XipeTotec
Eleveur de xoloitzcuintles
Abonné·e de Mediapart

120 Billets

1 Éditions

Billet de blog 24 nov. 2014

Lettre contre la répression et la criminalisation de la protestation civile au Mexique (et pétition)

XipeTotec
Eleveur de xoloitzcuintles
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lettre contre la répression et la criminalisation de la protestation civile au Mexique

22 novembre 2014

M. Enrique Peña Nieto

Président de la République

M. Miguel Ángel Osorio Chong

Ministre de l’Intérieur

M. Jesús Murillo Karam

Procureur général de la République

Rapport spécial pour la Liberté d’expression

Commission interaméricaine des droits de l’Homme

À la communauté internationale,

À l’opinion publique,

Nous voulons exprimer notre profonde inquiétude et indignation face à la logique de répression que le gouvernement mexicain étale systématiquement en réponse à la protestation sociale générée par la disparition des 43 étudiants d’Ayotzinapa.

Les déclarations du président Enrique Peña Nieto du 19 novembre en faveur de l’utilisation de la force de l’Etat, et surtout les excès de la police anti-émeute et des corps de sécurité (CRS) à la fin de la manifestation massive du jeudi 20 novembre, constituent des signes qui menacent le déroulement pacifique de la protestation citoyenne. L’indignation légitime et la mobilisation provoquées par la violence et l’impunité au Mexique sont les conséquences directes de l’inefficacité du système judiciaire et du discrédit des forces de sécurité. Il est évident que le système, lui-même enfoncé dans le discrédit, ne peut offrir de sortie au conflit politique que vit la nation. Pour ces raisons, le réseau global #AyotzinapaSomosTodos ainsi que les signataires de cette lettre faisons les remarques et demandes suivantes :

(EDUARDO ESTRADA, El Pais)


1. Nous alertons les gouvernements, l’opinion publique et les organismes internationaux du danger que génèrent la criminalisation et la répression de la protestation citoyenne au Mexique. En plus de violer la liberté d’expression des citoyens, l’usage de la force par le gouvernement ne va pas dans le bon sens pour résoudre l’inquiétude politique que vit le pays, et ne fait qu’amplifier la violation desdroits de l’Homme et la confrontation entre les citoyens et le gouvernement.

2. Les allusions indiquant que le mouvement social et la presse font partie d’un projet de déstabilisation sont extrêmement préoccupantes et nous les rejetons.

3. Nous soutenons l’intervention de la Commission interaméricaine des droits de l’Homme de l’OEA (Organisation des États américains) en ce qui concerne les cas d’exécution extrajudiciaire et les enlèvements au Mexique. La communauté internationale doit exiger du gouvernement mexicain le respect des traités qu’il a signé en matière de droits de l’Homme.

4. Nous exigeons la libération immédiate des manifestants arrêtés arbitrairement le 20 novembre 2014 pendant la manifestation pacifique sur la place du Zócalo de la ville de Mexico. Nous demandons urgemment le retrait des charges que l’appareil judiciaire a retenu contre ces citoyens et l’annulation de leur transfert dans des prisons éloignées où ils ne pourront pas avoir accès à une couverture juridique. Nous dénonçons les violations au droit à un procès équitable, telles que l’interdiction d’accès aux avocats choisis par les détenus, l’interdiction d’apport des preuves d’innocence. La libération de prisonniers politiques est une priorité pour restaurer la crédibilité des institutions mexicaines.

Nous attendons une réponse immédiate de la part des autorités et des destinataires pour résoudre nos inquiétudes et nos demandes.

Avec toutes nos considérations,

Les soussignés.

Signer ici : https://ayotzinapasomostodos.wordpress.com/lettre-repression/

Page facebook de Ayotzinapa Somos Todxs

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis