Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

418 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 août 2021

Olivier Véran, de médecin apprécié à Ministre de la Santé détesté

Olivier Véran, c'est le Ministre que tout Le monde appreciait bien que macroniste jusqu'au bout des ongles. Son bagout et sa belle gueule l'ont rendu très vite sympathique aux yeux de l'opinion publique. En plus, étant neurologue de profession, son CV le rendait légitime sur la fonction qu'il occupe depuis le départ d'Agnès Buzyn.

Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Olivier Véran, c'est le Ministre que tout Le monde appreciait bien que macroniste jusqu'au bout des ongles. Son bagout et sa belle gueule l'ont rendu très vite sympathique aux yeux de l'opinion publique. En plus, étant neurologue de profession, son CV lui apportait une légitimité sur la fonction qu'il occupe depuis le départ d'Agnès Buzyn.
Mais au fil du temps, Olivier Véran est devenu l'homme le plus détesté de France. Ses déclarations alarmistes, son ton moralisateur adressé aux rétifs au vaccin et les mesures d'exclusion des non-vaccinés dont il est le prixkoal instigateur et désormais adoptées dans le projet de loi sanitaire ont fini de le transformer en ministre le plus impopulaire de ce gouvernement. Il est sans doute encore plus impopulaire qu'Emmanuel Macron lui-même ce qui est une immense contre-performance. Son omniprésence dans les médias et ses prophéties catastrophistes l'ont rendu inaudible à tel point que plus personne n'écoute Olivier Véran aujourd'hui.
L'usure du pouvoir, certes, explique en partie le désamour des Français pour cet ancien gréviste du corps médical mais c'est principalement son adhésion aux thèses portant sur l'obligation vaccinale qui ont achevé la viabilité du Ministre actuel de la Santé. Incapable de comprendre que les récalcitrants au vaccin veulent des résultats probants plutôt que des jugements de valeur destinés aux non-vaccinés, il a creusé sa propre tombe politique. L'interview du Ministre sur BFMTV hier transpirent une insincérité absolue. Lorsqu'il est questionné sur le départ forcé de Didier Raoult, Olivier Véran l'explique par son âge avancé et non par son analyse scientifique qui contrevient au discours officiel. Un mensonge qui a fait sourire bon nombre de téléspectateurs.
Ses atermoiements liés à la nécessité ou non d'une troisième dose de vaccin, à l'immunité collective, des éléments sur lesquels les Français ont la cruelle impression qu'il ne sait pas beaucoup plus de choses que les Français eux-mêmes, l'ont définitivement décrédibilisé. Ses crises d'autorité et son infidélité à ses convictions d'antan lorsqu'il s'affichait avec détermination en tant que gréviste face caméras pour défendre l'hôpital public participent à cette crise de confiance et à la démonétisation de la parole publique.

Les médecins et les scientifiques sont pourtant les derniers remparts contre le populisme et restent encore des symboles du progrès. C'est pourquoi  nous essayons de garder confiance en ces "têtes bien pleines" mais les faits montrent que même les tenants du savoir se comportent comme les autres professionnels de la politique. De quoi perdre un peu plus espoir en la vertu de l'action au service de l'intérêt général.
Sans parler de l'arrogance et du mépris écrasant qui caractérisent ses propos lorsqu'il évoque "l'irresponsabilité des non-vaccinés" allant même jusqu'à dire sur BFMTV hier que "c'est une épidémie de non-vaccinés" dans les Antilles. Le Ministre de la Santé et de la Solidarité n'a donc plus grand chose à voir avec le devoir de compréhension, de compassion et d'appétence que requiert un tel poste.
Cela donne à penser que les médecins seraient bien plus utiles en blouse blanche à soigner les patients qu'à courir après le pouvoir.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
A Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Asie
« Une grande purge est en cours »
Le militant hongkongais Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B