Yves Besançon
Economiste, professeur de sciences économiques et sociales, et ancien Attaché de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).
Abonné·e de Mediapart

103 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 janv. 2012

Yves Besançon
Economiste, professeur de sciences économiques et sociales, et ancien Attaché de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).
Abonné·e de Mediapart

Bilan 2011 des «indignés»: les premiers pas sur le chemin de l’espérance démocratique des peuples

Dans l’obscurité des ténèbres de l’oppression néolibérale des peuples par la dictature financière, une lumière de rébellion, s’inspirant du Printemps arabe, s’est enfin éclairée en 2011 à travers le mouvement des "indignés" en Europe et Outre-atlantique (le mouvement "Occupy Wall Street").

Yves Besançon
Economiste, professeur de sciences économiques et sociales, et ancien Attaché de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans l’obscurité des ténèbres de l’oppression néolibérale des peuples par la dictature financière, une lumière de rébellion, s’inspirant du Printemps arabe, s’est enfin éclairée en 2011 à travers le mouvement des "indignés" en Europe et Outre-atlantique (le mouvement "Occupy Wall Street").

Incontestablement, ce formidable sursaut citoyen nous a rappelé, s’il en était besoin, que les démocraties occidentales n’appartiennent pas aux peuples, mais à une petite oligarchie financière face à laquelle les "indignés" ont exprimé leur souffle de colère et de lucidité. Une oligarchie qui a su tisser subtilement les fils d’une "duperie démocratique" dans le cadre du capitalisme industriel naissant, dès le lendemain des premières révolutions des Droits de l'homme et du citoyen depuis la fin du XVIIIe siècle, en détournant celles-ci de leur essence profonde, une "duperie démocratique" pleinement consacrée à partir de la fin du XXe siècle avec le triomphe d’un capitalisme financier appauvrissant les classes laborieuses. Et cette "farce démocratique" a su insidieusement endormir les peuples, esclaves qu'ils sont devenus du déterminisme redoutable d'acceptation de l'exploitation et de son cortège d'inégalités illégitimes et insupportables. Même si le constat est effrayant, il faut néanmoins donner à cette servitude volontaire des "circonstances atténuantes" : une école faussement républicaine au service de la reproduction sociale et de l'inculcation des valeurs matérialistes du productivisme et du néolibéralisme, ainsi que la mainmise désinformatrice des grands médias sur les consciences.…..le tout enveloppé d'une collusion d’intérêts subtilement dissimulée entre la classe politique dirigeante et la minorité possédante de l'appareil productif et spéculatif.

À travers le mouvement contestataire des "indignés", des fissures porteuses d’espoir apparaissent dans l'édifice de l'exploitation des peuples mis en place par l'oligarchie politico-financière et médiatique. Pour autant, ce réveil démocratique et la révolution des mentalités qu’il peut emmener avec lui, sont encore, de toute évidence, bien loin de gagner l'immense majorité des peuples, et d'ailleurs, plus par aveuglement que par résignation de ces derniers. Combien de nos concitoyens sont-ils, en effet, pleinement convaincus que la crise des dettes souveraines est le fruit pourri de la cupidité de la minorité qui les exploite en s'étant démesurément enrichie sur le dos des travailleurs ?

Combien sont-ils vraiment conscients, qu'en voulant les gaver de ce fruit pourri par des politiques d'austérité au service du remboursement d'une dette publique en grande partie illégitime, les dirigeants politiques ne sont que les simples exécutants complices de l'oligarchie financière qui nous gouverne ? Enfin, combien sont-ils profondément heurtés au point de renoncer à leur traditionnelle servitude volontaire, face à un autre fruit pourri de l’exploitation de l‘homme par l‘homme, celui d’inégalités de revenus et de patrimoines encore spectaculaires et consternantes dans nos pays dits "riches" ?  

Combien ?!!? Certainement trop peu encore aujourd’hui pour tous les humanistes qui se reconnaîtront dans ce questionnement. Probablement trop peu aussi, en France, pour attendre de mai 2012, subitement, la révolution pacifique à laquelle aspire tout humaniste qui se respecte, surtout après la tâche noire dans l’histoire de nos institutions de cinq années de sarkozysme. Mais suffisamment tout de même, et n’en déplaise à la cupidité cynique et sereine de nos oligarques, pour poursuivre avec espoir le combat contre les impostures de notre régime économique et social, avec les armes pacifiques de l’instruction publique, de l’éducation citoyenne, de la défense de la liberté d’expression et de l’émancipation de l’information au service des valeurs de la démocratie et du progrès social……sans oublier bien évidemment la RÉVOLTE citoyenne de l‘indignation de tous les peuples !

______________

Photo n°1 : les "indignés" espagnols, Madrid. Source : Attac Suisse.

Photo n°2 : mouvement des "indignés" de Wall Street, le 3 octobre 2011. © Reuters/Mike Segar

Photo n°3:  Bruxelles, le 19 juin 2011. Source :  La gazette de Bruxelles.

Photo n°4 : les "indignés" espagnols à Perpignan, le 16 août 2011. Source : sos-crise.over-blog.com

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org