La direction de Nocibe ferme les yeux sur le rascisme de son directeur marketing

Pour un directeur marketing d'une grande parfumerie, il y a un vrai problème de communication chez ce monsieur dont le langage est en dessous de tout. Celui-ci a répondu à la démission de Yassine Bellatar de LCI par le tweet suivant "Bon debarras pourriture d'islamiste"

Pour un directeur marketing d'une grande parfumerie, il y a un vrai problème de communication chez ce monsieur dont le langage est en dessous de tout. Celui-ci a répondu à la démission de Yassine Bellatar de LCI par le tweet suivant "Bon debarras pourriture d'islamiste" suite à quoi il a laissé libre cours à un lyrisme détonant en répondant à un internaute "va te faire enculer sale putain d'islamiste de merde...". Une merveilleuse prose que la direction de l'entreprise Nocibe refuse de sanctionner au motif que celui-ci s'est exprimé en son nom propre et non au nom de l'entreprise.

Un directeur marketing n'est-il pas censé construire l'image de son entreprise autour de valeurs comme le respect, l'élégance, la perfection et la tolérance? Visiblement pas chez Nocibe. Et quand bien même l'intéressé se serait exprimé en son nom propre, il y a tout de même une atteinte à l'image de marque de l'entreprise par de tels propos puisque celui-ci affiche sa fonction ainsi que l'entreprise qui l'emploie.

Savoir en tout cas que Nocibe emploie dans ses effectifs des fascistes notoires au langage peu châtié, la moindre des réactions citoyennes est de nous détourner de cette chaîne de parfumerie pour exprimer à notre tour notre réprobation totale face à ce rascisme devenu malheureusement ordinaire. Rappelons pour ceux qui l'auraient oublié, que l'islamophobie au même titre que l'antisémitisme n'est pas une opinion mais bien un délit.

Espérons qu'un juge se saisira de l'affaire pour recadrer ce voyou en cravate car en sans réaction de Nocibe ni de la justice suite à de tels propos signera explicitement l'autorisation de déverser sa haine de l'islam et des musulmans dans leur ensemble. Et quant à la liberté d'expression, il semble bien que de tels propos ne peuvent s'inscrire dans un tel registre.

L'islamophobie a visiblement de beaux jours devant elle et le pire reste à craindre dans une atmosphère aussi délétère où le musulman devient de facto l'origine de tous les maux de la société. Pour ma part, je réfléchirai dorénavant à deux fois avant de mettre mon argent dans une parfumerie peu regardante sur la morale de ses employés.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.