Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

415 Billets

3 Éditions

Billet de blog 28 déc. 2021

Contre leur obscène démocratie, défendre et soutenir des politiques démocratiques !

Une démocratie qui accepte comme opinion le néo-pétainisme d'un Zemmour ou d'une Le Pen ? Désolé, je ne mange pas de ce pain-là. Je ne suis pas démocrate.

Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Leur démocratie Charlie - appelée aussi démocratie parlementaire - ne charrie que racisme, passions inégalitaires, morgue de classe. Tout y a droit de citer et de ce point de vue, le signifiant "Ciotti" - pour peu qu'on dise "ch", ce qui est toutefois incorrect en italien - est emblématique de l'ornière républicaine dans laquelle la France est plongée. En juillet 1940, déjà et alors qu'elle n'avait, comme aujourd'hui, que le mot République à la bouche, ses parlementaires ont joué ladite république au Casino de Vichy.
Démocratie - ou dictature - bourgeoise, démocratie du capital et de son aile radicale fascisante, oui. Thermidorienne. "La République est perdue, les brigands triomphent !" disait Robespierre. Démocratie qui souhaite Joyeux Noël au peuple en ayant laissé, un mois pile avant les agapes du réveillon, se noyer des migrants dans la mer froide près de Calais.
Tout est admis dans cette démocratie sauf la justice et l'égalité qui, elles, exigent qu'on défende des principes alors que tout est soumis aux suffrages, même le droit à l'accès aux soins médicaux pour les sans-papiers. 
Pendant ce temps, un juif antisémite un temps apprécié de Macron et partagé entre le décret Crémieux sous l'Algérie française et la haine des juifs étrangers, y déverse tranquille ses pétainisteries. Tout cela est soumis aux suffrages, testé dans les sondages. Si vous protestez, on vous dit "C'est la démocratie ! Hé, quoi, tu préfères Staline ou Mao ?". L'hallu.
Et pourtant non. Tout ne se vaut pas. L'amour ne vaut pas la haine et l'émancipation ne vaut pas la passion de l'inégalité.
Le racisme n'est PAS une opinion, comme disait Sartre. L'islamophobie est une saloperie, un signal lancé par nos élites républicaines aux vieux bouges rances d'une France désindustrialisée par ces mêmes "élites". Si la démocratie, c'est la majorité, alors au vu des foules qui acclamaient Pétain ou de l'adhésion massive du peuple allemand au nazisme jusqu'à la défaite finale, il faudra assumer que Vichy et Hitler fussent des émanations démocratiques.
Mais non. Démocratie comme liberté ne veulent ici rien dire. La liberté d'opinion est une vaste foutaise. D'abord, si elle est égalitaire mais minoritaire, l'opinion, tout le monde s'en fout. Ensuite, si elle contrevient à l'épais consensus Charlie, y a des dissolutions qui tombent.
Bref, je ne suis pas démocrate. Et si je mets un bulletin Mélenchon dans la même urne que le lepéniste/zemmouriste à deux rues de chez moi, ce n'est que tactique afin d'éviter le pire. Car le tout-à-l'égout parlementaire en vogue nie les principes démocratiques, la justice et l'égalité entre tous les habitants d'un espace politique commun étant la base de toute démocratie réelle. Que seuls les habitants de nationalité française aient en France le droit de vote contrevient à ces principes.
De fait, donc, les politiques démocratiques de Fidel Castro - Santé pour tous, éducation de masse, culture accessible à tout le peuple - valent bien mieux que la République française thermidorienne qui honore les winners du capital et verse une larme de crocodile pour les migrants avant d'ériger de nouveaux murs aux frontières de l'Europe.
Je suis pour les politiques démocratiques. La démocratie, c'est la prime à CNews, au bourrage de crâne, au poisson pourrissant par la tête. Il y a des opinions odieuses, criminelles, prépogromistes. Qu'elles soient mises en balance dans l'élection qui vient est une abjection sans nom. Un ouvrier originaire du Tiers-monde fait plus pour la France que les éructeurs obscènes des plateaux de Bolloré.
De ce point de vue-là aussi, la disparition de l'Union des Républiques socialistes soviétiques est une catastrophe.

Vivent les politiques démocratiques, pour la justice et l'égalité. Vive le "despotisme de la liberté" !

Définitivement, élections, piège à cons !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo