Et si on demandait un référendum ?

Les élections, ce n’est pas le seul moment où nous, citoyens, pouvons participer au fonctionnement de notre démocratie.

Aujourd’hui, nous avons une opportunité historique : la toute première proposition de Référendum d'Initiative Partagée.

L’enjeu est de taille : éviter la perte pour l’Etat des délicieux revenus de nos aéroports, via une privatisation aussi discutable que celle de nos autoroutes.

Pourquoi est-ce un moment historique ?

Entré en vigueur en 2015, le Référendum d’Initiative Partagée (le RIP) n’a encore jamais été utilisé. Le RIP est un référendum qui doit être demandé à la fois par 20 % de nos parlementaires et par 10 % du corps électoral (i.e. nous !). Des conditions drastiques...

Les 20 % du Parlement, c’est fait. Et pourtant, c’était pas gagné : gauche et droite, habituellement opposés sur les questions économiques, ont su accorder leurs violons et voter pour un référendum. Il faut dire que les Républicains, les Socialistes, les Insoumis, les Communistes, les Verts et le Rassemblement National sont tous contre cette privatisation.

C’est un moment rare en politique. Sans doute lié au fait que 48 % des Français seraient contre cette privatisation (seuls 20 % seraient pour, le dernier tiers ne se prononçant pas, d’après ce sondage en date du 10 avril 2019).

C’est désormais au tour des électeurs de soutenir l’initiative. 

Les Républicains, les Socialistes, les Insoumis, les Communistes, les Verts et le Rassemblement National sont tous contre cette privatisation

Pourquoi défendre nos aéroports ?

Zones frontières, les aéroports sont des infrastructures stratégiques, où se jouent différentes politiques (douanières, commerciales, de sécurité nationale, etc.). Raison pour laquelle peu de pays les privatisent, pas même les Etats-Unis. Mais surtout, la dizaine d’aéroports que le gouvernement tente de privatiser rapporte beaucoup d’argent à l’Etat : 175 millions d’euros en 2018.

Pourquoi, alors, céder, à perte, un atout stratégique qui en plus rapporte de l’argent ? Le gouvernement n’a pas su répondre à cette question de manière convaincante. Sans entrer dans les détails, les liens entre nos dirigeants et les entreprises privées sont pointés du doigts. Une manière de récompenser les soutiens financiers privés de la compagne de 2017, et une façon de s’assurer une jolie carrière dans le privé une fois leur mandat politique achevé. Ce qu’on appelle trivialement du pantouflage.

Les différents élus à l’origine de la proposition de RIP craignent que le gouvernement ne reproduise « l’erreur de la privatisation des autoroutes », avec une hausse des tarifs pour les usagers et une baisse de la qualité du service, peut-on lire dans Le Figaro. « Sur le long terme, la gauche considère également, au même titre que bon nombre d’élus de droite, que la cession d’ADP est une “erreur stratégique” ainsi qu’un “non-sens sur le plan économique”, alors que l’entreprise a généré “175 millions d’euros de dividendes” à l’État en 2018 » .

Les différents élus à l’origine de la proposition de RIP craignent que le gouvernement ne reproduise “l’erreur de la privatisation des autoroutes”, avec une hausse des tarifs pour les usagers et une baisse de la qualité du service.

Et notre rôle ?

Nos représentants ont fait leur part du travail en proposant un RIP contre cette privatisation (et ça n'a pas été facile). Maintenant, c'est à notre tour, nous, citoyens français inscrits sur les listes électorales, de soutenir la demande qu'un référendum soit tenu pour voter pour ou contre la privatisation de nos aéroports. Il nous suffit de réunir les soutiens de 10 % des électeurs inscrits.

Je vous invite donc toutes et tous à faire enregistrer votre soutien sur le site du Ministère de l’Intérieur (avant le 13 mars 2020 à 23h59), en vous rendant à l’adresse suivante, armé d’une pièce d’identité : www.referendum.interieur.gouv.fr/soutien/etape-1

Il a pu être dit que ce site n’est pas ergonomique (certain vont jusqu’à soupçonner que ce serait volontaire). En cas de difficulté, voici un tutoriel : cliquez ici

Le gouvernement étant contre l’organisation de ce référendum (oh surprise !), n’attendez pas de lui qu’il en fasse la com. Il est donc particulièrement important de partager le lien nous-même, et d’en parler autour de nous !

www.referendum.interieur.gouv.fr/soutien/etape-1

 

Sources (liste non exhaustive) :

« À Saint-Denis, droite et gauche main dans la main contre la privatisation d’ADP », Le Figaro, 20 juin 2019, http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/a-saint-denis-droite-et-gauche-main-dans-la-main-contre-la-privatisation-d-adp-20190620

« Coup de théâtre : l’opposition amorce un référendum contre la privatisation d’Aéroports de Paris », Le Figaro, 9 avril 2019, http://www.lefigaro.fr/societes/l-opposition-amorce-un-referendum-contre-la-privatisation-d-aeroports-de-paris-20190409

« Aéroports de Paris : la privatisation de tous les soupçons », Médiapart (abonnés), 18 février 2019, https://www.mediapart.fr/journal/france/180219/aeroports-de-paris-la-privatisation-de-tous-les-soupcons

« Privatisation d’ADP : les arguments fallacieux du gouvernement », Médiapart (abonnés), 13 mars 2019, https://www.mediapart.fr/journal/france/130319/privatisation-d-adp-les-arguments-fallacieux-du-gouvernement?onglet=full

« Pourquoi le site du référendum contre la privatisation d'ADP est-il si critiqué ? », Libération, 13 juin 2019, https://www.liberation.fr/checknews/2019/06/13/pourquoi-le-site-du-referendum-contre-la-privatisation-d-adp-est-il-si-critique_1733453

« Tout les partis sont contre, sauf En Marche, c’est... les aéroports de Paris privatisés », Osons Causer, 6 mars 2019, https://www.youtube.com/watch?v=xChpn-9IwvM

« Usul. Privatisations : à qui profite le deal ? », Médiapart, 18 mars 2019, https://www.youtube.com/watch?v=3-Omj9Ez1cU

Le gouvernement étant contre l’organisation de ce référendum (oh surprise !), n’attendez pas de lui qu’il en fasse la com. Il est donc particulièrement important de partager le lien nous-même.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.