Yasmine Ben ammar
Etudiante en science politique.
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 janv. 2019

«Sexe et amour au Maghreb», un documentaire plus inutile qu'inédit

Le 27 Janvier 2019, la chaîne M6 diffusait un nouveau numéro d'enquête exclusive consacré à la sexualité au Maghreb. Retour sur un documentaire qui pose problème.

Yasmine Ben ammar
Etudiante en science politique.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Premières images ; gros plan sur un minaret. Bernard de la Villardière se tient devant une mosquée, l’air grave il annonce un film « exceptionnel » qui « s’attaque » aux tabous des sociétés maghrébines « musulmanes, conservatrices, volontiers machistes ». Rien que ça…
Le ton est donné. Ce bon vieux Bernard compte bien nous expliquer comment ces arriérés d’arabo-musulmans traitent leurs femmes et les homosexuels.

Pendant une heure et quart, le documentaire relate ce que bon nombre d’auteur.e.s , de cinéastes et de journalistes maghrébin.e.s ont déjà traité : mythe de la virginité, l’enfer des mères célibataires, répression de la communauté LGBT+. Enquête exclusive, innove donc et « lève le tabou » sur des sujets qui - en Tunisie du moins- animent le débat public depuis quelques années. Bien joué !


De Tunis à Casablanca en passant par Beyrouth- qui miraculeusement intègre le Maghreb le temps d’un documentaire- on dresse pêle-mêle le portrait sombre d’un « monde arabo-musulman » tout en niant les particularités des sociétés qui le composent.
Dans une interview, Joumana Haddad parle même de l’émancipation « de la femme arabe » . Cet éternel bouc émissaire – entité unique et indivisible du Machrek au Maghreb - se bat contre un patriarcat qui n’existe visiblement que d’un seul côté de la méditerranée. Ainsi, nous aurions toutes un choix à faire – le même évidemment- celui de la liberté qu’offre un féminisme « universel ». Au diable les différences de conditions économiques, sociales, géographiques, au diable les différentes sexualités et les multiples besoins des femmes. A l’heure post- MeToo où les normes hétérosexuelles, les valeurs du patriarcat et l’ethnocentrisme sont questionnés un peu partout dans le monde, le message est clair : Il n’y aurait qu’un chemin menant à la liberté sexuelle de « la femme arabe », celui tracé par les occidentaux.

Néanmoins, malgré les messages subliminaux, le constat est sans appel. Oui, les homosexuels sont réprimés, tabassés, emprisonnés voire tués en Tunisie, au Maroc et dans bon nombre d’autres pays. Oui, les femmes sont les premières victimes des sociétés frustrées et misogynes. Oui, à l’image de l’imbécile heureux montré dans le docu, ils sont plusieurs à croire encore qu’une femme non-vierge est une femme de « seconde main », que leur dignité tient à un bout de chair et que le père Noel existe. Et non, il n’est malheureusement pas possible de s’aimer librement au Maghreb en 2019. Mais ne le savions-nous pas déjà ?

J’ai longtemps hésité avant de regarder ce numéro d’enquête exclusive et mon indécision n’était pas seulement due à une connexion internet capricieuse. Connaissant les méthodes sulfureuses d’M6 et les controverses provoquées par le présentateur de l’émission je me demandais sincèrement ce qu’un énième documentaire fait par une chaîne étrangère pourrait bien apporter ? La réponse aussi fut sans appel ; absolument rien.


Si le but était de donner la parole à une jeunesse éprise de liberté, c’est raté. Mis à part les témoignages de quelques membres de l’association Shams aucune lueur d’espoir ne semble surgir de ce film. Pourtant ce ne sont pas les initiatives citoyennes qui manquent ; des combats politiques, aux manifestations en passant par les débats télévisés , les événements culturels aux luttes des associations féministes ; les formes de résistances sont multiples et variées.

Extrait du documentaire © PROD

Quant à la volonté de comprendre ces phénomènes sociétaux, « Sexe et Amour au Maghreb » ne fait qu’essentialiser les problèmes évoqués sans véritablement chercher à en connaître l’origine. Il n’apporte rien sur le fond et bien au contraire, ne fait que renforcer les stéréotypes d’un orientalisme encore bien présent.
On en oublierait presque que la dépénalisation de l’homosexualité en France date des années 1980 et on serait tenté de tendre un miroir à l’autre rive pour un petit examen de conscience.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai