Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

0 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 mars 2014

Reporters Sans Frontières muselé à l'occasion de la visite du président chinois en France

Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À Paris, des membres de l'association Reporters Sans Frontières ont fait le déplacement pour dénoncer les menaces à la liberté d'expression et celle de la presse en Chine au moyen de camions publicitaires arborants un bras d'honneur truqué du président chinois.

C'est dans un contexte économique crucial que Reporters Sans Frontières a souhaité frapper fort ce matin. À l'aube d'un accord entre la France et la Chine se chiffrant à 18 milliards d'euros en faveur de l'Hexagone, des véhicules publicitaires ont fait route vers le centre de Paris pour sensibiliser aux pratiques décriées quant à la liberté de la presse en Chine.

Il s'agit du dispositif impressionnant mis en place par le président français à l'honneur de son homologue chinois qui a vraisemblablement motivé l'association pour son action "coup de poing". Au programme : cortège considérable, grande cérémonie à l’Hôtel national des Invalides. L'enjeu est de taille, plusieurs dizaines de milliards d'euros de contrats entre les deux pays sont sur la table.

Aucun dérapage n'est permis, et la rigueur s'est ressentie cette après-midi dans la capitale. Une somme de coïncidences inouïes peut faire penser à une grotesque manipulation de la part de l'État français pour arriver à ses fins.

Le premier fait marquant réside lors du départ des Invalides de François Hollande et de son homologue chinois. Ce dernier se dirige d'abord vers le véhicule pour s'assoir sur le siège arrière gauche. Puis, juste avant de fléchir, celui-ci est rappelé par le président français averti lui-même du non-respect du protocole, il devait s'asseoir à droite. Ce fait peu dérangeant aurait pu rester ainsi, si la cause n'était pas un but purement hypocrite consistant manifestement à retirer de la vue de Xi Jinping une sculpture gigantesque symbolisant un poing sur le trajet. Réalisée par un opposant au régime Chinois, le poing, tourné vers le bas, s'oppose au symbole révolutionnaire [...] et représente peut-être la fin d'une époque.

La fourberie aurait pu s'arrêter là si l'association défenseur de la liberté de la presse, RSF, n'était pas intervenu. C'est au moyen de camions publicitaires que l'organisation a diffusé un photo-montage montrant le président Chinois en train de faire un bras d'honneur à la presse internationale. Le but ultime était d'arriver sur le chemin qu'allait emprunter les deux diplomates pour faire une opération "coup de poing", mais les camions n'ont même pas pu entrer dans le centre de Paris.

Tous les véhicules, exceptés un, ont été mis à l'arrêt, et emmenés avec leurs passagers dans le commissariat annexe du 18ème arrondissement, très à l'écart des deux présidents. La raison juridique invoquée a été celle du contrôle d'identité classique, procédure tout à fait légale, qui a tout de même perduré pendant environ deux heures et demi pour une quinzaine de personnes.

Selon Le Petit Journal, le dernier camion publicitaire de l'opération a été stoppé quelques temps après, par les forces de l'ordre, en plein centre de Paris.


Sources : Mediapart, le Nouvel Observateur et les deux reportages du Petit Journal (1 & 2).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu