Tout le paradoxe de Facebook

Facebook a permis dans un premier temps de partager de l’information mais à la demande des Etats et notamment de l’Etat français, Facebook peut désormais « rendre invisibles » certaines pages et(ou) de faire chuter leurs fréquentations. Les comptes GJ, Nantes-révoltée, CGT et SUD RAIL en ont fait les frais. N’oubliez pas qu’en pleine crise des GJ, Macron et Zuckerberg se sont rencontrés pour évoquer le contrôle des propos haineux mais pas seulement, il y a eu une reprise en main par l’Etat des réseaux sociaux.

Les comptes Facebook ont aussi deux autres gros défauts, ils permettent de connaitre les adhérents d’un groupe (même si les gens utilisent des pseudo) et surtout de les infiltrer. Tout se fait à distance, impossible de savoir si la personne est de bonne foi ou non. Les services de la DGSI ont pu s’inscrire partout. C’est du caviar dirait Audiard. Ils ont accès aux heures, lieux des AG ou actions. Ils peuvent y participer ou non, suivre l’importance des évènements, mieux ils sont en mesure d’en mesurer la pertinence. C’est la raison pour laquelle ils ont pu bloquer le homard géant fabriqué soi-disant en toute discrétion. Ils avaient l’heure de départ du camion et la route empruntée. Ils ne restaient plus qu’à organiser une opération commando.  C’est tout le paradoxe des réseaux sociaux qui ont permis à l’origine le lancement des GJ mais qui « en même temps » ont permis la main mise sur l’information. Pour rester libre créer un site WEB.

Il ne manque plus que la reconnaissance faciale dans la rue.  Je vous invite à regarder le reportage suivant :

 https://apprendre.tv5monde.com/fr/exercices/b2-avance/chine-la-reconnaissance-faciale-au-quotidien?exercice=2

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.