Quand la finance nous aère les poumons ( ce n'est pas tout les jours)

Pour nos poumons et trains de vie, il nous faut passer à l'hydrogène liquide, car sa combustion produit de l'eau, non du carbone...hors les plus gros pollueurs sont offshore. Détaxer les produits qui circulent a l’hydrogène liquide est une solution, ici nous développons comment faire.

Pour nos poumons et trains de vie, il nous faut passer à l'hydrogène liquide, car sa combustion produit de l'eau, non du carbone, mais comment faire : nous savons produire de l'hydrogène. La problématique est comment massifier, malgré le coût de production. Ce que nous pourrions faire, c'est prendre 26 des plus gros pollueurs de la planète, de gros bateaux qui représentes en pollution a eux seuls, autant que le parc automobile mondial, et les convaincre de passer à l'hydrogène rapidement. La contrainte est qu'ils sont fiscalisés offshore. L'idée est de tout laisser au niveau du montage financier en place, bien qu'il soit aussi carboné que possible, y compris la taxation des énergies, même l'hydrogène. À partir de nos ports européens, de défiscaliser les marchandises qui elles circulent à l'extérieur et à l'intérieur des frontières sur des véhicules a l'hydrogène, quels que soient les kilomètres parcourus et proportionnellement a celui-ci. Le basculement du pétrolifère vers l'hydrogène liquide s'effectuera de lui-même par le rapport coût / prix des marchandises.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.