Et pendant ce temps, les Balkany courent toujours

L'actualité chargée nous a empêché pendant un moment d'évoquer quelques bandits de la République. Patrick et Isabelle Balkany écoulent des jours tranquilles...à l'abri du besoin ça c'est sûr, mais surtout et toujours à l'abri des tracas judiciaires.

L'actualité chargée nous a empêché pendant un moment d'évoquer quelques bandits de la République. Patrick et Isabelle Balkany écoulent des jours tranquilles...à l'abri du besoin ça c'est sûr, mais surtout et toujours à l'abri des tracas judiciaires. Le pactole de ce couple cupide jusqu'à la nausée est tout de même évalué à 19 millions d'euros et la justice ne trouve visiblement toujours pas par où commencer l'enquête ou par la finir ou les deux.

Toujours est-il que ces ripoux de la république ne connaîtront probablement jamais l'odeur, la couleur ni la promiscuité d'une cellule au sein de notre merveilleuse démocratie où nous dit-on, la justice est la même pour tous. Disons qu'elle est la même pour tous les puissants et la même pour tous les riens si l'on veut être tout à fait complet.

Et moi qui pensait qu'en France on ne pouvait pas soudoyer les juges et que cela n'existait que dans les pays corrompus. Il faut croire que non. A l'évidence, vu les chefs d'inculpation dont monsieur et madame Balkany font l'objet, il faut en arroser du monde et généreusement même pour ne pas être inquiété. Le compte twitter d'Isabelle Balkany est actif et tourne à plein regime. Il lui sert à commenter l'actualité en se gardant bien de commenter la sienne bien sûr. Bref tout va bien madame la marquise serions-nous tentés de dire au sujet de ce couple sinistrement connu.

Alors, au lieu de fustiger des pays dont les regimes sont notoirement connus pour être des dictatures, nous serions bien avisés de nettoyer devant notre porte, nous qui nous targuons d'être un modèle d'égalité entre citoyens mais que la réalité vient démentir chaque jour.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.