Le chantage au désabonnement des lecteurs de Mediapart est scandaleux

Le chantage au désabonnement exprimé par les lecteurs mediapartiens est une honte et déshonore la liberté d'expression et de conscience dont la France est l'héritière.

Le chantage au désabonnement exprimé par les lecteurs mediapartiens est une honte et déshonore la liberté d'expression et de conscience dont la France est l'héritière.

Les Insoumis croient dur comme fer que Mediapart roule pour LREM alors que les articles assassins contre Emmanuel Macron et sa pratique du pouvoir ne laissent aucune place au doute. Edwy Plenel est indépendant et sa carrière le prouve sans détour pour peu qu'on s'intéresse à son cv. Un exemple de son indépendance : Le presidentialisme, ses courtisans et don crétinisme.

Mélenchon a fauté par son silence suite aux soupçons de surfacturations de Sophia Chirikou mais l'aveuglement des Insoumis dépasse l'entendement à tel point qu'il est sans espoir de faire entendre raison à un militant FI.

Sophia Chirikou aurait du être évincée depuis belle lurette de la FI comme elle l'a été du Média mais JLM règne en maître dans la FI, un parti qui n'a visiblement plus rien de démocratique car même la base est sérieusement ébranlée par les événements qui prennent une tournure cataclysmique pour l'image du mouvement dit social et progressiste. Celui qui veut se désabonner, qu'il le fasse sans ultimatum. La liberté de la presse ne saurait être l'objet d'un chantage au service d'une vérité dissimulée à des fins électorales.

Ce n'est pas la conception que je me fais de la démocratie et si Mediapart est perfectible, ce que j'admets volontiers, il n'en demeure pas moins un journal où le seuil de la liberté d'expression a été considérablement relevé comparé à d'autres journaux édulcorés et insipides. Des billets fustigeant sans ménagement le travail d'investigation de Fabrice Arfi et ses confrères suite aux perquisitions du domicile de JLM et du local de la FI ont été publiés à la Une du club de Mediapart. Vous en connaissez beaucoup des journaux qui accepteraient de donner une telle visibilité à des billets qui dénigrent aussi ouvertement leur rédaction? Moi non!

Alors avant d'insulter ceux qui vous donnent la liberté de le faire dans leur propre journal, une remise en question de votre asservissement intellectuel s'impose pour vous défaire de vos chaînes mentales qui vous empêchent de voir la réalité. Une réalité bien amère, je le concède, mais qu'il est nécessaire de voir en face pour enfin comprendre que ce beau mouvement se dirige vers les affres de l'abîme.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.