[mediapart] Indépendance ? La data, l'or rouge

Indépendance vis à vis de qui ? Indépendance pour qui ? Mediapart est un des rares «tout en ligne payant» du paysage de la presse fr_fr. L'indépendance est souvent citée en objectif. Cependant plus un outil, un moyen permettant de s'affranchir de conflits d'intérêts, de pressions, biais de traitement de l'information et de garantir une liberté de ses choix éditoriaux.

Mediapart a été précurseur pour son choix de structure légale. Bravo & merci. Mais indépendance vis à vis de qui ? Et indépendance pour qui ?

Il serait bien laborieux et inutile de faire le tour de la question «vis à vis de qui ?» La partie est gagnée depuis longtemps. Alors ne regardons que l'échelle au dessus, qui se cache dans les détails, comme le diable. En m'abonnant _enfin_ à Médiapart je sais y trouver un journalisme de qualité, à la ligne éditoriale d'une gauche républicaine exigeante d'égalité et de fraternité, déclinées en demande de transparence de notre société , illustrées par des enquêtes sur collusions et corruptions, sur un socle de qualité d'articles donnant informations et prêtant à réflexions

Qui suis je ? Je ne suis rien, à peine une personne, un gueux, un sans-dent, incapable de prendre le train et restant oisif dans la gare, même pas fichu de traverser une rue. Un sous-citoyen, dont la profondeur de l'intellect peut être mesuré à la hauteur de son portefeuille et à l'épaisseur de son carnet d'adresse. Rien. A défaut d'être quelqu'un je suis quelque chose : un rouage, un relais, qui fait circuler la totalité de ce qu'il reçoit pour sa force de travail, n'ayant pas les moyens, intellectuels financiers ou d'héritage, de faire moins que la totalité. Mais je ne suis pas que cela, je suis aussi un produit dont on dissèque les habitudes, analyses les goûts, observe les idées, dans ce grand nouveau jeu, cette ruée au nouvel or : la donnée personnelle et sa science de mesures. Il y a eu l'or, puis l'or noir, le pétrole, ensuite l'or jaune, l'uranium, et maintenant l'or rouge, la donnée personnelle.

Indépendance vis à vis de qui, donc ? Visiblement pas de nos champions mondiaux de cet or rouge. Indépendance pour qui ? Visiblement pas pour les lecteurs abonnés. Avant même de cliquer sur "j'accepte les cookies", le site en fait enregistrer à mon navigateur, ce qui est contraire à la règlementation en vigueur. Un seul cookie est nécessaire : celui pour l'authentification. Un autre peut être intéressant : celui permettant d'avoir des statistiques d'usages. Que disent les conditions d'usages, les conditions générales de vente, la charte, à ce sujet ? La précision d'un tireur d'élite pour rester vague, comme il se doit : «Nous nous engageons à ne communiquer les informations personnelles vous concernant ou que vous nous communiquez que sur demande expresse des autorités compétentes» et «Les informations collectées à des fins statistiques sont anonymisées.» Aucun doute à avoir ni sur le bien fondé de ces engagements ni leur mise en œuvre. C'est le boulot d'un Google, ça, de coller un identifiant unique au navigateur puis d'utiliser les gentilles données 'anonymes'.

Google ? Oui, par exemple. Mais sur Médiapart la liste est longue : une bonne partie de la panoplie de Google mais aussi Microsoft et ses outils de tracing, Xiti le terrible, crazyegg, adnxs, addbutter et Facebook, le summum. Toute la clique est là. Indépendance vis à vis des cercles de pouvoirs fr_fr certainement, indépendant vis à vis du capital fr_fr à n'en pas douter. Mais l'échelle s'arrête donc là.

«c'est normal»

«ça nous fait des revenus»

«on est clean»

«tout le monde le fait»

«nous moins que les autres»

«poil à gratter»

«détail de l'histoire»

L'indépendance, la confidentialité, ce n'est donc pas un droit pour moi, je ne suis rien, à peine un produit.

 

les Emile Louis de la vie privée les Emile Louis de la vie privée

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.