Tribune : A quand la liberté conditionnelle pour les étudiant(e)s

Cela fera bientôt une année complète à distance pour les étudiant(e)s. Mais on nous aurait presque oublié. On a parlé de nous, en nous designant comme les responsables de la propagation du virus, depuis que nos universités sont fermées on ne parle plus de nous. Les pestiférés sont donc enfermés chez eux, dans une indifférence écrasante.
  • Les étudiant(e)s, mais surtout les étudiant(e)s d'université sont pris très sérieusement pour des idiot(e)s sans cerveaux. On laisse fermées nos facs, on nous interdit l'accès à la connaissance dans des conditions de qualités, mais l'accès aux lieux de cultes, cela ne pose pas de problème, on peut même se réunir à plus de 700 personnes.

    Le manque de tout 
    La connaissance doit être transmise plus qu'à travers un vulgaire écran, sur lequel on retrouve des centaines de carrés noires. Et encore est-ce que l'on peut dire que cette dernière est transmise? Des enquêtes ont démontré, le manque de concentration, le manque de tout pour pouvoir engranger ces connaissances. Le manque de lien social n'est pas non plus une option. Comment peut-on ne pas penser aux effets secondaires que cela entraînera, de nous laisser reclus chez nous.

    Ignorance criante 
    Cet oubli provient de la société toute entière, de tous les politiques, de toutes les chaines d'infos, d'une partie de la presse -Le Monde, Libération, Mediapart ont traité ce sujet avec brio.-
    Nous sommes les citoyen(ne)s de demain, nous sommes les futur(e)s dirigeant(e)s de ce pays, nous sommes les futur(e)s électeurs/électrices, décideurs/ décideuses et patron(ne)s de grandes entreprises. Et personne, ou que très récemment s'intéresse à nous !
    J'en veux à une ignorance criante des difficultés des conditions de travail pour une part importante des etudiant(e)s, mais aussi des difficultés pour subvenir à leurs besoins.

  • Quand allez vous remplir votre rôle ? 
    J'en veux à notre ministre (Mme.Vidal) qui au lieu de gérer notre crise, dissimule des cavaliers législatifs dans le LPR. Quand allez vous remplir votre rôle? Votre absence totale en devient presque gênante.
    J'en veux à notre minsitre de ne pas s'exprimer autant que d'autre. Ou quand elle dédaigne le faire, ne donne que des dates, des vulgaires chiffres, pour donner l'impression qu'elle gère quelque chose, alors que non.
    Il est temps de considérer les étudiant(e)s qui comparer à toute la société ont passé leurs deuxiement confinement enfermé(e)s dans l'indifférence totale. Et bientôt le troisième dans les mêmes conditions? Le gouvernement, vous avez décidé de laisser les écoles et les collèges ouverts, je ne suis pas là pour dire si c'est bien, ou non face au combat contre la covid. On sait tous pourquoi, pour que l'économie ne s'arrête pas, cela en fait peut être une raison qui peut se justifier. Mais nous, vu que nos parents n'ont pas besoin de nous garder la journée, on peut nous enfermer pendant une année dans l'indifférence totale? Certains dans des chambres du Crous de pas plus de 10 metres carrés, d'autres dans leurs familles, ce qui ne veut pas dire confort pour autant.

    Agissez
    Alarmez vous mais serieusement sur nos conditions de travail, alarmez vous sérieusement sur les différentes enquêtes produites sur nous, alarmez vous sérieusement de ne pas permettre à vos futur(e)s citoyen(ne)s d'avoir pu se former dans les meilleures conditions possibles.
    Après vous êtres alarmés agissez! Les vannes sont ouvertes, alors profitez, cela singifie qu'il faut aider les plus précaires, il vous faudra aussi investir dans notre avenir, c'est-à-dire donner les moyens aux universités de pouvoir nous accueillir.
    Nous ne sommes coupables de rien, alors sortez nous immédiatement de cette enfermement délétère!


  • (Je ne suis ni militant politique, ni un militant syndicaliste, je ne suis qu'un simple étudiant. Donc ces lignes n'engagent que moi)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.