Frédérik Bernard dans la dignité et le réalisme


Je vous transmets la réaction de FREDERIK BERNARD :

"Comme je le dis depuis le début, cette circonscription, taillée par et pour l’UMP n’a pas livré de surprise. Dans ce contexte, je remercie d’abord toutes celles et tous ceux qui m’ont fait confiance. Les électrices et les électeurs et aussi les militants qui dans cette circonscription, qui n’est autre qu’une création du pouvoir sarkozyste déchu, se sont démener sans compter pour faire triompher nos idées.

Dans les Yvelines, pour la première fois, tous les candidats de la majorité présidentielle étaient au second tour. C’est un fait inédit. A Poissy, même si les voix encore gagnées par le PS ne sont pas assez nombreuses pour confirmer le Changement exprimé aux élections présidentielles, je reste confiant en l’avenir. A Plaisir, la ville dirigée par le suppléant de mon adversaire qui n’est autre que le maire de cette ville, je vois que le second tour a largement confirmé l’emprise des idées de la Gauche. Je reste donc confiant.

Confiance en l’avenir donc, puisque chacun verra maintenant qu’un député de l’opposition a des moyens beaucoup plus réduits qu’un député ministre. Confiance en la nécessaire mobilisation rapide des sympathisants et militants de gauche. Confiance dans l’utile capacité des amis républicains et socialistes à comprendre dès aujourd’hui que Poissy à vocation à devenir l’un des piliers des idées de gauche dans notre département. Confiance surtout en la réussite de ce Parlement qui peut maintenant appliquer le changement tant espéré après 10 ans de gouvernement de droite.

Même si je salue la victoire de mon adversaire d’un soir, je reste convaincu que le territoire de notre 12ème circonscription des Yvelines n’est pas destiné à demeurer la forteresse que l’ancien parti majoritaire de droite a espérer ériger. Au sortir de cette campagne qui m’aura conduit au second tour…fait assez inespéré au vu du redécoupage singulier de cette circonscription…les idées des partis de la majorité présidentielle gagnent du terrain par rapport à l’élection de 2007.

De cette campagne, âpre, dure, dans laquelle rien ne m’aura été épargné, ni les  propos diffamatoires, ni les accusations mensongères, ni les rumeurs indécentes à mon encontre, nous étions sans doute trop peu pour lutter et faire comprendre que ma conception de la politique ne s’abaissera jamais à ce niveau. Je veux dire à ceux qui se sont mobilisés et les autres qui sont prêts à le faire, que  je continuerai à mettre mon expérience politique et ma passion de ma ville au service des hommes et des femmes qui partagent les idées justes pour notre territoire auxquelles je crois plus que jamais".

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.