Prince Cloitré
Observateur du Maghreb et du monde arabe
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 mars 2019

La Turquie d’Erdogan est-elle bien placée pour donner des leçons de démocratie ?

Mécontent de la présence de dirigeants européens sur le sol égyptien le week-end dernier, Recep Tayyip Erdogan a cru bon donner des leçons de démocratie aux chancelleries du Vieux continent, égratignant l’Égypte d’Abdel Fattah al-Sissi au passage. Étonnant, de la part du président d’un pays régulièrement épinglé pour ses violations des droits de l’Homme.

Prince Cloitré
Observateur du Maghreb et du monde arabe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dimanche 24 et lundi 25 février, des dirigeants des pays membres de la Ligue arabe et de l’Union européenne se réunissaient à Charm el-Cheikh, dans l’est de l’Égypte, afin de mettre en place des stratégies conjointes de défense de leurs intérêts diplomatiques, économiques et sécuritaires. Fructueux, ce sommet de deux jours a pourtant moins fait parler de lui pour les conclusions auxquelles il est parvenu que pour les réactions indignées qu’il a suscitées de la part de la Turquie, et notamment du Premier des Turcs, le président Recep Tayyip Erdogan. En cause : la présence de représentants de l’Union européenne sur le sol égyptien, quelques jours après l’exécution de neuf condamnés à mort dans le pays. 

Sortant de sa réserve diplomatique, Erdogan, à propos de l’Égypte, a ainsi fustigé un pays où « la justice, les élections, tout cela, c'est des bobards. Il y a là-bas un système autoritaire, voire totalitaire. » Avant de s’en prendre aux États membres de l’UE représentés à Charm el-Cheikh : « Pouvez-vous encore parler de démocratie dans les pays de l'Union européenne qui viennent de participer à (un sommet) avec (le président égyptien Abdel Fattah) al-Sissi qui a fait exécuter neuf jeunes gens la semaine dernière ? » 

Ce qu’a oublié de préciser le tout-puissant président turc, en revanche, c’est que ces neuf condamnés étaient accusés d’avoir participé à l’assassinat, en 2015, d’Hisham Barakat, plus haut magistrat du parquet égyptien. L’homme avait trouvé la mort dans l’explosion d’une voiture piégée au passage de son convoi dans la capitale égyptienne. L’enquête de la police avait permis d’arrêter 15 personnes, toutes membres de la confrérie des Frères musulmans, responsable de nombreux attentats depuis la chute de Mohammed Morsi, en juillet 2013, et cherchant inlassablement à déstabiliser le pays.

Considérée comme terroriste dans de nombreux pays, dont l’Égypte, l’organisation des Frères musulmans a droit de cité en Turquie, et peut même compter sur le soutien bienveillant d’Erdogan, qui tire profit de ses bonnes relations avec la confrérie, dont l’emprise est importante sur la diaspora turque, pour séduire ses concitoyens installés à l’étranger. De passage à Paris le 11 novembre dernier, le président turc adressait ainsi le salut des Frères musulmans à ses supporters présents.

En Turquie, les droits de l’homme à la dérive

La proximité entre Erdogan et Morsi et, plus généralement, entre Erdogan et la confrérie des Frères musulmans, explique-t-elle le coup de sang du président turc à l’annonce de la présence d’officiels européens au sommet de Charm el-Cheikh ? On peine en tout cas à croire qu’une quelconque considération pour les droits de l’homme ait inspiré cette sortie. Erdogan s’émeut de l’exécution de neuf Frères musulmans ? On se souvient que si la peine de mort a été abolie en Turquie en 2004, elle ne l’a été que pour complaire aux voisins occidentaux dans la perspective d’une intégration européenne. Devant l’échec de cette concession à convaincre Bruxelles, Erdogan n’a, depuis, de cesse d’évoquer le rétablissement de la peine capitale, promettant un référendum sur la question, s’estimant prêt franchir le pas si le parlement donne son accord.

D’une manière générale, depuis le coup d’État manqué du 15 juillet 2016, imputé par les autorités au prédicateur Fethullah Gülen, Ankara n’a cessé de serrer la vis, muselant la presse, enfermant et torturant les opposants politiques par milliers. L’ONU, la Cour européenne des Droits de l’Homme et les ONG montent régulièrement au créneau, dénonçant de « graves violations des droits de centaines de milliers de personnes ». En 2018, un peu moins de deux ans après la tentative de putsch et l’instauration de l’état d’urgence, le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme publie ainsi un rapport au vitriol, recensant des cas de torture, des détentions arbitraires, des privations arbitraires du droit au travail et de la liberté de mouvement, ou encore des atteintes à la liberté d'association et d'expression.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : en 18 mois d’état d’urgence, 160 000 personnes ont été arrêtées, 152 000 fonctionnaires licenciés, des enseignants, juges et avocats ont été renvoyés ou poursuivis, des journalistes arrêtés, des médias fermés et des sites web bloqués, détaille le rapport. Le 27 février dernier, 10 ONG, parmi lesquelles Reporters sans frontières (RSF) et Amnesty International, dénonçaient encore la « campagne d’intimidation » dont elles sont victimes et le « harcèlement judiciaire » frappant la société civile. 

Si, en Turquie, journalistes, avocats, membres associatifs et opposants politiques étouffent, en fustigeant les entorses aux droits de l’homme dont se seraient rendues coupables l’Égypte et l’Europe, Recep Tayyip Erdogan, on le voit, ne manque quant à lui pas d’air.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai