Deux louches de plus sur Christian Vélot

Mon pote Anton Suwalki a publié sur son site un papier qui commente une récente interview de l'inénarrable Christian Vélot, parue  dans la non moins inénarrable revue en ligne "Bastamag" :

 

http://www.imposteurs.org/article-christian-velot-l-ethique-de-toc-du-lanceur-d-alerte-120501304.html 

 

[sur le sérieux professionel de ce site et sur ses compétences toutes relatives en agronomie, je renvoie à mon papier sur leur visite chez les disciples de Pierre Rabhi, visite pendant laquelle ils ont vu des choses qui n'existaient pas mais n'ont pas vu ce qu'il y avait à voir  :
http://blogs.mediapart.fr/blog/yann-kindo/280912/agroecologie-quand-bastamag-voit-ce-quil-croit]


Je voudrais ici, en plus de tout ce qu'à écrit Anton, en rajouter deux louches en guise de commentaire sur les mensonges et l'hypocrisie  de Christian Vélot

1) A la question (pour une fois pertinente) de Bastamag :

"Vous contribuez à alerter l’opinion sur les risques potentiels des OGM. Sur un autre sujet, comprenez-vous ceux qui critiquent ou    mettent en doute les synthèses du GIEC sur le réchauffement climatique ? Est-ce une démarche comparable ? "


Vélot ose répondre :

"Certainement pas. Ceux qui défendent les OGM à tout prix (et la technoscience en général), et ceux qui attaquent le GIEC sont les mêmes"


Il se trouve que s'il y a quelque chose de vrai à propos de cette très générale généralité qui n 'est étayée par aucun exemple significatif, c'est que... c'est plutôt exactement l'inverse qui aurait tendance à être vrai.

Ainsi, lors de l'affaire "Séralini et son étude bidon" , le seul statisticien qui ait (lamentablement) tenté de venir au secours de Séralini, dans les médias et dans les Académies, est le désormais célèbre Paul Deheuvels. Or, il se trouve qu'avant de défendre Séralini, Deheuvels s'était pile poil illustré en défendant (là aussi en solitaire) d'autres bidouillages, à savoir ceux de Claude Allègre à propos du climat.
Autrement dit : un des très rares soutiens scientifiques d'Allègre contre le GIEC et la quasi totalité de la communauté des climatologues est aussi un des très rares soutiens scientifiques de Séralini contre l'ensemble des agences d'expertise du monde et la quasi totalité de la communauté scientifique qui bosse sur les impacts sanitaires des OGM.
Ce qui est somme toute cohérent.

[A propos de Paul Deheuvels, on peut voir la deuxième partie de ce billet, qui rappelle comment celui-ci a collaboré avec les fachos du Club de l'Horloge pour remettre le "prix Lyssenko" au climatologue Jean Jouzel :

http://blogs.mediapart.fr/blog/yann-kindo/250213/le-criigen-le-bien-etre-et-lacademicien

 

2) A une autre question pas idiote de Bastamag [tiens, qu'est ce qui leur arrive ?] :

 

"Pour pouvoir mener correctement des recherches, quelles sont les règles à instaurer pour éviter les conflits  d’intérêt ?"

 Vélot répond sans rire :

"On peut déjà imposer une règle : que toute personne qui a un lien direct ou indirect avec une entreprise ne soit pas membre de la    commission d’expertise en charge d’évaluer ses produits. "

La question est alors de savoir si cette proposition de règle simple n'est pas une vanne ironique méchamment lancée à l'encontre de son confrère.... Gilles-Eric Séralini !, étant donné que celui a en quelque sorte via une publication expertisé des produits fabriqués par un laboratoire homépathique, alors que à la même époque ce laboratoire (lié à une secte) le rémunérait pour faire de la formation auprès de ses représentants de commerce. Il y avait en plus dans l'équipe de Séralini qui testait le produit... des employés du labo en question. Séralini avait pourtant osé [c'est comme ça qu'on les reconnaît...] ne déclarer aucun conflit d'intérêt en bas de son papier.

[sur ce point, tout est détaillé là :
http://blogs.mediapart.fr/blog/yann-kindo/030213/seralini-entre-detox-et-intox]

Une des facettes  de "l'éthique en toc" des quelques rares scientifiques qui militent contre les OGM est précisément de prêcher autre chose que ce qu'ils font eux-mêmes.

 

Yann Kindo

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.