Homéopathie : y croire est un problème

Je ne vais pas exposer ici en détail les arguments qui démontrent que l’homéopathie est de la foutaise, une arnaque qui repose sur des conceptions archaïques de la médecine et qui n’a pas la moindre preuve à son actif d’une efficacité spécifique au-delà de l’effet placebo.
Voici quelques sites et liens auxquels se référer pour voir tout ça plus en détail :

http://www.pseudo-sciences.org/recherche.html?recherche=hom%C3%A9opathie

http://www.charlatans.info/homeopathie.shtml

http://www.pseudo-medecines.org/search/hom%C3%A9opathie/

Rappelons simplement un point fondamental : la plupart des produits homéopathiques sont soumis à des dilutions telles que l’on peut considérer qu’il n’y a plus la moindre molécule de produit actif dans la granule qu’on avale. Vous pouvez prendre le produit A, B ou C, ça ne change rien, de toutes façons sa composition est la même :  c’est du sucre, en gros.

Souvent, un des arguments opposés aux rationalistes qui critiquent l’usage et, pire, le remboursement de l’homéopathie, c’est que de toutes façons ce n’est pas très grave, ce n’est pas la peine de perdre du temps avec ça, parce que comme de toutes façons il n’y a rien dans ces pilules, on peut les avaler sans crainte – ce qui est vrai. Ainsi, Monsieur Placebo peut faire son effet sans risque d’en voir de secondaires apparaître, tout ça ne coûte pas bien cher à la Sécurité Sociale, et on ne va pas s’énerver pour si peu.


Je voudrais montrer à travers deux exemples récents que si, ça a son importance, et que le danger de la croyance est dans le fait d’y croire vraiment. Le premier exemple est tragique, le deuxième est assez ironique et plutôt comique


Exemple 1 : Quand on croit vraiment à l’homéopathie, on met sa santé en danger. Ou celle de son enfant.

Un peu comme quand on croit vraiment aux bienfaits de la non-vaccination et qu’on favorise ainsi le retour de la diphtérie ou de la rougeole…

Pour l’homéopathie, le dernier exemple en date – il y en a malheureusement d’autres – nous vient de Pennsylvanie, où un couple a involontairement laissé mourir leur fille de 18 mois, qui souffrait d’une infection à l’oreille. Il se trouve qu’autour de moi, c’est à dire en salle des profs,  le coup des « otites à répétition que les médecins n’arrivent pas à soigner et qui disparaissent comme par enchantement quand intervient l’homéopathe", est la principale « preuve » (sous forme de pur témoignage, autrement dit pas une preuve) de l’efficacité de l’homéopathie revendiquée par les parents qui y ont recours pour leurs enfants. Dans le cas des Délozier, le conte de fées à base d’intervention magique des granules n’a pas eu lieu comme dans les belles histoires : le couple a refusé de donner à son enfant des antibiotiques – qui l’auraient facilement guérie – et d'autres « produits chimiques » abhorrés, ils l’ont traitée à l’homéopathie et aux plantes, et… elle est morte en mars dernier. Aujourd’hui, les parents sont poursuivis pour homicide involontaire :

http://www.dailymail.co.uk/news/article-3130660/Toddler-dies-untreated-ear-infection-parents-refused-treatment-don-t-believe-modern-medicine.html

Donc, la croyance, quand on y croit, ça peut être très dangereux, et mieux vaut ne pas croire.



Exemple 2 : l’incohérence poussée dans ses derniers retranchements


Vous avez peut-être déjà entendu parler de la nouvelle étude de Gilles-Eric Séralini, le militant anti-OGM qui avait notamment fait parler de lui avec son étude bidon censée montrer le danger d’un OGM alimentaire :

http://blogs.mediapart.fr/blog/yann-kindo/220912/gilles-eric-seralini-ou-le-cirque-publicitaire

 Il y a une certaine cohérence à constater que par ailleurs Séralini est un partisan de l’homéopathie, étant donné que quand on méprise les fondements de la pratique scientifique par certains aspects , c’est normal de le faire aussi par d’autres aspects. Ce qui est piquant dans le cas Séralini, c’est que ce grand pourfendeur de supposés conflits d’intérêts chez les autre en est lui bourré sans les déclarer,  quand il expertise des produits homéopathiques au service d’un labo  (lié à une secte) qui le rémunère par ailleurs :

http://blogs.mediapart.fr/blog/yann-kindo/030213/seralini-entre-detox-et-intox

 

Bien que sa dernière étude ait été dépubliée et qu’il soit devenu la risée de la communauté scientifique internationale, Gilles-Eric Séralini fait ces jours-ci son grand retour médiatique et nous refait le coup de « l’étude alarmiste qui va à l’encontre de tout ce qui se fait en toxicologie et qui est promue dans les médias avant même d’avoir été publiée ». Et, comme d’hab, si l’étude a du mal à être vraiment publiée, ce n’est pas à cause des problèmes récurrents dans les travaux de Séralini, c’est évidemment du fait de la pression des « industriels », tu penses (industriels qui ont manifestement du mal à l'empêcher de passer à la télé et à la radio, en revanche):

http://france3-regions.francetvinfo.fr/basse-normandie/2015/06/18/nouvelle-etude-de-ge-seralini-les-tests-de-laboratoire-sont-fausses-750233.html

 

Donc, cette fois-ci, Séralini s’efforce de montrer qu'en fait les aliments donnés aux rats de laboratoires sont contaminés (pesticides, métaux lourds, etc…), et que donc les études comparatives faites en toxicologie n’ont aucune valeur – ce qui inclut  sa précédente, on imagine…- puisque même le groupe témoin est exposé à plein de trucs super dangereux dans leur alimentation, sous forme de « traces » (en quelle quantité ?, telle serait la question…). C’est assez piquant de voir Séralini arguer du fait  que

« "La composition de cette nourriture augmente le bruit de fond à un tel niveau que ça cache tous les effets secondaires des produits testés.",

quand on sait  que la méthode Séralini consiste justement à utiliser ce « bruit de fond » pour y sélectionner les données qui vont dans le sens de ses a priori tout en ignorant soigneusement celles qui vont en sens inverse.


Quel rapport avec l’homéopathie, me direz-vous ?


C’ets très simple : cette nouvelle étude est à nouveau cosignée par Joël Spiroux de Vendomois, qui, en dehors d’être en toute neutralité président d’une association anti-OGM, exerce dans le civil la noble  profession ... d’homéopathe !


Cette personne croit donc à l'action de pilules dans lesquelles il n'y a pas de molécule de produit actif.


Du coup, on se demande bien pourquoi il mène une étude pour révéler la présence de telle ou telle molécule dans la nourriture pour rats de laboratoire, étant donné que pour lui présence de molécule ou pas ça ne change rien, il y a un truc magique qui se passe de toutes façons.
Ou bien c'est son étude qui n'a aucun sens, ou bien c'est sa pratique professionnelle qui n'en a pas, mais selon son propre point de vue les deux ne peuvent pas être pertinents en même temps.

Le degré minimal de la démarche scientifique, c’est le souci de la  cohérence entre ce qu’on raconte d’un côté et ce qu’on fait de l’autre. Mais la rigueur et cohérence, on sait bien que ce n'est pas leur souci principal, aux anti-OGM ou aux homéopathophiles,  qui bien souvent sont les mêmes.



Yann Kindo

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.