Linden Blossom : L’arbre de Briarée, ce banian géant que l’Occident

L’arbre de Briarée, ce banian géant que l’Occident «per via» de courants de Pensée destructionniste de Nietzsche à Derrida cru mort, N’était que desséché.
  • Avant-Propos

    «And that should teach us

    Ther’s a Divinity that shapes our Ends

    Rough-hew them how we will».

    SHAKESPEARE

    L’arbre de Briarée, ce banian géant que l’Occident «per via» de

    courants de Pensée destructionniste de Nietzsche à Derrida cru mort,

    N’était que desséché.

    Mais Ouroboros qui surplombe en clé de voûte toute mon œuvre n’est pas mort.

    Mon «Oestrus», cet ovni baroque tout brûlant des vibrations cosmiques

    Est miroir tendu à l’ «Évangile universel» embrassé par Romain Rolland.

    C’est une proposition de re-mise en perspective des courants de Pensée Modulée à la Lumière des dernières découvertes des Sciences tant

    occidentales qu’orientales où Physique et métaphysique s’embrassent à bouches folles dans des ballets moléculaires aux accents

  • gouleyants rabelaisiens chorégraphiant un duo improbable avec les torturantes bouffées d’un Joyce ivre.

    Mon «Oestrus» est ce rire de cathédrale en plein midi qu’est le «YES»

    d’une Molly Bloom psalmodiant les Védas dans les vapeurs d’une aurore naissante.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.