Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

418 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 oct. 2020

Le président de BarakaCity interpellé par la police brutalement à son domicile

Notre Ministre de l'Intérieur vient officiellement de déclarer la chasse aux musulmans ouverte. Les forces de policiers ont en effet perquisitionné le domicile du président de l'association islamique Barakacity. Ce dernier a également été placé sous le régime de la garde à vue pour des motifs encore non-définis.

Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Notre Ministre de l'Intérieur vient officiellement de déclarer la chasse aux musulmans ouverte. Les forces de police ont en effet perquisitionné le domicile du président de l'association islamique BarakaCity. Ce dernier a également été placé sous le régime de la garde à vue pour harcèlement moral sur Twitter et vols de documents avec dégradation.

Il faut savoir que l'association dirigée par Idriss Sihamedi, c'est son nom, bénéficie de dons annuels importants. Cela notamment grâce à une transparence totale faite sur les collectes de dons et sur les projets novateurs et progressistes insufflés et financés par celle-ci. L'accessibilité à l'eau, faciliter l'accès à l'éducation aux peuples démunis, l'acheminement de denrées alimentaires et de médicaments aux populations éprouvées par les guerres, voilà ce pour quoi œuvre Idriss. Et il vient d'être privé de liberté par une administration dont le chef n'est autre qu'un homme accusé de viols par plusieurs femmes. Chacun se fera son idée des valeurs qui régissent désormais notre société contemporaine. 


Étrangement, cette interpellation intervient juste après les révélations fracassantes faites par Idriss Sihamedi sur le réseau social Twitter. Il y révèle le passé tumultueux de la famille de Zohra Bitan, chroniqueuse connue pour ses positions très droitières et accessoirement islamophobe dans l'émission des Grandes Gueules. Son fils aurait été condamné pour vol de voiture et son mari se serait illustré dans une affaire de fraude sociale selon les déclarations de l'intéressé. Zineb El Rhazoui, ancienne collaboratrice de Charlie Hebdo à la critique virulente et acerbe contre la communauté musulmane, serait, quant à elle, en couple avec un homme qui collabore avec une banque islamique, une banque régie donc par les préceptes de la Charia. Une Charia que Zineb El Rhazoui combat de toutes ses forces face caméras.

Ces révélations ont sérieusement mis à mal la crédibilité médiatique de ces deux femmes qui bénéficient par ailleurs de tribunes multiples et leur présence sur un plateau de télévision est souvent annonciateur de violentes salves antimusulmanes. Tantôt islamistes, tantôt violeurs, tantôt fraudeurs, la parole raciste est définitivement libérée et même déchaînée sous couvert de liberté d'expression. Et gare à celui qui osera s'ériger en opposant à cette idéologie mortifère car "la liberté d'expression est sacrée en France" nous dit-on.

Idriss Sihamedi vient aujourd'hui de faire les frais de cette politique étriquée et dans la continuité du discours présidentiel sur le séparatisme. Un mot fourre-tout dont le seul but était de fustiger (encore) les musulmans de ce pays. L'interpellation d'Idriss Sihamedi est peut-être le signe que les musulmans n'ont définitivement plus leur place en France. L'air y est devenu irrespirable entre Zemmour crachant sans discontinuer son venin islamophobe, Elisabeth Levy, Pascal Praud, Yvan Rioufol, Goldnadel, Caroline Fourest et bien d'autres qui détiennent au vu et au su de tous un permis du délit de racisme.

Tout est bon pour faire réélire Macron, même s'il faut danser sur les braises de la haine et du populisme sauf que l'histoire ne dit pas comment cette sinistre séquence se terminera. Peu de place à l'optimisme dans cet océan de haine qui déferle sur la France.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch