wawa
Chien qui aboie ne mord pas (et la caravane passe).
Abonné·e de Mediapart

761 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 oct. 2022

wawa
Chien qui aboie ne mord pas (et la caravane passe).
Abonné·e de Mediapart

"Toute loi trop souvent transgressée est mauvaise."

"C'est au législateur à l'abroger ou à la changer." Cette citation est de Marguerite Yourcenar, pseudonyme de Marguerite Cleenewerck de Crayencour (1903-87). On pense, notamment, au stupide régime de prohibition du cannabis.

wawa
Chien qui aboie ne mord pas (et la caravane passe).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Autres citations de Marguerite Yourcenar:

"Les lois sont dangereuses quand elles retardent sur les mœurs. Elles le sont davantage lorsqu’elles se mêlent de les précéder."

"Men who care passionately for women attach themselves at least as much to the temple and to the accessories of the cult as to their goddess herself."

"Every invalid is a prisoner."

"A being afire with life cannot foresee death; in fact, by each of his deeds he denies that death exists."

"C'est un fait que les morts les plus chers, au bout de quelques mois, seraient, s'ils revenaient, des intrus dans l'existence des vivants."

"Tout bonheur est un chef-d’œuvre: la moindre erreur le fausse, la moindre hésitation l'altère, la moindre lourdeur le dépare, la moindre sottise l'abêtit." / "All happiness is a form of innocence." / "Any happiness is a masterpiece." / "All happiness is a work of art: the smallest error falsifies it, the slightest hesitation alters it, the least heaviness spoils it, the slightest stupidity brutalizes it."

"Books are not life, only its ashes."

"Everything that we do affects our fate for better or for worse. The circumstances into which we are born also exert a tremendous influence; we come into the world with debits and credits for which we are not responsible already posted to our account: this teaches us humility."

"A book may lie dormant for fifty years or for two thousand years in a forgotten corner of a library, only to reveal, upon being opened, the marvels or the abysses that it contains, or the line that seems to have been written for me alone. In this respect the writer is not different from any other human being: whatever we say or do can have far-reaching consequences."

"Mais le bonheur est fragile, et si les hommes et les circonstances ne le détruisent pas, il est menacé par des fantômes." / "But happiness is brittle, and if men and circumstances don't destroy it, it is threatened by ghosts."

"Our true birthplace is that in which we cast for the first time an intelligent eye on ourselves. My first homelands were my books."

"Translating is writing."

"We say: mad with joy. We should say: wise with grief."

"Writing is a perpetual choice between a thousand expressions, none of which satisfies me, none of which, above all, satisfies me without the others. Yet I ought to know that only music permits a succession of chords."

"I knew that good like bad becomes a routine, that the temporary tends to endure, that what is external permeates to the inside, and that the mask, given time, comes to be the face itself."

"For me, a poet is someone who is 'in contact.' Someone through whom a current is passing."

"I have come to think thaï great men are characterized precisely by the extreme position which they take, and that their heroism consists in holding to that extremity throughout their lives."

"Il faut presque toujours un coup de folie pour bâtir un destin." / "A touch of madness is almost always necessary for constructing a destiny."

"Quand on aime la vie, on aime le passé, parce que c’est le présent tel qu’il a survécu dans la mémoire humaine." / "If you love life you also love the past, because it is the present as it has survived in memory."

"Notre grande erreur est d'essayer d'obtenir de chacun en particulier les vertus qu'il n'a pas, et de négliger de cultiver celles qu'il possède." / "Our great mistake is to try to exact from each person virtues which he does not possess, and to neglect the cultivation of those which he has."

"C'est avoir tort que d'avoir raison trop tôt."

"Je pense souvent à la belle inscription que Plotine avait fait placer sur le seuil de la bibliothèque établie par ses soins en plein Forum de Trajan: Hôpital de l'âme."

"Qui serait assez insensé pour mourir sans avoir fait le tour de sa prison!"

"Il ne faut pas pleurer pour ce qui n'est plus mais être heureux pour ce qui a été."

"Je ne sais pas à quoi nous serviraient nos tares, si elles ne nous enseignaient la pitié."

Simone Adolphine Weil (1909-43) est citée ici:

https://blogs.mediapart.fr/wawa/blog/271121/la-purete-est-le-pouvoir-de-contempler-la-souillure

...

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Un Syrien menacé d’expulsion, victime d’un engrenage infernal
Mediapart a rencontré un Syrien de 22 ans enfermé en rétention près de Roissy. Alors que les relations diplomatiques sont rompues avec le régime Assad, des contacts ont été pris en vue de son renvoi, d’après nos informations. Son « obligation de quitter le territoire français » a été validée par la justice. 
par Céline Martelet
Journal
Corruption : le géant Airbus accepte de nouveau de payer pour éviter des procès
Affaire Sarkozy-Kadhafi, Kazakhgate : le groupe d’aéronautique échappe à toute poursuite grâce au paiement d’une amende de 15,8 millions d’euros, selon un accord trouvé avec le Parquet national financier. Des associations anticorruption dénoncent les abus de la justice négociée à la française.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard
Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Le socle commun au collège... Où en est-on ?
A-t-on réussi à créer ce « commun » dans les collèges ? Comment ce socle pourrait-il évoluer ? Pourrait-il être étendu ?
par Guillaume Co
Billet de blog
« Crise de l’École », crise climatique : et si on les mettait en parallèle ?
En scolarisant les enfants de tous les milieux sociaux, l’École s’est « démocratisée ». Mais elle n’a pas changé sa logique élitaire. Dans une large proportion, les enfants d’origine populaire y sont mis « en échec ». En imposant aux pays dominants un standard de vie prédateur et mortifère, le capitalisme a engendré la crise climatique. Quels parallèles entre ces deux crises de la domination ?
par Philippe Champy
Billet de blog
Expérimenter, oui mais pour quoi faire et pour qui ?
A partir d’un cadre national qui garantit l’unité du système éducatif, il est toujours utile de libérer et d’encourager les initiatives locales si cela favorise la réussite de tous les élèves.
par Delahaye JP
Billet d’édition
L’indice de position sociale, révélateur de la ségrégation scolaire
À la suite d'une décision de justice, le ministère de l’Éducation nationale a publié les indices de position sociale de chaque école et collège (public + privé sous contrat). Le Comité National d’Action Laïque analyse la situation dans une note en ligne.
par Charles Conte