Quand le "suicidez-vous" fait oublier les éborgnés et les amputés

Le fameux "suicidez-vous" tourne en boucle partout dans les medias mainstream faisant passer les gilets jaunes pour des voyous finis.

Le fameux "suicidez-vous" tourne en boucle partout dans les médias mainstream faisant passer les gilets jaunes pour des voyous finis.

Voilà la police devenue en une séquence de pauvres victimes. Évidemment, on occulte sciemment que ces mêmes policiers ont eborgnés des dizaines d'hommes et de femmes, causés des amputations de mains et de jambes et d'autres blessures plus ou moins graves. Geneviève Legay ayant été chargée avec son drapeau multicolore à la main par des CRS sans aucun discernement avec comme résultat sa boîte crânienne fracturée.

Tout cela a totalement disparu de la mémoire collective pour là encore jeter le discrédit sur un mouvement qui dure maintenant depuis plus de quatre mois. Les dégâts causés par les forces de l'ordre (ou du désordre) sont irréversibles pour la plupart et un malheureux "suicidez-vous" suffirait à leur redonner une virginité morale et républicaine. Sans parler des bavures et des abus observées dans les banlieues qui elles, n'ont pas lieu seulement les samedis.

Désolé mais il faudra bien plus pour que la police rentre à nouveau dans le coeur des Francais car les forfaits commis par ces derniers laisseront des traces indélébiles dans l'histoire de notre pays.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.