Quelle catastrophe le "machin"

Quelle catastrophe, le "machin". Reste plus que l'utopie : citoyens du monde à la recherche d'un quartier : l'europe.
Demain la Catalogne et la région autonome basque d'Euzkadi proclament unilatéralement leur indépendance (z'y auront mis le temps) et décident de poser les bases d'une alter-europe, celle des régions. Ils activent leurs différents réseaux et créent une alter-banque fédérale européenne. Une nouvelle devise nait : l' alu, léger, facile à porter et on en trouve partout (z'avaient pensé au retour de l'écu, mais avec celui de DSK ça devenait risqué).
Pendant que l'alter-banque bat monnaie (n'y voir aucune allusion à Jean), Barcelone et Vitoria s'activent pour inviter tous les misérabilisés et déçus des grandes nations européennes à rejoindre la nouvelle structure : Chypre, la Grèce, l'Islande, l'Irlande, le Portugal, et d'autres régions désireuses de se constituer (Bretagne, Ecosse et Galles par exemple ainsi que quelques régions autonomes d'espagne (sauf Madrid, la Monarchie benête de carnaval ... et quelques autres, faut pas déconner).
Forts de leur passé politique et anti-franquiste, les Catalans et les Euskariens (c'est le vrai nom) proposent un cadre de résolution minimum pour adhérer à l'europe des régions :
- chaque région sera administrée par un principe de démocratie directe où on ne parlera plus de gouvernants mais de délégués-coordinateurs désignés par les différentes assemblées locales constituées dans les villages, les villes et les régions, puisqu'on aura considéré que c'est là -dans les villages, les villes et les régions- que doit s'ancrer la démocratie et non dans un quelconque Etat dont les compétences illusoires ne servent, au fond, qu'à nous ruiner tout espoir de liberté, de justice et d'équité.
- dans le même état d'esprit, l' alter-parlement euopéen élaborera des synthèses de dispositions à partir des doléances des différents peuples de l'alter-union, et ces synthèses retourneront ensuite dans les régions où elles seront soumises à l'approbation ou non du peuple par référendum. Au bout de trois synthèses refusées sur un même sujet, on estimera que ça vaut vraiment pas la peine de continuer à se casser le cul sur un truc qui emmerde tout le monde et on classera le dossier,
- abolition de l'extrème droite, des libéraux (bon, en Catalogne et en Euzkadi il y en a mais c'est pas des vrais), de la bourse, des banques non-coopératives et de l'idée même de rétablissement de la peine de mort,
- mise sous contrôle du patronat (jusqu' à sa disparition) par l'introduction de la démocratie dans les entreprises où des comités d'employés seront créés afin de participer activement à la gestion et aux orientations entrepreneuriales (chacun siègera par rotation -non, pas tous les cons ensemble, un panachage équilibré des compétences sera effectué régulièrement-) . S'inspirant du modèle coopératif, des assemblées générales seront régulièrement convoquées. Enfin, les syndicats pourront revenir à leur mission première : la défense des salariés par tout moyen à leur convenance, surtout par la grève générale (on l'avait presque oubliée celle-là),
- toute entreprise de 50 salariès ou moins se verra muer immédiatement en coopérative autogestionnaire,
- cette europe sera fédéraliste, et chaque région conservera son autonomie et ses prérogatives en matière de démocratie et d'économie locale, de langue, de culture, de production agricole (production locale, cela va sans dire ), d'énergie (le nucléaire étant banni par toutes les régions membres), etc... bin c'est de l'utopie, hein , chacun y met ce qu'il veut,
- la notion même de militarisme ne sera plus qu'un vieux truc pour attardés mentaux résidants encore dans l'autre europe.
- enfin, en matière de santé, de retraites et de toutes questions sociales à régler en urgence, on s'inspirera des travaux du CNR en 1944 pour établir un socle commun à toutes les régions. Après tout, on n'est pas plus dans la mouise, aujourd'hui, qu'ils ne l'étaient au sortir de la deuxième guerre mondiale.
Il y aura bien sûr plein d'autres belles choses dans cette alter-europe... c'est de l'utopie et donc chacun(e) peut y apporter ce qu'il(elle) souhaite. D'ailleurs le vraie démocratie, c'est l'utopie.
Voila, voila, tout ça c'est pour demain. Une europe qui se construit à partir des besoins des peuples et non pour les profits des marchands.
Et comme disait Léo Ferré : "je parle pour dans dix siècles et j'prends date !", et pourquoi pas, comme il le chantait aussi, dès demain :"nous irons réveiller Allende".
Bon, allez, je vais me calmer. Mais quand même, il y en a vraiment marre de ces gens-là, de leur suffisance et de leur mépris. Moi qui pensait qu'une vie ça pouvait se respecter... bin non, pour eux y' a des vies sans intérêt, même celles d' enfants, qui ne valent pas la peine qu'on freine le convoi des intérêts bancaires.
Les animaux n'ont jamais commis de génocides... les animaux n'ont jamais commis de génocides... les animaux n'ont jamais commis de... les animaux n'ont jamais commis... les animaux n'ont jamais... les animaux... de génocides.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.