Islamophobie: Repenser la lutte © Yasser Louati

Merci à tous pour l’accueil
Ca fait vraiment chaud au coeur d’être avec vous ce soir.

                    Repenser la lutte

Faut d’abord accepter l’idée que tout système politique repose sur les rapports de force, des dominants, des dominés.

L’Etat de son côté ne respecte que les rapports de force et un responsable politique ne fonctionne qu’à partir de son intérêt personnel:
     “qu’est ce qui va me donner du pouvoir”
    “qu’est ce qui va me permettre de le conserver”
    “ qu’est ce qui va me permettre d’avoir plus de pouvoir.”

Et la domination des uns sur les autres se fait soit par la force et là c’est le monopole de l’Etat avec sa police et son armée, soit par la persuasion.

C’est cette deuxième option qui nous intéresse et je vais expliquer pourquoi.

Ce qui nous intéresse dans la lutte contre l’islamophobie et pour la justice sociale c’est  qu’avant de pouvoir attaquer les musulmans, il fallait d’abord en faire des êtres inférieurs, des ennemis, des gens qu’on doit soit civiliser, soit discipliner.

Et c’est exactement ce que disais le père de l’école publique, un certain Jules Ferry: “Il y a une obligation pour les races inférieures de civiliser les races inférieures”

Les élites qui dirigent ce pays ont donc hérité de cet imaginaire coloniale et le transmettent activement au reste de la population.
 
Ce que nous dénonçons tous aujourd’hui, n’est pas arrivé en un jour mais a été conçu et construit pendant des décennies.

Donc quand on en arrive aujourd’hui à des taux de discriminations qui devraient faire honte à un pays comme la France:

1)Un musulmane/musulmane a 4 fois moins de chance d’avoir de recevoir une réponse favorable à son CV.

2) Si c’est une femme qui porte un foulard, c’est 1% de chances d’avoir un emploi.

3) Discriminations au logement, à l’education et même à l’accès aux soins.
4) Contrôles au faciès, Brutalités policières

Quand on arrive à ce que le racisme anti-musulman s’exprime de l’extrême gauche à l’extrême droite, et que les tribunaux refusent de condamner des hommes qui tabassent des femmes à cause de leur foulard,
_des profs qui agressent leurs élèves parce qu’ils refusent de dire “je suis Charlie”
_ qu’une ministre des droits des femmes compare les femmes voilées à je cite “des nègres américains en faveur de l’esclavage” faut le faire
_Ou un préfet qui peut décider détruire la vie d’un berger


donc quand on en arrive là et qu’en plus rien n’est fait et qu’on veut nous faire croire que c’est normal…que ces musulmans l’ont voulu et qu’ils le méritent; c’est parce que l’imaginaire collectif a été gavé par cette construction du musulman sauvage, de la musulmane qui attend d’être libérée.
Et quand on voit que le droit se retracte, que les lois ne sont pas là pour défendre mais pour dominer, discipliner, exclure. Et la décision de la Cour Européenne de Justice qui autorise les discriminations “indirectes”, on a la preuve que la lutte contre le racisme ne peut pas s’arrêter aux tribunaux.

Petit rappel
Avant que les lois islamophobes ne soient votées, on a préparé le terrain pendant…15 ans.

15 ans d’une guerre idéologique et culturelle à tous les niveaux de l’extreme gauche à l’extreme droite.

Entre 1989 et 2004, les islamophobes ont fait leur travail. Il faut leur accorder

Ils sont en désaccord sur tout, sauf sur la haine du musulman. Et ensemble, ils ont produit tout ce qu’il fallait pour inonder le pays de livres, articles, reportages, documentaires, débats truqués etc… pour que la norme, ce ne soit pas l’égalité mais la domination.

Cette guerre idéologique a rendu possible un projet politique qui lui même a aboutit à une législation d’exception.
Et quand on pose la question aujourd’hui, ben on vous répond que c’est normal. Même quand une femme se fait tabasser à cause de son foulard, elle est d’abord suspecte et traitée comme coupable.

Et pendant ce temps, que faisait le camps opposé?…
[PAUSE]
Y’avait pas de camps en face!

La solution ne viendra donc pas de l’Etat, des intellectuels proches du pouvoir. La charité politique ca n’existe pas!

 La solution réside donc dans l’autonomie, l’auto-organisation, la solidarité, le soutien à ceux qui sont en première ligne. Ce n’est pas à tout le monde de devenir militant, mais chacun doit contribuer à son niveau.

Que celui qui peut écrire, qu’il écrive. Que celui qui peut filmer qu’il filme. Celui qui peut organiser qu’il organise. Celui qui peut mobiliser qu’il mobilise.

On vous refuse la parole, arrachez le micro! Et s’il n’y a plus de micro, ayez le vôtre.

Avant de reprendre l’initiative, il faut d’abord reprendre la parole et parler en son nom. Dire : “JE”, “NOUS” et pas attendre poliment qu’on vous donne la parole et qu’en plus on vous impose des conditions.

Maintenant, on connait tous la situation. J’ai rien à vous apprendre. Et le but de ma venue ce n’est pas de vous dire comment faire.

Le but de la lutte contre l’islamophobie, c’est pas de dénoncer, dénoncer, et attendre que le problème se règle. Il faut être en mouvement, sans action, la dénonciation c’est de la pure victimisation.
Les association manquent de soutiens, de personnels, de moyens. Les militants font les 3 huit et prennent des coups, qui va les soutenir?

Je me plains auprès de mon bourreau en espérant qu’il change d’avis. Non il ne changera pas d’avis tant qu’il n’aura pas des raisons de le faire. Et ces raisons là ne seront jamais morales, elles seront politiques.

Il n’y a pas plus efficace qu’un homme ou une femme de pouvoir qui craint de perdre son pouvoir.

Pour moi, le point de départ, c’est d’avoir des espaces sécurisés pour se rencontrer, parler, échanger, mieux se connaitre, apprendre à se faire confiance. Je m’en réfère aussi à ce qu’écrivais Malek Bennabi ou bien Antonio Gramsci. Si les idées ne

Une fois que les idées se mettent à circuler, on trouve le chemin pour agir. J’entends souvent: “Ouais mais on n’est pas soudés, on n’est pas unis”. C’est du n’importe quoi.

Si on peut s’unir pour ouvrir un grec, on peut s’unir pour faire tomber un maire injuste et même un président.

Être solidaire, ca ne veut pas dire être d’accord sur tout. Si on attend d’être d’accord sur tout avant de commencer à travailler ensemble, alors on fera jamais rien.

On ne change le monde qu’à la hauteur de ses ambitions et si tu vois petit, tu feras petit.

A chacun d’être fier des luttes de l’immigration post coloniale et toutes ces luttes populaires qui ont arraché les droits qu’on a aujourd’hui et que l’Etat veut remettre en question.

N’ayez pas peur de dire “NON” et de désobéir quand les lois sont injustes et quand les injustes se croient tout permis.

Toutes les injustices qui ont été commises, l’ont été à cause de l’obéissance aveugle et le refus d’écouter sa conscience…quand on en a une.

Ne vous résignez pas, on mérite mieux que cette république bourgeoise et ces élections bidons, qui nous enferment entre la peste et le choléra: “Il faut choisir le moins pire”

Depuis combien de temps on vote pour le “moins pire”?
                            [PAUSE]
Est ce qu’on a eu quelque chose de meilleur?

Une note importante, l’islamophobie, ce n’est pas “QUE” le problème des musulmans. C’est le problème de tout le monde, on commence toujours par un groupe puis on passe aux autres.

Pour divertir la foule, on parle des musulmans, pendant qu’on détruit les acquis sociaux. Pour mettre en place un Etat policier, on parle des musulmans comme l’ennemi intérieur.

J’ai souvent cette image en tête et je vais la partager avec vous.

Militer ce n’est pas se contenter de dénoncer mais agir pour changer un système.

C’est comme si on était dans un théâtre et qu’un groupe de personnes se mettait à faire du bruit juste pour pouvoir monter sur scene: “Continuez votre mise en scène, je veux juste être avec vous”.



Alors pour les faire taire, on les fait monter sur scene, on leur donne un petit role et ca s’arrête là. Tu te contente du rôle que les metteurs en scene te donnent. Espèce d’aliéné!

C’est pas ma conception de la lutte. Le but n’est pas de jouer un rôle dans un système injuste et ainsi le faire durer, mais de changer le système.

Cette cinquième république est injuste. C’est en plein bain de sang en Algérie qu’elle a eu le jour. Et ca vous étonne que ses institutions soient racistes? La police française est née sous Pétain et la collaboration. Son premier exploit, c’est d’avoir raflé 12500 juifs en 42; son deuxième a été d’assassiner 300 algériens en 61. Et vous doutez encore du racisme d’Etat?

Je vais partager avec vous ces quelques chiffre sur la désobéissance civile. Ce travail de recherche a été fait par Erica Chenoweth, professeur à l’Université de Denver:

Entre 1900 et 2006, 60 % des mouvements de désobéissance civiles non violents ont abouti. Entre 1940 et 2006, 70 % des luttes populaires étaient non violentes.

Comment désobéir?
Le boycott par exemple, pourquoi donner son argent à des criminels, des corrompus, des voleurs ou des profiteurs?

Autre exemple, on se plaint que les chaines et es radios publiques alimentent le racisme, et si on arrêtait de payer la redevance?

J’ai une bonne nouvelle pour vous. Il suffit que 3,5 % de la population se mobilise pour faire tomber un régime.

Bon c’est les elections.

Peu importe ce que demain nous réserve. Tant qu’il y aura domination, il faut qu’il y ait résistance.

Et si le prochain gouvernement refuse de changer la donne, alors je serai ingouvernable.

                  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.