Monsieur Macron, les privilégiés de la SNCF se suicident

Les cheminots que vous avez jetés en pâture il y a quelques mois de cela lorsque vous avez engagé la réforme de la SNCF se suicident.

Monsieur Macron,
Les cheminots que vous avez jetés en pâture il y a quelques mois de cela lorsque vous avez engagé la réforme de la SNCF se suicident. Les agents SNCF n'hésitent plus, pour beaucoup d'entre eux à se donner la mort sur leur lieu de travail et les cheminots paient un très lourd tribu dans ce malheur qui frappe le personnel de l'entreprise ferroviaire. Vous n'avez eu de cesse de marteler inlassablement que les cheminots étaient des privilégiés et que ces "privilèges" coûtent trop cher à l'entreprise.

L'enquête réalisée par Mediapart et publiée le 10 janvier révèle que votre posture était une immense escroquerie intellectuelle comme finalement votre candidature à la présidentielle et votre action en tant que président de la république. Des cadences devenues intenables pour ces forçats du rail, des changements organisationnels brutaux et un management atroce visant à éradiquer toute forme de résistance à ces restructurations. Voilà ce que vivent les cheminots SNCF que vous avez désignés à la vindicte populaire.

Et pour finir la fin d'un statut qui loin d'être un privilège permettait simplement à ces quelques 150000 personnes de bénéficier d'une protection sociale, d'une retraite et d'une vie de famille. Les principaux leviers qui amortissent la dureté du métier de cheminot. Le peu qui leur restait, vous le leur avez enlevé aggravant de fait le drame social et psychologique que vit cette corporation.

Pour la seule année de 2017, l'entreprise recense 57 suicides. Vous qui n'avez pas eu un mot pour les gilets jaunes morts et les milliers de blessés et mutilés de ce mouvement, je ne m'attends pas à quelque empathie que ce soit de votre part et ce serait d'ailleurs s'exposer à une bien grande déception d'espérer une parole, un geste de votre part en ce sens. Mais sachez monsieur Macron que vous avez du sang de ces cheminots sur les mains et les Français ont vu avec beaucoup de lucidité votre manipulation de l'opinion publique pour dépeindre les cheminots comme des privilégiés ce qu'ils n'ont jamais été.

Les familles de cheminots savent pertinemment que vous n'êtes pas étranger à cette vague de suicides au sein de la SNCF et si votre conscience vous convainc du contraire, c'est que vous êtes dans un déni manifeste qui ne fait écran pour personne.

En tout cas, vos traits tirés, votre perte de poids et votre visage livide montrent bien que vous n'arrivez plus à assumer les graves conséquences de votre politique. Quitter la présidence. Le seul salut qu'il vous reste pour sauver l'honneur. Mais en êtes-vous capable?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.