« SCOOBY-DOO, WHERE ARE YOU ?»

 J’ai suivi les « événements » Grecs comme un théâtre tragi-comique. Une scène Européenne, un casting extraordinaire les “nations-unies” à la rescousse des Grecs.

"X Plans d’urgences…Négociations…référendum… Grexit… Sortie de la zone euro, méchants et bon flics, experts légistes et fossoyeurs des ménages Grecs…"
Les directs gauches-droites tirant la couverture médiatique et espérant un retour sur Investissement en bulletins de vote et cumule de mandats.

Les experts sacro-saint de “L’ÉCONOMIE” se tirant la timbale à coût de milliards d’euros. « Mais, je suis économiste Monsieur », on paye, mais on paye pas vraiment, mais si on paye mais pas maintenant et puis de toute façon, les Grecs ne pourront jamais payer.. alors qui paye ? Mais c’est pas grave, il ne faut surtout pas lever l’ombre de la “burqa".

Cela pourrait perdre la sainte TRINITÉ « CONFIANCE »Consubstantialité de l’économie, «Dieu est grand» ?

Tchatcher de l’épicerie à la chambre des lords :

Quelles « fâcheuses » manies de comparer les nations et l’UE comme une Copropriété ou une S.C.I. ?

La dette des pays comme un portefeuille de famille ? Quel intérêt d’être un ÉTAT, une communauté d’intérêt de 742 millions de personnes, si l’on ne va pas plus haut que nos bijoux de famille.

La Grèce, gouvernance d’un état « africain » ? Tricheurs ? « Ces gens là, Monsieur », « Tutelle, Tutelle »... Quand on danse faut payer la musique. C’est du mauvais « La fontaine » pas grave, même s’il a copié « Ésope », Comment ? C’est pas encore un « Grec » celui-là ?

Alors je me suis demandé si l’Europe ne se rend pas compte des politiques du FMI et comparse, ces certaines gens qui vous veulent du biens. Pas de politique, cependant, nous vous dirons où mettre votre-Notre argent. « Est maître des lieux celui qui l’organise ? ». 

Alors, après une overdose d’infos de sauver le soldat Platon :

J’ai pensé à SCOOBY-DOO… J’ai toujours aimé ce personnage avec ses « Où, j’ai peur SAMI… ». Et puis je me suis mis à penser aux scénarios, c’était toujours à mon souvenir des histoires de promoteurs immobiliers voulant faire une grosse plus value. Ils terrorisent les populations, vident les ressources et revendent leurs biens.

« Bien mal acquis ne profite jamais ? ».
W.H 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.