Yves Besançon
Economiste, professeur de sciences économiques et sociales, et ancien Attaché de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).
Abonné·e de Mediapart

103 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 avr. 2012

Yves Besançon
Economiste, professeur de sciences économiques et sociales, et ancien Attaché de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).
Abonné·e de Mediapart

Le creusement des inégalités de revenus en France sous la présidence de Nicolas Sarkozy

La médiocrité du bilan économique et social du président-candidat Nicolas Sarkozy ne saurait malheureusement se limiter aux résultats désastreux en termes de hausse du chômage, de stagnation du pouvoir d’achat, d’augmentation de la dette publique, d’accélération de la désindustrialisation et de la détérioration du déficit de la balance commerciale observées sur la période 2007-2011[1].

Yves Besançon
Economiste, professeur de sciences économiques et sociales, et ancien Attaché de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La médiocrité du bilan économique et social du président-candidat Nicolas Sarkozy ne saurait malheureusement se limiter aux résultats désastreux en termes de hausse du chômage, de stagnation du pouvoir d’achat, d’augmentation de la dette publique, d’accélération de la désindustrialisation et de la détérioration du déficit de la balance commerciale observées sur la période 2007-2011[1]. Il nous faut aussi faire état de l’aggravation sensible des inégalités de revenus en France durant ce quinquennat de la décadence économique et sociale, de surcroît, une aggravation beaucoup plus marquée par rapport à celle constatée au niveau de l’ensemble de l’Europe. Comme quoi, et particulièrement dans un contexte de crise économique mondiale où la fragilisation des plus démunis appelle un renforcement de la redistribution, les choix gouvernementaux en matière de politique économique et sociale sont déterminants.

Grâce à l’enquête annuelle sur les revenus et les conditions de vie que réalise Eurostat (EU-SILC) [2], nous pouvons faire une comparaison internationale, pour les pays de l’ensemble de l’Union européenne, sur le front de l’évolution des inégalités en matière de répartition des revenus. On retiendra l’indicateur calculé par Eurostat, à savoir le ratio entre la part du revenu total perçu par les 20 % de la population ayant le revenu le plus élevé (quintile supérieur) et la part du revenu total perçu par les 20 % les plus pauvres (quintile inférieur). Ne disposant pas encore des résultats pour l’année 2011, nous ferons le bilan comparatif sur la période 2007-2010.

Comme l'indique le graphique ci-dessous, le ratio entre les plus riches et les plus pauvres connaît une progression conséquente en France, avec une hausse de 15,4 % entre 2007 et 2010, nettement plus forte que celle enregistrée pour l'ensemble de la zone euro ou l'Union européenne (+ 2,0%). Cette évolution positionne la France parmi les pays européens où l'aggravation des inégalités a été la plus forte. Seuls l'Espagne (+30,2 %), la Lituanie (+ 23,7 %) et le Danemark (+ 18,9 %) ont fait pire. On constate, en revanche, à l'extrémité, une réduction des inégalités sensible sur la période étudiée pour la Roumanie (baisse de 23,1 % du ratio), la Bulgarie (-15,7 %) et le Portugal (-13,8 %).      

Les mauvais résultats de la France en matière d’évolution des inégalités de revenus ne sont guère étonnants, eu égard à la politique fiscale mise en œuvre depuis 2007, une politique n’ayant eu de cesse d’être la plus fidèle servante de l’injustice fiscale, avant et pendant la crise économique et financière. Avant, avec les cadeaux fiscaux accordés essentiellement aux hauts et très hauts revenus dans le cadre de la loi Tepa mise en œuvre dès l’été 2007 ; et enfin, pendant la crise, en faisant supporter principalement sur les classes laborieuses et moyennes les efforts demandés dans le cadre de la politique d’austérité, décidée au nom de la crise de la dette publique. Au final, les choix gouvernementaux en matière de prélèvements obligatoires sous la présidence de Nicolas Sarkozy ont consisté à renforcer, et de façon « royale », la régressivité de notre système fiscal qui profite scandaleusement à la fraction la plus riche de notre société. Comme le montrent les travaux de l’économiste Thomas Piketty maintenant bien connus dans ce domaine de la fiscalité, et résumés par le graphique ci-dessous caractérisant notre système fiscal actuel, après une progressivité quasi-inexistante entre les 50 % et les 95 % les plus riches en termes de revenus, le chemin de la régressivité heureuse s’ouvre de façon scandaleuse et généreusement à nos 5 % les plus nantis [3]. Ainsi, sur un revenu mensuel brut de 63.000 euros, le taux global d’imposition effectif est plus faible de 8 points par rapport à celui que supporte un revenu brut de 1700 euros par mois !

Il semblerait que Nicolas Sarkozy ait oublié, dans sa lettre aux Français, d’aborder cette question pourtant cruciale du creusement des inégalités de revenus durant son quinquennat. Probablement, par simple inadvertance ou peut-être par aimable courtoisie à l'égard de la "majorité silencieuse"...

_______________________________

[1] Sur tous ces aspects du bilan chiffré du président sortant Nicolas Sarkozy, on pourra également, en particulier, se reporter utilement aux éclairages suivants :

La fin d’un règne par la dette publique…..

Le président du chômage 

Le président du pouvoir d'achat ?

[2]

http://epp.eurostat.ec.europa.eu/tgm/table.do?tab=table&init=1&plugin=1&language=fr&pcode=tsisc010

[3] Le graphique présente le taux global d’imposition (incluant tous les prélèvements obligatoires) en fonction des groupes de revenus, avec en abscisses les percentiles de 0 à 100 %. Ainsi, P0-10 désigne les 10 premiers percentiles, c’est-à-dire les 10 % des personnes avec les revenus les plus faibles (autrement dit le premier décile) ; P10-P20 regroupe les 10 % suivants pour donner le quintile inférieur, etc. On remarque que les taux d’imposition n’augmentent que légèrement jusqu’au 95ième percentiles (d‘où le premier constat d‘une faible progressivité de notre système fiscal), pour ensuite baisser pour les 5 % les riches (d’où le second constat d’une régressivité injuste et indécente socialement) en raison de la multiplication des « niches fiscales » et de la « surtaxation » des revenus du travail par rapport aux revenus du capital. Pour plus de développements sur les travaux de Thomas Piketty, se reporter au lien suivant :

http://www.revolution-fiscale.fr/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — Terrorisme
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon