Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

474 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 mars 2020

Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

La chloroquine vient concurrencer le vaccin contre le COVID19

Si la vie humaine avait un prix pour les laboratoires pharmaceutiques, ce serait celui du néant. La chloroquine a été decouverte par le professeur Raoult comme potentiel remède contre le COVID19.

Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si la vie humaine avait un prix pour les laboratoires pharmaceutiques, ce serait celui du néant. La chloroquine a été decouverte par le professeur Raoult comme potentiel remède contre le COVID19. Ses recherches sur un échantillon de 24 patients atteints du virus ont donné des résultats plus que probants. 75 % des malades ont été guéris suite au traitement expérimental administré par l'éminent chercheur. Sans rentrer dans les considérations scientifiques du débat lié à cette molécule, il est davantage question de mettre en évidence la collusion entre l'establishment médical et les laboratoires à des fins purement mercantiles. 

Les laboratoires ont en effet engagé des centaines de millions d'euros dans la recherche du vaccin contre le coronavirus et il ne sera mis sur le marché que dans quelques mois. Quelques mois donc à attendre de voir des milliers de vies s'éteindre dans l'indifférence générale. Mais c'était sans compter sur la pugnacité de Didier Raoult qui a d'ailleurs fait l'objet de menaces de mort via des sms reçus sur son téléphone portable lui demandant expressément de se rétracter sur ses déclarations vantant les mérites de la chloroquine. L'enquête, ouverte par le parquet, a conduit à un infectiologue du CHU de Nantes qui a réalisé notamment des études financées par des laboratoires. C'est ce que nous apprend Le Canard Enchaîné dans son édition eu 25 mars. Rien d'étonnant quand on connait la puissance des lobbys pharmaceutiques et leur capacité à s'attacher les services de scientifiques de renom pour défaire les travaux qui n'iraient pas dans le sens de leurs intérêts financiers.

Ce scientifique au look atypique vient ainsi anéantir tous les espoirs de profit potentiellement colossaux des laboratoires de recherche parmi lesquels on trouve l'institut Pasteur mais aussi CureVac, un laboratoire allemand bien parti également dans la course au vaccin contre le COVID19. Car si la chloroquine est réellement l'antidote miracle à ce virus qui fait trembler le monde, l'intérêt du vaccin en serait sérieusement altéré avec à la clé des fonds astronomiques investis à pertes et profits par les laboratoires concernés.
La boîte de chloroquine vendue dans les pharmacies à moins de 5 euros porte ainsi un coup fatal aux appétits financiers d'une poignée d'individus qui se voyaient déjà régner en maître sur le toit du monde. 

Le capitalisme démontre encore une fois si besoin est que sa voracité est sans limite et sa morale absente d'où l'ultime exigence pour nos sociétés contemporaines d'enterrer définitivement ce modèle économique qui donne finalement peu de valeur à la vie humaine

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon