Quelques indices (ridicules) de radicalisation selon Christophe Castaner

Quand on entend de tels propos prononces par le ministre de la l'Intérieur, on se dit que le terrorisme à encore de beaux jours devant lui. Ceci d'autant que l'auteur des crimes à la préfecture de police de Paris ne présentait aucun de ces signes.

Le radicalisme tue mais le ridicule, lui, ne tue pas. C'est probablement ce qui a conduit Christophe Castaner à livré la liste exhaustive des signes de radicalisation islamiste lors de son passage devant la commission des lois de l'Assemblée Nationale ce mardi 8 octobre. Ça vaut le détour.

Il y a recensé les différents signes de radicalisation...radicalisation islamiste bien sûr car les signes de la radicalisation sociale, eux, ont été très bien traités (amputations, un mort, de nombreux blessés graves et une police qui a carte blanche sans aucun contre-pouvoir). Christophe Castaner cite le "port de la barbe, une pratique religieuse rigoriste, particulièrement exacerbée en matière de ramadan, qu'il fasse la bise ou qu'il ne la fasse plus, une pratique régulière et ostentatoire de la prière, la présence d'une hyper keratose au milieu du front".

Quand on entend de tels propos prononces par le ministre de la l'Intérieur, on se dit que le terrorisme à encore de beaux jours devant lui. Ceci d'autant que l'auteur des crimes à la préfecture de police de Paris ne présentait aucun de ces signes. D'ailleurs on ne comprend toujours pas pourquoi le caractère terroriste de ce crime est mis en avant alors que les éléments recueillis sur l'individu en question sont aux antipodes d'une pratique religieuse "rigoriste" ou "ostentatoire". Celui-ci ne portait ni barbe, ni signe distinctif religieux qui permettait de prévoir le drame qu'il a commis à tel point qu'on se demande encore aujourd'hui pourquoi le ministère de l'intérieur et les autorités compétentes s'acharnent à attribuer ces crimes à une supposée radicalisation islamiste.

Rappelons que les auteurs de l'attaque du Bataclan ne portaient pas de barbe non plus et que leur pratique de l'islam était loin du rigorisme religieux qu'on présente aujourd'hui comme la clé du radicalisme religieux. La réalité est que ce crime est l'oeuvre d'un fou furieux, désorienté et vraisemblablement en perte de repères. Les mobiles sont, à en croire plusieurs éléments des investigations, autres que religieux puisque l'enquête pointe du doigt un immense mal-être dans son travail. Mais au pays qui a instauré le regime de Vichy il n'y a pas si longtemps que cela, on fustige dès qu'on le peut la communauté musulmane, encore et toujours, pour expliquer tous les crimes habillés d'un "Allah akbar".

Cette liste établie par Christophe Castaner censée annoncer les signes d'une radicalisation, en plus de mettre à nu son incompétence manifeste qui n'est plus à prouver, montre la vacuité abyssale de son travail en matière de lutte contre le terrorisme. Mais c'est bien connu, en France, quand le sage montre la pollution, le capitalisme mortifère et la pauvreté galopante, le politique regarde le musulman.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.