La circulation différenciée pour aggraver les inégalités

La circulation différenciée! Une belle escroquerie intellectuelle à laquelle nous nous plions tous pour, nous dit-on, contenir le pic de pollution en région parisienne.

La circulation différenciée! Une belle escroquerie intellectuelle à laquelle nous nous plions tous pour, nous dit-on, contenir le pic de pollution en région parisienne et dans les grandes villes.

Les véhicules crit air 3, 4 et 5 sont interdits de circulation dans Paris intra muros. Soit plusieurs millions de vehicules (rien que ça!) concernés par cette mesure coercitive alors que la pollution, la vraie elle, est tolérée et même encouragée par certains endroits. Cette circulation différenciée frappe de plein fouet les précaires et au lieu de faire baisser la pollution, elle ne fait qu'aggraver les inégalités sociales déjà criantes dans notre pays car les Francais dont le salaire suffit à peine pour vivre sont encore plus fragilisés par cette mesure de riche. Comme pourrait-on l'appeler autrement sinon ainsi puisque les travailleurs pauvres sont appelés à prendre les transports en commun lorsque ces transports desservent les lieux où habitent ces précaires qui, la plupart du temps, s'éloignent de la capitale pour trouver des loyers acceptables.

La réalité est que la pollution n'est pas causée par ces hommes et femmes qui cumulent deux voire parfois trois boulots mais par ces bobos parisiens bien contents de voir moins de voitures polluer leur air. Ces mêmes bobos dont le bilan carbone est catastrophique et donc largement supérieur au commun des travailleurs qui n'ont d'autres choix que de prendre leur véhicule vieillissant pour gagner leur vie. Combien de fois par an les Parisiens prennent-ils l'avion pour passer une semaine de vacances dans le Sud de la France ou pour assister à une réunion de travail aussi inconséquente que dévastatrice pour l'environnement à quelques centaines de kilomètres au lieu de prendre le TGV?

Ce ne sont donc pas ces petites gens encore et toujours montrées du doigt qui souillent notre planète mais bien ces bobos des grandes métropoles dont la conscience environnementale ne se réveille que lorsqu'il est question de préserver leur cadre de vie paisible en restreignant au passage la liberté de circuler des plus fragiles. Sinon pourquoi refuser de taxer le kérosène pour limiter le trafic aérien qui est responsable à lui seul de 3% des gaz à effet de serre? Pourquoi refuser de mettre un terme définitif aux vols intérieurs au profit du ferroviaire bien moins polluant?

On est au coeur même du paradigme macronien qui s'évertue à croire que la réponse est dans l'empêchement et la taxation des plus pauvres mais qui défend bec et ongle la privatisation d'ADP alors que Mediapart vient de révéler dans l'édition d'aujourd'hui que cette privatisaton cache en réalité le projet pharaonique d'un aéroport XXL qui fera passer le nombre de voyageurs de 72 millions à 120 millions par an.

Alors quand on voit de telles contradictions vecteurs de si grandes injustices au plus haut sommet du pouvoir, on arrive à dormir tranquille même en roulant au diesel. Ceci parce que la dette écologique des déshérités de notre pays reste encore très limitée en comparaison à celle des égoïstes sanguinaires qui ont le pouvoir politique, économique, et financier.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.