Le fabuleux destin de Sophia Chikirou

Sophia Chikirou vient d'être nommée chroniqueuse à BFMTV. Décidément l'ancienne dirigeante du Média a son destin lié aux bonnes affaires. Sophia Chikirou chroniqueuse à BFMTV ou comment casser un mouvement (LFI) déjà bancal par toutes les voix discordantes qui rugissent de l'intérieur?

 Sophia Chikirou vient d'être nommée chroniqueuse à BFMTV. Décidément l'ancienne dirigeante du Média a son destin lié aux bonnes affaires. Sophia Chikirou chroniqueuse à BFMTV ou comment casser un mouvement (LFI) déjà bancal par toutes les voix discordantes qui rugissent de l'intérieur? 

Celle qui fut la communicante de la LFI aux dernières élections présidentielles va donc goûter aux beaux plateaux ambiance feutrée pour débattre de la pluie et du beau temps avec des pseudo intellectuels qui ont pignon sur rue et tout cela moyennant un salaire qui ne manquera d'indigner les électeurs Insoumis en ces temps de disette. On rappelle que Sophia Chikirou est toujours sous le coup d'une enquête pour surfacturation de prestations de communication pour le compte de...La France Insoumise et du Média. Ça n'empêchera pas l'Insoumise la plus décriée de France de nous prodiguer sa belle morale et sa pensée "éminente".

Mais le pire est que madame Chikirou est (ou fut) une des assaillantes les plus véhémentes contre cette chaîne d'information en l'ayant accusé notamment de corruption mentale. Une corruption mentale que madame Chikirou croit peut-être pouvoir arrêter avec la vacuité de ses analyses politiques qui ont conduit LFI à la bérézina au dernier scrutin européen. On savait madame Chikirou une fine stratège pour ce qui est de remplir son porte monnaie mais cette décision dépasse de loin tout entendement pour une Insoumise. Une Insoumise de façade plus qu'une militante de terrain au service du progrès social. Il est sans doute grand temps aussi pour la communicante de quitter le navire LFI qui craque de partout et ce point de chute semble absolument inespéré pour son recyclable.


Elle réagissait il y a peu au lynchage des journalistes de BFMTV par les termes suivants : « Évitons de donner le prétexte aux journalistes de se victimiser. Ne les lynchez pas : ne leur parlez pas, ne les lisez pas, ne les regardez pas ». Parions qu'elle ne tiendra plus les mêmes propos assassins contre la chaîne macroniste car critiquer aussi ouvertement son futur employeur la conduira directement à la porte et donc à renoncer à de généreux émoluments qu'elle fera tout pour conserver le plus longtemps possible.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.