Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

413 Billets

3 Éditions

Billet de blog 19 mai 2013

Une émeute, à défaut d'une insurrection

Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans Les Misérables, Victor Hugo distingue l'émeute de l'insurrection. Cette dernière transporte le vieux poète romantique tandis que l'autre, à laquelle pourraient participer les Thénardier dans leur ressentiment hideux, n'a rien de positif puisqu'elle n'ouvre sur rien et qu'elle ne peut aller au-delà de la seule frustration politique et/ou sociale.

Il n'empêche, par le titre de son plus célèbre roman, Victor Hugo met Jean Valjean, Cosette, Mabeuf et les Thénardier dans le même panier : celui des Misérables qui, comme leur nom l'indique, n'ont rien. D'ailleurs, on l'oublie quelquefois, mais Gavroche est un Thénardier et Eponine est une bonne fille.

Pour parler des émeutes liées au titre de champion de France du PSG, il nous manque un Hugo.

Beaucoup disent - ils n'ont pas tort - que la misère sociale, que l'apprauvrissement galopant de certains quartiers et/ou de certaines villes dans la région parisienne n'expliquent pas tout. Certes. Mais ils n'expliquent pas rien.

Sorti de la question interne au PSG du problème des ultras, qu'on mettra ici de côté, on sait que des "casseurs" sont passés à l'action il y a deux jours et que, une fois de plus, ils ont été unanimement condamnés sans autre forme de procès par la clique - de classe ! - médiatico-parlementaire.

C'est pourtant plus compliqué. Tant que les inégalités sociales en France seront criantes, tant qu'elles iront en s'accroissant et tant qu'à côté de cela, il y a aura de beaux quartiers dans lesquels les habitants, dans leur majorité, se cassent moins le dos au travail qu'un ouvrier d'Aulnay bientôt mis dehors, il y aura des émeutes.

Quand Lady Di est morte, il y avait en Algérie, au même moment, un massacre épouvantable perpétré par l'armée algérienne ou les islamistes - on ne sait trop -. C'est Lady Di qui fit pleurer dans les chaumières. Pas les pauvres gens massacrés ni la femme éplorée dont la photo fit pourtant le tour du monde. Lady Di, ici, c'est le Trocadéro ; les gens massacrés, ce sont les banlieues populaires de notre pays.

Il y a eu quelques vitrines cassées et des voitures défoncées dans le XVIème arrondissement. Un député UMP a trouvé à dire que les fautifs étaient des descendants d'esclaves. Si cet infect parlementaire dit vrai, alors il faut voir comment l'Etat, la société et les médias aux ordres traitent les descendants d'esclaves.

En vérité, malgré un soir d'émeutes, on vit toujours mieux et plus aisément Avenue Victor Hugo à Paris qu'Avenue de Stalingrad à Saint-Denis. Dans les beaux quartiers, pas d'huissier pour vous menacer d'expulsion pour un loyer impayé. Dans les beaux quartiers, pas de flic pour vous couvrir d'injures racistes parce que vous êtes noir ou arabe. Dans les beaux quartiers, pas de souci dans une Ecole qui ne se s'occupe plus du tout désormais de faire en sorte que, foin d'héritage social, tout le monde puisse apprendre quelque chose.

Des vitres brisées et des voitures dézinguées, c'est peut-être grave. Des vies brisées, des taux de chômage monstrueux, une pauvreté endémique, c'est pire.

Le problème de ces émeutes, c'est avant tout qu'elles sont infrapolitiques. Les émeutiers ont la rage mais leur horizon est bouché. La façon dont la clique médiatique, sans aucune nuance, parle de ces jeunes gens est odieuse. On en revient à Amiens-Nord.

Que faire, alors ? C'est dans la petite bourgeoisie qu'est la réponse à cette question. Sartre y a déjà répondu : nouer des liens, faire de la politique avec le peuple réel de ce pays et construire un chemin émancipateur.

Autrement, nulle raison de voir s'éteindre les jacqueries contemporaines. D'autant que vu l'état des humbles de ce pays, on est en droit de trouver les pauvres du peuple multinational de France en vérité bien sages.

****************************

Pour les commentaires plus ou moins anisés, aller au Café des Sports.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Des traitements à prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro