La chloroquine vient concurrencer le vaccin contre le COVID19

Si la vie humaine avait un prix pour les laboratoires pharmaceutiques, ce serait celui du néant. La chloroquine a été decouverte par le professeur Raoult comme potentiel remède contre le COVID19.

Si la vie humaine avait un prix pour les laboratoires pharmaceutiques, ce serait celui du néant. La chloroquine a été decouverte par le professeur Raoult comme potentiel remède contre le COVID19. Ses recherches sur un échantillon de 24 patients atteints du virus ont donné des résultats plus que probants. 75 % des malades ont été guéris suite au traitement expérimental administré par l'éminent chercheur. Sans rentrer dans les considérations scientifiques du débat lié à cette molécule, il est davantage question de mettre en évidence la collusion entre l'establishment médical et les laboratoires à des fins purement mercantiles. 

Les laboratoires ont en effet engagé des centaines de millions d'euros dans la recherche du vaccin contre le coronavirus et il ne sera mis sur le marché que dans quelques mois. Quelques mois donc à attendre de voir des milliers de vies s'éteindre dans l'indifférence générale. Mais c'était sans compter sur la pugnacité de Didier Raoult qui a d'ailleurs fait l'objet de menaces de mort via des sms reçus sur son téléphone portable lui demandant expressément de se rétracter sur ses déclarations vantant les mérites de la chloroquine. L'enquête, ouverte par le parquet, a conduit à un infectiologue du CHU de Nantes qui a réalisé notamment des études financées par des laboratoires. C'est ce que nous apprend Le Canard Enchaîné dans son édition eu 25 mars. Rien d'étonnant quand on connait la puissance des lobbys pharmaceutiques et leur capacité à s'attacher les services de scientifiques de renom pour défaire les travaux qui n'iraient pas dans le sens de leurs intérêts financiers.

Ce scientifique au look atypique vient ainsi anéantir tous les espoirs de profit potentiellement colossaux des laboratoires de recherche parmi lesquels on trouve l'institut Pasteur mais aussi CureVac, un laboratoire allemand bien parti également dans la course au vaccin contre le COVID19. Car si la chloroquine est réellement l'antidote miracle à ce virus qui fait trembler le monde, l'intérêt du vaccin en serait sérieusement altéré avec à la clé des fonds astronomiques investis à pertes et profits par les laboratoires concernés.
La boîte de chloroquine vendue dans les pharmacies à moins de 5 euros porte ainsi un coup fatal aux appétits financiers d'une poignée d'individus qui se voyaient déjà régner en maître sur le toit du monde. 

Le capitalisme démontre encore une fois si besoin est que sa voracité est sans limite et sa morale absente d'où l'ultime exigence pour nos sociétés contemporaines d'enterrer définitivement ce modèle économique qui donne finalement peu de valeur à la vie humaine

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.