Réforme de l'assurance-chômage ou comment décliner le concept de "traverser la rue"

Muriel Penicaud dans une interview donnée à France Info affirme que le travail doit payer plus que le chômage. Appelée en renfort pour défendre la réforme de l'assurance-chômage qui va plonger plus de 850000 chômeurs dans l'extrême précarité, elle dit en substance que gagner plus en restant au chômage est une "anomalie" d'où la correction faite grâce à cette réforme.

Muriel Penicaud dans une interview donnée à France Info affirme que le travail doit payer plus que le chômage. Appelée en renfort pour défendre la réforme de l'assurance-chômage qui va plonger plus de 850000 chômeurs dans l'extrême précarité, elle dit en substance que gagner plus en restant au chômage est une "anomalie" d'où la correction faite grâce à cette réforme.

Le travail doit payer plus selon la ministre du Travail et naturellement ne comprenez pas qu'il faut augmenter les salaires mais plutôt baisser le montant des allocations chômage. Deliveroo, Uber Eats et toutes ces plateformes qui font travailler ces hommes et femmes sans couverture sociale, des heures durant à réaliser des courses payées au lance-pierre n'ont pas fini d'exploiter la misère en France. Beaucoup d'emplois non pourvus vont en effet trouver preneur à ceci près que les chômeurs sortiront du chômage mais pas de la précarité. Chauffeurs, livreurs, plongeurs, serveurs et bien d'autres emplois dont la pénibilité est inversement proportionnelle à leur rémunération vont probablement devenir un denrée rare d'ici peu grâce...ou plutôt à cause de cette réforme de l'assurance-chômage.

Finalement, c'est le fameux concept du "traverser la rue" qui est appliqué par cette réforme. Des termes qu'il a regrettés, a-t-il expliqué suite à l'emballement médiatique qu'avaient suscité de tels propos...mais qu'il applique à merveille car les chômeurs vont en effet  pouvoir maintenant "traverser la rue"...et la traverser très vite même pour trouver du travail. Les emplois proposés par ces plateformes qui peinent à recruter vont sans doute connaitre un meilleur sort...mais pas les chômeurs qui vont les occuper et dont la précarité n'en sera que plus grande. Sortir les chômeurs du chômage pour les envoyer vers un esclavagisme moderne version 2.0, c'est bien l'objectif affiché du président qui continue son inexorable entreprise de saccage social minutieusement orchestré.

Ne reste plus qu'à savoir si les chômeurs feront partie du cortège des manifestants le 5 décembre prochain pour donner de la voix dans une rue qui a force d'avoir été abandonnée, à permis à ce petit milieu bourgeois animé par un égoïsme sanguinaire de mener son projet d'asservissement de tout un peuple.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.