique a montré les dangers de la domination des marchés financiers, les gouvernements actuels veulent accentuer les politiques de réformes structurelles libérales, de baisse des dépenses publiques et sociales qui ne peuvent qu’accentuer les inégalités sociales, faire augmenter le chômage, rendre l’économie encore plus instable.

Atterrés par la soumission des politiques économiques actuelles aux exigences des marchés financiers, les membres de l’association veulent œuvrer pour la refondation de l’économie politique. Ils veulent éclairer le débat public sur la nécessité d’une autre politique économique brisant la domination des marchés financiers, favorisant la création d’emplois de qualité, favorisant la cohésion sociale et le plein emploi,  répondant aux nécessités issues de la crise écologique.

Cette nouvelle politique économique demande une refondation de la construction européenne, qui rompe avec son orientation technocratique et libérale, qui soit basée sur la solidarité entre les peuples, qui développe le modèle social européen en organisant l’harmonisation dans le progrès des systèmes économiques et sociaux.

Les sciences économiques doivent éclairer la pluralité des choix possibles en matière économique et sociale, et non imposer une solution unique aux citoyens. L’association se donne comme objectif de favoriser le débat public et démocratique sur les objectifs et l’organisation de l’activité économique et sociale.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef