Mon pays porte un nom

Quand j’étais petite, le Bled était pour moi un petit livre de grammaire. Je connaissais évidemment بلاد qui signifie pays en arabe, j’avais entendu quelques fois au détour d’un film ou d’une émission à la télé cette curieuse expression employée pour désigner le pays d’origine des immigrés maghrébins mais...

Quand j’étais petite, le Bled était pour moi un petit livre de grammaire. Je connaissais évidemment بلاد qui signifie pays en arabe, j’avais entendu quelques fois au détour d’un film ou d’une émission à la télé cette curieuse expression employée pour désigner le pays d’origine des immigrés maghrébins mais j’étais quand même surprise lorsque, une fois en France, j’ai découvert toute la condescendance cachée derrière cette expression. 


Pour faire vite, le Bled c’est un peu "trouville", une campagne paumée au milieu de nulle part, un pays lointain – souvent de l’autre côté de la méditerranée- évidemment sous développé où règnent désordre, chaos et anarchie. 

Le Bled, c’est généralement la contrée des arabes pêle-mêle et accessoirement celle des petits campagnards. C’est la représentation d’un orientalisme 2.0, un lieu où tout est permis parce qu’évidemment au bled on est au-dessus des lois, on s’adonne à tous les vices et on ne travaille jamais.

Bien entendu, un « expat » Américain, italien ou espagnole ne rentre jamais au bled, il va respectivement en Amérique en Italie ou en Espagne. De même pour un parisien ayant eu l’audace de franchir le périph. Ils rentrent tous chez eux et on n’en parle plus. Pourtant moi aussi quand je rentre chez moi, je vais dans un endroit bien précis. Un pays, avec une langue, une histoire, des traditions multiples et variées. Curieusement, ce pays porte un nom, La Tunisie.

 Il a même une capitale nommée Tunis, je le sais parce que c’est marqué sur mon billet d’avion. Eh oui ! en Tunisie, il y a des villes, des routes et accessoirement des feux de signalisations, des voitures et encore plus fou on a internet. Nous avons aussi des frontières avec L’Algérie et la Libye, ça fait de nous trois pays bien distincts, avec trois gouvernements à part, trois peuples qui malgré des points communs, demeurent complètement différents.

Le Bled donne naissance à cette magnifique figure du blédard. Lui c’est un peu l’arabe des temps modernes. C’est le beauf aux origines exotiques pour les français « de souche » et c’est le petit cousin paumé resté dans l’autre monde pour les maghrébins de France.
Le Bled te renie toute spécificité culturelle et identitaire. C’est un terme fourretout. Il désigne tout et n’importe quoi du moment que c’est moins bien, méprisable, arriéré. Le Bled est mythe, le Bled est indéfinissable, le Bled n’existe pas.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.