The Black Book :Epître aux apôtres du chaos. 3 ème Partie

Depuis la publication par la BBC d'une enquête titrée : " Sénégal :un scandale à 10 milliards de dollars", le pouvoir du Président Macky Sall fraichement réélu, connaît sa première crise majeure. Nous avons de notre côté effectué une contre-enquête qui sera publiée sous la forme d'un livre digital gratuit qui paraîtra le 1er août 2019

Cover de l'ouvrage The Black Book © XO Cover de l'ouvrage The Black Book © XO
4-Pourquoi le Sénégal fait-il appel aux compagnies pétrolières étrangères ?

Le pétrole et le gaz découverts sous le plateau continental, au large du Sénégal, appartiennent au pays en vertu des traités internationaux et plus précisément au peuple Sénégalais comme établit par la constitution. Cependant, pour des raisons techniques et financières, les activités d’exploration, de développement et de production nécessitent indiscutablement la participation de compagnies pétrolières internationales. En cas de découverte, les compagnies sélectionnées revendiquent logiquement une portion des profits pétroliers et gaziers.

 Des technologies de pointe et des méga-projets

 La mise en valeur d’un champ pétrolier nécessite non seulement la maitrise de nombreuses techniques de pointe permettant des forages de plus en plus complexes, mais également la capacité de pouvoir gérer des méga-projets, impliquant des centaines de fournisseurs différents et employant des milliers de personnes sur plusieurs continents. Ces contraintes justifient pleinement l’appel aux compagnies pétrolières internationales et dire cela n’est pas faire injure à PETROSEN. C’est au contraire l’occasion de rendre hommage. l’ensemble de son personnel qui n’a pas chômé depuis la création de la compagnie en 1981. Aujourd’hui PETROSEN maitrise parfaitement ce qu’il y a de plus important dans le secteur pétrolier et gazier: la géologie et la connaissance des réservoirs. La participation systématique de PETROSEN à tous les projets permettra au pays de combler progressivement son déficit technologique. Préparer un pays à la maitrise d’un nouveau secteur prend beaucoup de temps mais la création récente de l’Institut National du Pétrole et du Gaz permettra au Sénégal d’acquérir plus rapidement les compétences nécessaires.

Un risque financier et un montant d’investissement dissuasif

Au-delà des aspects techniques, il est important de rappeler que la recherche pétrolière est une activité extrêmement aléatoire. Un puits d’exploration, qui peut facilement coûter plus de 50 millions de dollars, n’a, au mieux, qu’une chance sur cinq de déboucher sur une découverte. Considérant les besoins vitaux immédiats du Sénégal, il est raisonnable de laisser ce genre de pari financier aux compagnies spécialisées.

En phase de développement, c’est-à-dire après une phase d’exploration fructueuse, le risque financier diminue considérablement mais les montants en jeu deviennent colossaux. A titre d’exemple, chacune des 3 phases des projets SNE (Pétrole) et GTA (Gaz), coûtera environ 5 milliards de dollars.

Ces montants astronomiques, en plus des défis technologiques toujours plus importants, font des compagnies pétrolières internationales des partenaires stratégiques, puisqu’elles disposent, en plus de leur savoir-faire, des capacités financières nécessaires aux projets.

5-Quels sont les points à éclaircir suite au reportage de la BBC ?

  • Frank Timis ne devait pas bénéficier d’une concession au Sénégal du fait de son manque d’expérience.:

A cette affirmation il est possible d’opposer deux arguments. Le premier nous référant au Code Pétrolier de 1998 en vigueur à l’époque et qui citait comme principaux critères d’attribution : La Capacité Technique et La Capacité Financière.Le second à l’historique entrepreneuriale de M Timis qui non seulement en 2011 Timis était déjà attributaire deux blocs au Sénégal sous le label African Petroleum notamment  Rufisque Offshore mais aussi deux blocs en Gambie Am hamdallaly 1 et 2, ainsi qu’au Libéria, en Côte d’Ivoire et en Sierra Leone.

 

  • Pourquoi les blocs n’ont pas été attribués à Tullow  Oil ?

En Janvier 2012 Tullow a été sanctionnée au Sénégal sur le bloc Saint-Louis offshore peu profond parce qu’elle n’a pas pu respecter ses engagements financiers. Elle a eu à t payer des pénalités de 3 millions de dollars et était donc en mauvaise posture à l’époque

 

  • Le rapport de l’IGE a été sciemment ignoré.

La décision d’attribution date de JUIN 2012 et est donc antérieure à la fin de l’enquête de l’IGE en SEPTEMBRE de la même année soit 3 mois après. Il a été soumis le 21 SEPTEMBRE 2012et officiellement daté du 12 OCTOBRE 2012.

 

  • Le Sénégal a perdu 6 000 milliards de FCFA qui à sa place seront perçus par Frank Timis sous la forme de Royalties sur 40 ans.

L’idée a fait son chemin et a été adoptée dans la culture populaire du pays. Toutefois fois ce chiffre qui équivaut à 10 milliards de dollars est largement exagéré selon les experts et ce pour les raisons suivantes :

  1. Les 10 milliards de dollars évoqués sont largement supérieurs à la marge brute de BP sur la durée de la Cession qui s’élève à 7 ;7 Milliards de dollars.
  2. Le documentaire mentionne des royalties sur 40 ans alors que la durée de la cession est de 25 ans.
  3. Le chiffre de 10 milliards de dollars vient du premier prix demandé par M Timis qui voulait faire monter les enchères du fait de l’intérêt manifesté par Exxon sur le bloc en question.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.