CADAVRE EXQUIS

La fin de règne de Bouteflika entraîne la défection en chaîne de ses ex affidés qui détalent l'un après l'autre et fuient comme des charognes leur amour décomposé. Lâchant au passage le dernier morceau de peur de rater le prochain marchepied.

Qu'on ne s'y trompe pas!
Ces charognes vont tenter de se recycler et vite, pour oublier et faire oublier leurs forfaitures. Ils se chercheront d'autres maîtres, puissent-ils avoir été il ya quelques heures, quelques jours, leurs pires ennemis. Habitués qu'ils sont, sans vergogne, à diluer leur honneur dans la lie du pouvoir; quant un ou deux témeraires, croyant l'heure de leur grand soir arrivée, éclairée par une obscure cour, tenteront déseperemment de conquérir le bien vacant, même à grands coups de canons.

Quel crédit accorder à ces repentis de dernière seconde. Ils n'auraient même pas eu la grandeur d'âme des voleurs d'honneur: baiser une dernière fois la main qui les nourrissait.

Qu'on ne s'y trompe pas!
Depuis peu, des chuchotements traversent les murs. Les vieux reflexes reprennent vie. On discute, on se dispute, on s'acharne, on s'etripe en apparté dans l'opacité, entre anciens pourris pour reconstituer la meute et reprendre la main sur le peuple.
Ce peuple qui continue pourtant, jour après jour, semaine après semaine, de leur signifier son désamour! Tandis qu'eux tentent de lui substituer sournoisement la transitoire trahison.

- Dites-moi, ils ne comprennent rien ou ils font semblant?

Les gens! comme dirait l'autre. Il ne faut pas laisser ces travestis nous voler le fin mot de l'histoire du cadavre exquis.

L'acte final de la scène doit être le débranchement ou ne le sera pas!
Il faut débrancher toute cette classe politique qui a chanté et dansé durant des années sous les feux de la rente...si nous voulons redevenirs fourmis.

Qu'on ne s'y trompe pas!
Seul le peuple est maître chez lui. Désormais, il le sait, il en est capable, il le montre chaque heure, chaque jour.
Ainsi, il aura les leaders qu'il aurait désigné pour porter le projet qu'il aurait écrit.

Qu'on ne s'y trompe pas!
La seule reconciliation possible de l'Algérie avec son peuple est à ce prix.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.