Déraisonnements et raisonnements de la société

La méconnaissance des identités la sienne, celle d’autrui dans la structure identitaire du groupe génère une violence intrinsèque de l'individu et donc du groupe. Comment s'élever contre elle, alors quelle est fonctionnarisée a travers la police et l'armé de chaque pays ? La réponse est la Politisation de l'individu, l'élévation du niveau de réflexion des individus et de leurs comportements

La partie innée de l'identité, de la personne, la partie construite par la relation avec autrui, la partie autonome de la construction de l'individu par sa réalisation dans son travail, qu'il soit rémunéré ou plus personnel, comme l'écriture, le théâtre, le cinéma, la vie associative, etc. Ainsi, a partir de ces principes naissent divers identités.

Dans un deuxième temps, nous pouvons observer, une structuration de la société en fonctions, plus ou moins régaliennes. Et, également que les tentions sociales sont inhérente à la société, elle me, au social, à la mise en commun des possibilités, des décisions sur autrui, aux croyances diverses de chaque individu, qui ne sont ni les mêmes a un instant T, ni même basé sur les mêmes sentiments, encore moins les mêmes objectifs. Ajoutons, une autre strate ou niveau identitaire du a la dynamique de groupe, a perception de l'identité, par exemple d'une équipe, d'une ville, ou autre territoire. Parfois, ces différentes identités sont en contradiction dans un même individu ou dans la perception que les autres ont de cet individu multiple, sur le plan identitaire.

Le problème de la violence sociétale passe par l'utilisation dans son organisation de la fonction, comme la fonction militaire, le métier validant la violence. Exemple : le report de but culturel qui empêche de résoudre de penser un problème de violence, comme la commandite d'un meurtre, pour des raisons d'incapacité Politiques à le résoudre, a trouver des solutions différentes, des solutions plus politiques, des solutions différentes,nouvelles.

Comment renouveler la pensée dans ce domaine sociologique ? Les capacités réflexives, permettent des se réformer, de renouveler sa propre culture, voire ses propres cultures. L'objectivation est le deuxième outil que j'utilise, il permet de mettre a distance, de formuler, d'analyser, de mesurer,de se faire opinons, et par la capacité analyser ses sentiments, de prendre une ou plusieurs décisions. Ces réformes personnelles, voire ces révolutions internes, cette capacité de se réformer, à se dominer, à s'élever, à pendre en compte la violence intrinsèque, inhérentes a la vie en société,sont le fruit de la méthode scientifique.

Dans la pensée ancienne,pré-scientifique, le but et les objectifs sont confondus : l'incapacité à résoudre le but, rends violent l'objectif, le fonctionnarisant, le spécialisant, l'orientant non plus comme un rôle parmi d'autres rôles,d'autres possibles, mais le voyant comme un métier. Le support est alors impossible : la violence de la société civile est reportée sur des fonctionnaires. Il faut que chacun se trouve, des capacités à se réformer par lui-même en tant que civil, a se Politiser, dans son approche de la société. La diminution de la violence est à ce coût, minime, en fait, en regard et en rapport a la facture initiale. La capacité a séparer le but des objectifs, plus encore des moyens, cette capacité a se réformer, a réformer les bases de son propre raisonnement, après analyse, a réviser son organisation propre, sa façon même d'apprendre de tous et de tout est le moteur du progrès social.

Où est l'espoir ? À chaque naissance. Les militaires par l'organisation en diverses fonctions de la société,supportent sa violence. Nous pouvons distinguer plusieurs niveaux et plusieurs sortes de violences. Le niveau fonctionnel, le niveau décisionnel, la violence intrinsèque,ainsi que la violence par commandite, c'est-à-dire la violence de la société, la violence de l'ensemble culturel en vue de sa cohésion, dans le but de la conserver. Pour résumer la fonction est violente, car la violence est cumulée en aval du processus qui pose le problème, souvent identitaire gérant mal la complexité du terrain social. Construire le multiculturalisme en aval du processus, puis remonter afin de construire des sociétés moins violentes.

Les pionniers de cette réflexion ont bâti l'Internet. Commençant pour chaque individu par des échanges de capitaux symboliques, a partir de réalités tangibles et physiques. Pour résumer la fonction est violente, car la violence est cumulée en aval du processus qui pose le problème, souvent identitaire gérant mal la complexité du terrain social. Construire le multiculturalisme en aval du processus, puis remonter afin de construire des sociétés moins violentes. Les pionniers de cette réflexion ont bâti l'Internet. Commençant pour chaque individu par des échanges de capitaux symboliques, à partir de réalités tangibles et physiques. La fonction symbolique des armes a feu, est toujours, que ce soit sous forme symbolique ou plus physique, une non-réponse, l'enfouissement du problème, sa mauvaise pose.

Les solutions, sont Politiques et d'éducation. Le changement : il vient des technologies qui pénètrent plus ou moins la société civile ou militaire et change ainsi les comportements. Ces comportements ou nouvelles possibilités permettent un choix plus vaste et plus Politique de décisions. C'est par les technologies et pour, c'est-à-dire dans le but, des sociétés et non dans le but de la technologie en elle-même, que les changements doivent, ou devraient s'opérer. Les nouvelles technologies en permettant des simulations plus proches de la réalité, permettent d'en évaluer la violence : c'est-à-dire le gâchis des énergies, l'impertinence des croyances, l'opportunité d'alternatives nouvelles. La violence est le résultat d'incompréhension de soi et de l’environnement. C'est cette résultante qu'il convient de simuler afin d'en apprendre les moyens de s’en tirer, pour soi, pour les autres, pour les systèmes, les cultures,défendues. Les recherches en mathématique permettent de mettre à jour de nouveaux pans de connaissances, qui donneront naissance à de nouvelles sciences comme les statistiques ont permis à la sociologie de naître. La société, demain,sera plus complexe et numériquement supérieure : plus nous serons nombreux,plus potentiellement, nous aurons d'intelligences. La partie innée de l'identité, de la personne, la partie construite par la relation avec autrui,la partie autonome de la construction de l'individu par sa réalisation dans son travail, qu'il soit rémunéré ou plus personnel, comme l'écriture, le théâtre, le cinéma, la vie associative, etc. Ainsi, a partir de ces principes naissent divers identités.

Dans un deuxième temps, nous pouvons observer, une structuration de la société en fonctions, plus ou moins régaliennes. Et, également que les tentions sociales sont inhérentes a la société elle me, au social, à la mise en commun des possibilités, des décisions sur autrui, aux croyances diverses de chaque individus, qui ne sont ni les mêmes a un instant T, ni même basées sur les mêmes sentiments, encor moins les mêmes objectifs. Ajoutons, une autre strate ou niveau identitaire du a la dynamique de groupe, a perception de l'identité, par exemple d'une équipe, d'une ville, ou autre territoire. Parfois ces différente identités sont en contradiction dans un même individu ou dans la perception que les autre ont de cet individu multiple, sur le plan identitaire. Le problème de la violence sociétale passe par l'utilisation dans son organisation de la fonction, comme la fonction militaire, le métier validant la violence. Exemple : le report de but culturel qui empêche de résoudre de penser un problème de violence, comme la commandite d'un meurtre, pour des raisons d'incapacité Politiques à le résoudre, a trouver des solutions différentes, des solutions plus politiques, des solutions différentes,nouvelles.

Comment renouveler la pensée dans ce domaine sociologique ? Les capacités réflexives, permettent des se réformer, de renouveler sa propre culture, voire ses propres cultures. L'objectivation est le deuxième outil que j'utilise, il permet de mettre a distance, de formuler, d'analyser, de mesurer,de se faire opinons, et par la capacité analyser ses sentiments, de prendre une ou plusieurs décisions. Ces réformes personnelles, voire ces révolutions internes, cette capacité de se réformer, à se dominer, à s'élever, à pendre en compte la violence intrinsèque, inhérentes a la vie en société,sont le fruit de la méthode scientifique. Dans la pensée ancienne,pré-scientifique, le but et les objectifs sont confondus : l'incapacité à résoudre le but, rends violent l'objectif, le fonctionnarisant, le spécialisant, l'orientant non plus comme un rôle parmi d'autres rôles,d'autres possibles, mais le voyant comme un métier. Le support est alors impossible : la violence de la société civile est reportée sur des fonctionnaires. Il faut que chacun se trouve, des capacités à se réformer par lui-même en tant que civil, a se Politiser, dans son approche de la société. La diminution de la violence est à ce coût, minime, en fait, en regard et en rapport a la facture initiale. La capacité a séparer le but des objectifs, plus encore des moyens, cette capacité a se réformer, a réformer les bases de son propre raisonnement, après analyse, a réviser son organisation propre, sa façon même d'apprendre de tous et de tout est le moteur du progrès social. Ou est l'espoir ? A chaque naissance. Les militaires par l'organisation en diverses fonctions de la société,supportent sa violence.

Nous pouvons distinguer plusieurs niveaux et plusieurs sortes de violences. Le niveau fonctionnel, le niveau décisionnel, la violence intrinsèque,ainsi que la violence par commandite, c'est-à- dire la violence de la société, la violence de l'ensemble culturel en vue de sa cohésion, dans le but de la conserver.Pour résumer la fonction est violente, car la violence est cumulée en aval du processus qui pose le problème, souvent identitaire gérant mal la complexité du terrain social. Construire le multiculturalisme en aval du processus, puis remonter afin de construire des sociétés moins violentes. Les pionniers de cette réflexions ont bâti l'Internet. Commençant pour chaque individu par des échanges de capitaux symboliques, a partir de réalités tangibles et physiques. Le changement : il vient des technologies qui pénètrent plus ou moins la société civile ou militaire et change ainsi les comportements. Ces comportements ou nouvelles possibilités permettent un choix plus vaste et plus Politique de décisions. C'est par les technologies et pour, c'est-à-dire dans le but, des sociétés et non dans le but de la technologie en elle-même, que les changements doivent, ou devraient s'opérer. Les nouvelles technologies en permettant des simulations plus proches de la réalité, permettent d'en évaluer la violence : c'est-à-dire le gâchis des énergies, l’impertinence des croyances, l'opportunité d'alternatives nouvelles. La violence est le résultat d’incompréhension de soi et de l’environnement. C'est cette résultante qu'il convient de simuler afin d' en apprendre les moyens de s’en tirer, pour soi, pour les autres, pour les systèmes, les cultures,défendues. Les recherches en mathématique permettent de mettre à jour de nouveaux pans de connaissances, qui donnerons naissance a de nouvelles sciences comme les statistiques ont permis a la sociologie de naître. La société, demain,sera plus complexe et numériquement supérieure : plus nous seront nombreux,plus potentiellement, nous aurons d'intelligences.Et, peut être que les civils aurons enfin la capacité de trouver des solutions Politiques entre civils...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.