Yamine Boudemagh
Citoyen Hyper-Engagé
Abonné·e de Mediapart

216 Billets

2 Éditions

Billet de blog 18 avr. 2022

Yamine Boudemagh
Citoyen Hyper-Engagé
Abonné·e de Mediapart

L’étrange emblème fasciste du président Macron

La France a un logo, il est magnifique; il s’agit d’une femme voilée sur fond des trois couleurs et mots emblématiques de la République Française : Liberté, Égalité, Fraternité. En tant que Président, Emmanuel Macron s’en est attribué un autre, non officiel, la fascine pour flageller et la hache pour décapiter auquel il a rajouté un symbole chrétien : La croix d’Anjou. Explications

Yamine Boudemagh
Citoyen Hyper-Engagé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il est beaucoup question de fascisme en ce moment en France. Et chacun de traiter l'autre de fasciste au gré des discussions politiques.

Pourtant chaque citoyen français arbore sur son passeport un logo fasciste. Ce logo n'est absolument pas officiel. Il n'est pas celui de la République Française. Il s'agit de l'emblème officieux du président de la république.

Le mot fasciste vient du mot fascine. Son étymologie est latine, fascis, et italienne, fascina. Il s’agit d’un fagot de branchages liés par des harts, en bois ou en fer. La hart est la corde avec laquelle on pendait les criminels.

La fascine était le symbole de l’autorité pénale sous l’empire romain. Elle était portée par des licteurs, des officiers qui marchaient devant les principaux magistrats de l'ancienne Rome.

Les licteurs étaient chargés de protéger et exécuter les décisions coercitives des magistrats. Leur attribut principal, le faisceau de verges entourant une hache, était leur instrument de contrainte : soit pour une punition corporelle (les verges), soit pour une mise à mort par décapitation (la hache).

Tite-Live,dans son Histoire romaine,rapporte plusieurs occasions où le magistrat donne ordre à ses licteurs de se saisir d'un contestataire ou d'un récalcitrant. Les licteurs lui arrachent alors ses vêtements et le battent avec leurs verges.

Les membres du parti fasciste italien de Benito Mussolini adopteront en 1919 la même fascine comme emblème.

La version moderne des licteurs s’appelait jusqu’en 1986 :

Les voltigeurs.

Manuel Valls en fera lui aussi bon usage lors des manifestations contre la loi travail en 2016.

Aujourd’hui, ils sont devenus le symbole du quinquennat d’Emmanuel Macron depuis leur utilisation contre des manifestants lors de l’acte V des gilets jaunes en 2018.

Pourquoi diable Emmanuel Macron a fait de la fascine son emblème ?

En fait, cette bizarrerie n’a aucune raison d’être. La représentation de la France est régie par l’article 2 de la Constitution de la Vème république :

La langue de la République est le français.

L'emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge.

L'hymne national est « La Marseillaise ».

La devise de la République est « Liberté, Égalité, Fraternité ».

Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.

Officiellement donc, seuls l’hymne et le drapeau représentent l’État français.

D’où vient alors le logo qui figure sur toutes les communications officielles du gouvernement ?

Celui-ci représente cette superbe femme voilée sur fond de drapeau tricolore.

En fait, et pourquoi s’étonner, l’idée vient d’un publicitaire. Et par n’importe lequel ?

Le plus sympa, le plus attirant,

en tous les cas le plus bronzé de tous les publicitaires,

le Don Juan des ménagères, l’immense Jacques Séguéla.

François Mitterand d’abord puis Jacques Chirac ensuite refuseront l’idée d'un logo pour la France, idée jugée trop publicitaire pour le premier et inutile pour le second.

Et, c’est Lionel Jospin qui imposera sur toutes les communications officielles du gouvernement le logo de la France : une Marianne voilée, stylisée, fondue dans le drapeau bleu-blanc-rouge, imaginée, pour conquérir le monde, par Jean-Pierre et Évelyne Audour et leur agence Hémisphère Droit, filiale du groupe de Jacques Seguela.

La Cour des Comptes s'était plaint du kaléidoscope des représentations utilisées par les différents ministères. Elle avait suggéré une simplification. Le logo de Jospin figurera progressivement sur le papier à en-tête de tous les ministères et sur tous les documents émanant du gouvernement.

François Fillon, le 8 avril 2010, fera évoluer la charte graphique pour les services déconcentrés.

Édouard Philippe, le 17 février 2020, l’adaptera à la lecture sur smartphone. Selon le designer Valentin Socha, ce choix répond à une volonté de rendre l'action de l'État plus lisible et plus visible, après le mouvement des Gilets jaunes, la « complexité de l’organisation administrative » étant un des points qui ont émergé lors du grand débat national.

Le Marianne, une typographie d'État © Valentin Socha

Mais alors d’où vient l’emblème fasciste ?

A coté du logo officiel du gouvernement de la France existe un logo non officiel, celui du président de la république.

L’idée de ce logo est plus ancienne et émane de l’esprit de nos diplomates.

Lorsque la salle de l'Assemblée des Nations Unies fut construite à New York, chaque pays devait être représenté par un sceau.En 1953, une commission se réunit au Ministère des Affaires étrangères pour définir l'emblème de la France à faire figurer dans la salle d'Assemblée des Nations-Unies à New-York.

La commission adopte le projet du médailleur Jules Chaplain, reprise par l’artiste héraldique Robert Louis : un « faisceau de licteur posé en pal, sur deux branches de chêne et d'olivier, passées en sautoir, le tout d'or, lié par un ruban du même, chargé de la devise en lettres de sable Liberté-Egalité-Fraternité ».

Le président Giscard d'Estaing a repris ce motif - le faisceau de licteur surmonté de la hache et entouré d'une couronne de lauriers - comme emblème personnel.

Emmanuel Macron lui a rajouté La Croix d' Anjou.

Pourquoi une croix chrétienne pour représenter le président d'une république laïque ?

La véritable croix d’Anjou est conservée à la chapelle de la Girouardière dite chapelle des Incurables de l’hospice à Baugé dans le Maine-et-Loire. Elle est un fragment de la vraie croix du Christ, affectant la forme d’une croix à double traverse.

Vers 327 AD, des fouilles au Golgotha permirent de découvrir trois croix. Celle de Jésus se distinguait par l’inscription INRI (l’acronyme latin de Jésus de Nazareth Roi des Juifs). La Croix fut divisée en deux, une partie resta à Jérusalem, l’autre revint à l’empereur Constantin Ier.

Au XIIème siècle, l’empereur byzantin Manuel Ier Comnène l’offrira au poète français Gervais de Melkley, qui lui-même l’offrira à l’évêque Thomas. Ce dernier, touché par la douceur et la piété manifeste du chevalier croisé Jean II d’Alluye,lui offrira en cadeau. Et ce dernier la vendit aux religieux de la Boissière en 1244.

Pour la protéger des Anglais, elle fut ensuite confiée à Louis Ier, duc d’Anjou. Et par dévotion, celui-ci érigera l’Ordre de la Croix en son honneur. Elle sera révérée sous le nom de Croix Double d’Anjou.

Le duc René Ier d’Anjou, roi en son royaume et second fils de Louis II épousera en 1431 Isabelle, duchesse de Lorraine. Son petit-fils René II orne ses drapeaux de la croix à double traverse. Sa mère, Yolande d’Anjou, lui confie les duchés de Bar et de Lorraine. Le duché de Lorraine est un objet de convoitise entre Louis XI, roi de France et Charles le Téméraire, duc de Bourgogne. René II s’allie au roi de France et combat Charles le Téméraire à Nancy. Ce dernier est tué dans la bataille. Les Nancéiensadoptent la Croix d’Anjou comme emblème.

C’est ainsi que la Croix d’Anjou est devenue Croix de Lorraine.

Durant la deuxième guerre mondiale, le colonel de Gaulle arbora la Croix de Lorraine pour contrecarrer la croix gammée des nazis. En 1940, il crée l’Ordre de la Libération, dont les membres distingués pour des actes de bravoure exceptionnels porteraient le titre de « Croisés de la Libération ». Puis constatant la présence de beaucoup de musulmans parmi les libérateurs de la France, les Croisés sont devenus « les Compagnons de la Libération». quand l’ordonnance fut publiée en février 1941 au Journal officiel de Londres.

À la libération, de Gaulle refusera cependant de voir la Croix d’Anjou figurer sur le drapeau tricolore.

En 1972, la Croix de Lorraine a été choisie comme motif du mémorial Charles de Gaulle à Colombey-les-Deux-Églises (Haute-Marne). Elle ne figure pas sur les cachets officiels de la Ve République.

Comment l'Élysée justifie-t-elle l'utilisation d'un emblème fasciste ?

Sur son site, l'Élysée précise que la signification de cet emblème a été changée par la Révolution Française.

"La révolution française réinterprèta ce symbole : le faisceau représente désormais l'union et la force des citoyens français réunis pour défendre la Liberté. L'Assemblée constituante impose en 1790 ses « antiques faisceaux » comme nouvel emblème de la France.

À la chute de la Monarchie, le faisceau de licteur devient un des symboles de la République française « une et indivisible » (tel un faisceau). Il est repris sur le sceau de la Ière République puis sur celui de la IIe République, toujours en usage aujourd'hui."

Par contre, aucune explication n'est donnée sur une nouvelle interprétation de la hache.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal
Dans le viseur de la HATVP, Caroline Cayeux quitte le gouvernement
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani
Journal
Squats, impayés de loyer : l’exécutif lance la chasse aux pauvres
Une proposition de loi émanant de la majorité propose d’alourdir les peines en cas d’occupation illicite de logement. Examinée à l’Assemblée nationale ce lundi, elle conduirait à multiplier aussi les expulsions pour loyers impayés. Une bombe sociale qui gêne jusqu’au ministre du logement lui-même. 
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial