L’effet aquatique de Solveig Anspach : quand cinéma rime avec aquarium

C’est comme une madeleine. Le sucre fond au contact du palais laissant un sentiment de douceur nous envahir. Le film posthume de Soveig Anspach, L’effet aquatique nous invite à un voyage poétique entre Montreuil et l’Islande que l’on souhaiterait sans fin.

L'effet aquatique de Solveig Anspach: quand cinéma rime avec aquarium 

 

 

Les éléments de la comédie romantique traditionnelle ne dérogent pas à l’appel. Samir (interprété par Samir Guesmi) rencontre Agathe (Florence Loiret-Caille) dans un bar. On fait la connaissance, en réalité des personnages dans un tout autre film de la réalisatrice : Queen of Montreuil (2013).  Bien que le bar regorge de rencontres, les deux protagonistes ne vont pourtant pas s’y aborder. C’est en apprenant qu’Agathe est maître-nageuse à Montreuil, que Samir s’inscrit à ses cours en tant que débutant pour l’approcher. L’élément perturbateur réside dans le fait, que Samir excelle en natation. Après un évident quiproquo, le voyage se poursuivra en Islande, où les deux amants vont se fuir, pour mieux se jeter à l’eau.

 

On retiendra de la première partie le corps de Samir, pataugeant dans l’eau, les yeux plongés dans le chlore, fascinés par les pieds d’Agathe. La piscine de Montreuil, unique lieu participe de la poésie du film. En effet, l’eau, personnage essentiel de l’effet aquatique est présente dans presque toutes les scènes. Des bulles, des reflets ou des plans sous-marins apportent une douceur qui contraste avec les prémices de la relation entre les personnages. Ces derniers s’opposent du tout au tout : l’un est gauche et émouvant, l’autre est garçonne et bien trempée.

 

Mais, afin d’éviter des scènes platoniques qui viendraient lasser le spectateur - avide de rire -  Solveig Anspach met en scène des personnages piquants. Tous reliés à la piscine, ils participent d’une dimension familiale. La superbe Olivia Côte et le touchant Philippe Rebbot gravitent autour du couple pour mieux les mettre en avant. Il y a également le caissier perdu qui fait comprendre à Samir que les gens du Nord « aiment beaucoup les petites Françaises ». Naïfs et drôles, ils font oublier au spectateur les tumultes de la vie politique et sociale. A la piscine Maurice-Thorez, seule l’Eau est maîtresse du temps. C’est pourquoi, l’on peut se sentir un peu désorienté, détaché de toute pression.

 

Dans la seconde partie du film, Solveig Anspach brise la fluidité du film et fait éclater la vérité : Samir sait nager. Blessée, Agathe s’envole pour un congrès de maître-nageur en Islande. En tant que bonne vieille comédie romantique Samir lui emboîte le pas. Mais, la simplicité du scénario est dépassée par des scènes cocasses, comme Samir qui, prétendant être le délégué iranien, revendique le projet de construire une piscine avec les Pakistanais. Les Olivia Côte et Philippe Rebbot sont alors remplacés par Didda Jonsdottir et Frosti Runolfsson, un duo explosif islandais qui entraînent Agathe dans leur organisation tordue : le partage d’un mandat électoral.

 

L’Islande est un élément déclencheur. Les deux protagonistes vont apprendre à lâcher prise et à se laisser couler, dans leur environnement naturel évidemment, les sources d’Islande.

 

 

L’effet aquatique, Solveig Anspach, 29 Juin 2016

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.