Fermons les écoles maintenant

Le virus est plus fort que jamais avec des niveaux de contaminations plus qu'alarmants. Le ministre de la Santé lui-même affirme que dans les 15 prochains jours, il y aura des cas graves d'hospitalisation. Qu'attend-on alors pour refermer les écoles?

Jusqu'à quand va-t-on laisser les écoles ouvertes?

Le virus est plus fort que jamais avec des niveaux de contaminations plus qu'alarmants. Le ministre de la Santé lui-même affirme que dans les 15 prochains jours, il y aura des cas graves d'hospitalisation. Qu'attend-on alors pour refermer les écoles? Nos enfants sont en grave danger mais voilà que l'économie a définitivement pris le pas sur nos vies et notre santé. Le reprise économique est devenue plus qu'un dogme, une religion à laquelle nos gouvernants vouent un culte sans limite.

La France entière est équipée de masques, de gel et les gestes barrières sont de rigueur à peu près partout mais cela ne freine pas la circulation du virus. Seul le confinement a pu montrer son efficacité jusqu'à présent mais il "coûte cher" si tant est qu'on puisse considérer la protection de la population comme un coût. Notre pays n'a jamais compté autant de milliardaires et le CAC40, lui, n'a rien perdu de sa superbe. Les conseils d'administration ont continué à gaver leurs actionnaires en dividendes pendant que les travailleurs en première ligne risquaient leur vie et la risquent toujours d'ailleurs pour un salaire de misère.

Le confinement est possible à condition de faire de la santé publique une priorité nationale. Mais c'est désormais la croissance qui préoccupe nos dirigeants alors que le plan de relance à 100 milliards d'euros fait la part belle aux entreprises et notamment à celles qui se portent merveilleusement bien.

Attendons alors d'atteindre de nouveaux records de contaminations pour réaliser enfin que nous commettons peut-être la plus grande erreur de santé publique de l'histoire. Mais lorsque nous en aurons pris conscience, il sera trop tard...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.