Yochko
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 déc. 2021

Journal épisode 6 : Face à la nécessité de rester hospitalisée

Elle sentit, soudainement, que son coeur s’enfonçait, s’enfonçait, sans fin. Comme si elle coulait. Décider de rester hospitalisée. Prendre une décision contre-nature. Contre soi-même, son instinct, ses envies, ses sentiments. Une de ces décisions qui fait si mal, qu’elle aurait voulu que le monde s’arrête, qu’elle aurait voulu hurler, crier, frapper les murs, briser les fenêtres.

Yochko
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Elle sentit, soudainement, que son coeur s’enfonçait, s’enfonçait, sans fin. Comme si elle coulait.

Décider de rester hospitalisée. Prendre une décision contre-nature. Contre soi-même, son instinct, ses envies, ses sentiments. Une de ces décisions qui fait si mal, qu’elle aurait voulu que le monde s’arrête, qu’elle aurait voulu hurler, crier, frapper les murs, briser les fenêtres.

Mais la seule possible, finalement, cette décision, selon les médecins qui l’encourageaient à ne pas se faire confiance, ne pas essayer.

Elle qui, pour la première fois depuis si longtemps, se sentait capable cale et apaisée et voulait essayer.

Elle savait qu’elle n’abandonnerait pas. Elle avait pris sa décision. Elle avait envie de reprendre une vie, d'en construire une nouvelle, de se lancer dans le futur, vraiment. De redevenir quelqu’un. Quelqu’un d’autre, à construire. 

Et puis non. Il fallait se maintenir dans la maladie. Se dire qu’on était malade, qu’on restait malade avant tout.

Être, vivre, respirer anorexie. Être infantilisée constamment. Ne pas prendre ses décisions.

Elle serait hospitalisée. Noël seule à l’hôpital. Le nouvel an seule à l’hôpital. Elle se sentait sombrer dans la tristesse. Toute idée de bonheur possible, de bonheur accessible, là, juste là, tout ce qui l’avait fait tenir finalement, s'évanouissaient.

Adieu. Adieu Noël, adieu illuminations. Adieu à la neige et au vent. Adieu à l’hiver et au froid. Adieu à la crèche, aux santons, aux cadeaux, à la joie. Adieu aux repas de famille. Adieu au sapin que, tous les deux, ils faisaient. Adieu calendrier de l’avent, chocolats, truffes, bûches glacées. Adieu à la messe de Noël, aux jeux du Nouvel An, aux rires, aux voeux, aux sourires contents. Adieu à la galette, à l’anniversaire de sa sœur, au décompte avant Minuit, à la danse, adieu à la vie qui reprend.

Et elle se sentait sombrer, comme dans un puits sans fond. 

Cette décision qui la privait de toute sa force. Comme si elle marchait dans la boue, contre le vent et qu’on lui avait mis des boulets lourds aux pieds. Soulever un pied, l’extirper de cette boue. Le replonger, tomber, se relever. Tenter d’extirper l’autre pied. Retomber.

Et partout, cette boue gluante, qui avalait tout. Qui l’avalait elle. La dépression, depuis des années. Cette boue collante, qui l’empêchait d’avancer.

Alors pour vaincre la conséquence, on nourrissait la cause ? Pour guérir, il fallait se maintenir dans la tristesse ?

Mais ce n’était pas guérir. Ce n’était plus pareil. Elle se sentait dans un tunnel. Un long tunnel. Elle avait suivi une petite lumière, là-bas, au fond. C’était cette petite lumière qui lui avait fait parcourir ce chemin dans le tunnel. Elle s’approchait, s’approchait, tendait les bras. Plus rien, la lumière s’était éteinte. Elle était seule dans le noir. 

Elle ne put s’empêcher de penser à la plaisanterie qui la faisait rire dans un des épisodes de l’âge de glace, lorsqu’un des deux frères opossums est évanoui, et que son jumeau lui dit : « surtout, si tu vois un tunnel avec de la lumière au bout, fais demi-tour ». Il aurait compris. Sa sœur aussi.

Mais il n’y avait personne. Personne à qui dire la plaisanterie, personne qui comprendrait, personne avec qui rire, avec qui échanger. Si désespérément seule. Si longtemps enfermée. Quand verrait-elle autre chose qu’un hôpital ? Quand pourrait-elle ressentir l’air du dehors sur son visage ?

Et une vieille impression, un vieux sentiment s’installait en elle. Insidieux, menaçant. Un sentiment horrible, qui lui rappelait un événement précis.

L’envie de s’arrêter. Immobile dans sa chambre, assise sans bouger.

Parce qu’avec cette décision, la vie ne pouvait pas reprendre et le monde continuer. Comme si, en s’arrêtant, elle pouvait arrêter le temps. Comme à la mort de son père.

Immobile, sans bouger. Empêcher le monde de continuer. Ne pas reprendre son quotidien, pas tout de suite : reprendre, ce serait accepter. Accepter l’insupportable.

Elle savait aussi, maintenant, comment ça finissait. On se relevait, on reprenait. On devait accepter. Accepter l’insupportable. On continuait.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aux États-Unis, le Sénat adopte un plan climat sans ambition sociale
Par 51 voix contre 50, le Sénat des États-Unis a adopté le plus ambitieux plan climat de l’histoire du pays, prévoyant une enveloppe de 369 milliards de dollars pour réduire de 40 % les émissions de CO2 entre 2005 et 2030. Mais le volet social a été très largement sacrifié.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel