L'attaque terroriste à Hanau : un présage pour la France?

L'attentat commis par un commando allemand à Hanau dans deux chichas et qui a fait 9 morts selon le dernier bilan provisoire inquiète à juste titre car l'atrocité de ces attaques ont été perpétrées aux portes de la France.

L'attentat commis par un commando allemand à Hanau dans deux chichas et qui a fait 9 morts selon le dernier bilan provisoire inquiète à juste titre car l'atrocité de ces attaques ont été perpétrées aux portes de la France.

Mais est-ce étonnant quand on sait que le climat politique en outre Rhin est aussi nauséabond qu'en France? La haine de l'islam trouve des micros sur toutes les ondes sans que le CSA ni même la justice ne demande des comptes aux prêcheurs de haine, liberté d'expression oblige. Pourtant ce sont bien ces théoriciens de l'amalgame et de l'intolérance qui ont dépeint le musulman comme la cause de tous les maux sociétaux. Marine Le Pen, Eric Zemmour, Gilles-William Goldnadel, Alain Finkelkraut, Yvan Rioufol et bien d'autres officient tous sur des chaînes de grande écoute et il faut avoir le cœur bien accroché pour écouter jusqu'au bout les vociférations antimusulmanes de ces gens "respectables".

Les discours de cette "élite" intellectuelle rendent ainsi notre époque avec celle des années 30 totalement confondantes. On ne s'éternisera pas non plus sur le cas Mila qui a été défendue corps et âme par tout le gratin politico-médiatique bien-pensant alors que la violence du propos tenue par cette adolescente contre toute une communauté fait froid dans le dos. On pourrait également citer Brenton Tarrant qui figure désormais dans les annales criminelles de par le nombre ahurissant de fidèles musulmans qu'il a tués dans une mosquée à Christchurch en Nouvelle-Zelande. Sa source d'inspiration n'est autre que la théorie du Grand Remplacement pensée par qui? Renaud Camus, un "intellectuel" Français là encore, qui voit dans chaque musulman une menace qu'il faut éradiquer. Comment? À vous de voir. Mais lorsque le drame se produit, ces gens dont la plume et le verbe font un mal irréversible aux consciences vous diront qu'ils n'ont jamais appelé au meurtre.

Mais les musulmans non plus n'ont jamais appelé au quadruple meurtre des fonctionnaires de la préfecture de police de Paris. Pourtant c'est bien les musulmans que nos chers médias mainstream, au nom de la liberté d'informer, ont pris en chasse pour mieux les associer à ce crime innommable.

Et ce n'est pas le discours d'Emmanuel Macron prononcé à Mulhouse le dix-huit janvier qui va apaiser le climat dans l'hexagone. Le séparatisme, c'est le nouveau mot à la mode pour redonner un nouveau souffle à l'islamophobie et surtout mieux légitimer les futures attaques législatives contre la deuxième religion de France.

Si le caractère terroriste de cette odieuse et honteuse attaque en Allemande ne fait aucun doute, on espère au moins que cette poignée d'individus qui nous abreuvent de discours aussi haineux qu'irresponsables matin, midi et soir reviendront un tant soit peu à la raison. Car si la surenchère islamophobe continue dans notre pays, la question ne sera pas de savoir si oui ou non nous aurons un attentat similaire en France mais quand.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.