Pourquoi la société tire à droite :

Pourquoi la société tire à droite : le vieillissement et la capitalisation d'une génération les baby-boomers. Le contrôle automatisé. Avec comme conséquence, un désir de liberté individuelle...

Pourquoi la société tire à droite : le vieillissement et la capitalisation d'une génération les baby-boomers. Le contrôle automatisé. Avec comme conséquence, un désir de liberté individuelle...

Comment tirer à gauche : en ayant moins de d'énergie fossile dans notre développement à notre génération, en développent le marché de la propriété intellectuelle, en s'enrichissant dans le premier capital le marché de la culture. Ceci peut résoudre le problème de l'immigration est du mélange des cultures des faons de vivre ensemble. Un pourcent de l'énergie est nucléaire dans le monde. Soit par centrale entre 18 pourcent et 28 pourcent de croissance par zone de chalandise. Le reste est de l'énergie fossile pour 98 pourcent, car il s'agit de transport.
Les énergies renouvelables sont multiples quant à leurs techniques et leurs natures. Quelle est la meilleure sans astuces, je vous livre ma recherche : il s'agit de l'eau chaude au plus prés du lieu de consommation, de sa puissance... Souvent sous forme électrique convertie au dernier moment.

Le contrôle automatisé :
Je suis pour un non automatisé le contrôle, le temps récupéré en productivité, permet au contraire plus de droit et d'humanisé le contrôle en prenant en compte le contexte et le processus historique dans lequel apparaîtra les dialogues post contrat et ante contrat tous certifiés. La conséquence de tout certifier dans nos échanges est sauver aussi la culture du sud, la culture orale du contrat.

Rationnellement, pourquoi le premier capital celui des idées reste le premier capital devant le capital fiduciaire. Parce qu''il faut des idées avant quelle soit financées. En quoi les libéraux ont raison : un projet non financé reste une utopie dans un tiroir, d'où la force des libéraux. A quand, parmis vous, des banquiers de gauche ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.