Une cagnotte pour récolter la caution nécessaire à la libération de Patrick Balkany

Les Balkany n'ont plus un sous. C'est en tout cas ce que déclare Isabelle Isabelle Balkany au micro de BFMTV, la femme du maire déchu condamné par la justice pour fraude fiscale. Mais qu'on se rassure, les Levalloisiens se mobilisent pour récolter l'argent de la caution nécessaire à la libération du fraudeur fiscal le plus connu de France.

Les Balkany n'ont plus un sous. C'est en tout cas ce que déclare Isabelle Isabelle Balkany au micro de BFMTV, la femme du maire déchu condamné par la justice pour fraude fiscale. Mais qu'on se rassure, les Levalloisiens se mobilisent pour récolter l'argent de la caution nécessaire à la libération du fraudeur fiscal le plus connu de France.

On aura tout vu à Levallois. On ne comprenait déjà pas comment il était possible qu'un homme ayant piétiné la République et trahi la confiance de ses électeurs soit autant adoubé, les voilà sur le point de lancer une  cagnotte en ligne non pas pour aider les plus démunis, les sdf ou pour servir une noble cause, mais pour rassembler les 500000 euros de caution pour Patrick Balkany. Ceux qui ont caché des millions au fisc et siphonné les comptes de Levallois peuvent donc encore compter sur le concours de leurs administrés pour les sortir d'affaire.

La compassion des Levalloisiens est sans limite pour Patrick Balkany. Une saga totalement surréaliste qui continue de défrayer la chronique alors que Levallois-Perret est, faut-il le rappeler, la ville la plus endettée de France. On aurait tort de prendre les auteurs d'une telle initiative pour des naïfs mais plutôt pour des gens qui ont le sens du devoir. Le devoir surtout de "renvoyer l'ascenseur" selon la formule consacrée. Places en crèche, logements sociaux sont autant de leviers permettant de monnayer le soutien des administrés et des suffrages dans cette petite ville de 63000 habitants.

Alors si les valeureux Lavalloisiens sont si prompts à exprimer leur générosité envers un ripoux de la république, c'est qu'ils ont du vraisemblablement bénéficier des largesses de la mairie lorsque celle-ci fût dirigée par le sulfureux maire incarcéré à la prison de la santé. Une petite enquête judiciaire indépendante permettrait de le démontrer dans detour pour peu qu'on veuille bien comprendre la raison d'une démarche à l'apparence compassionnelle mais qui en définitive est aussi indigne qu'irrationnelle.

Même s'il fait bon vivre à Levallois-Perret, voir les Levalloisiens avec un sens aussi inversé des valeurs et de la morale fait clairement passer l'envie d'y poser ses valises. La seule morale pour tout citoyen attaché un tant soit peu à l'éthique républicaine se décline en toute simplicité selon le célèbre proverve "bien mal acquis ne profite jamais" mais quand l'aveuglement est plus fort que la raison...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.