Que vont-ils faire de la formation professionnelle....

Voici la nième réforme de la formation professionnelle: le jouet de tout gouvernement. Tour à tour casse, ou détricotage, ou bidouillage. On s'amuse avec l'argent tant convoité de la formation (autour de 70 milliards). Géré para les OPCA, tout puissants mais ils jouaient le jeu et étaient contrôlés. Là, cela passerait dans les mains de l'URSSAF et donc....

Rien de tel pour obscurcir le chemin, si compliqué déjà, de la formation: les salariés sont ballotés, les employeurs noyés, les conseillers (Pôle Emploi ou autres) perdus (à la ramasse pour reprendre la terminologie de certains bénéficiaires). Moi même professionnel de la formation  pro pour adultes (depuis 25 ans), chaque réforme est un coup de frein (pour ne pas dire un coup de massue) aux élans et à la bonne volonté des acteurs. nouvelles règles (alors que les anciennes venaient à peine d'être intégrées), nouveaux acteurs (alors que les anciens étaient tout juste rodés), nouvelles habitudes....enfin on ne s'y prendrait pas autrement si on voulait tuer la formation des adultes!! Foutez-nous la paix bordel (euh le dernier mot est sûrement de trop mais fallait que ça sorte). Tout ça pour mettre la main sur le fameux pactole trop alléchant de la formation professionnelle et, à n'en pas douter, se servir au passage (pour la bonne cause cela va sans dire) pour le détourner de sa fonction et aller combler le trou de je ne sais trop quel déficit. Pendant ce temps, on aggrave le déficit de la formation en France: celui des jeunes en manque d'orientation et de savoir-faire, celui des salariés en manque d'informations, celui des seniors en manque de reconnaissance etc...

Je ne sais pas si cela intéresse l'opinion publique, surtout en ce moment avec les cheminots qui monopolisent (ils ont l'habitude du monopole) l'opinion mais, on touche pourtant là à notre avenir certain (la formation professionnelle c'est à tout âge et à toute circonstance). Portons notre réflexion à cela.

Merci

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.