Petites chroniques des temps troublés

Petites chroniques en vrac : c’est reparti pour les retraites et le revenu universel. Dupont-Aignan perd Tanguy. Le racisme de la presse et des réseaux « sociaux » de caniveau. Edgar Morin pour relever le niveau.

C’est reparti

sans-titre-11
Il fallait s’y attendre : Bruno Le Maire, ministre des finances, de l’économie et de la relance, déclare qu’il faut relancer la réforme des retraites pour faire des économies, compte tenu des dépenses énormes que l’Etat a dû engager dans le contexte de la crise sanitaire et la crise économique qu’elle entraînait. Il avoue ainsi que la réforme Macron était bien là pour dépenser moins et pour réduire drastiquement le montant des pensions.

sans-titre-12
La ministre du travail, Elisabeth Borne, a rappelé que cette réforme était faite pour remettre de l’égalité entre les régimes et qu’il n’y avait qu’une urgence pour le moment : lutter contre l’épidémie. Donc, rien n’est fait et je doute que d’ici 2020 le pouvoir se paye le luxe de se relancer dans un nouveau bras de fer avec les forces sociales du pays. Mais la vigilance est de rigueur, car le prix à payer pour la crise sanitaire ne doit être assumé ni par les retraités (qui ne perçoivent pas une aide de l’État mais le produit de leurs cotisations), ni par les classes populaires ni par les (petites) classes moyennes. [29 novembre]

Le culot du Sénat

L’amendement, adopté par une majorité de droite (LR-UDI), reporte le départ en retraite à 63 ans et accélère le passage aux 43 années de cotisation (qui ne devaient être atteints qu’en 2035). Ça ne survivra sans doute pas à la navette parlementaire (l’Assemblée Nationale ne devrait pas l’entériner, on verra) mais ces sénateurs font preuve d’un culot et d’un mépris à toute épreuve. [16 novembre]

[internet] [internet]

Débat sur le revenu universel

sans-titre-13
Les députés ont adopté jeudi (26/11) une proposition de résolution relative au lancement d’un débat public sur la création d’un mécanisme de revenu universel appelé "socle citoyen" [LCP : ici]. Proposition portée par Valérie Petit, députée LREM, et soutenue par quelques élus de gauche dont un proche de Benoit Hamon qui défendait un projet de revenu universel pendant la campagne présidentiel de 2017 (et qui vient de publier un « plaidoyer » sur le sujet). Le montant du « socle citoyen » n’est pas fixé mais il s’agirait de fondre en une seule plusieurs prestations. La députée LREM affirme que ce n’est « ni de droite ni de gauche »… donc méfiance. Et que serait défendue « la valeur activité »… donc re-méfiance. Et que ce ne serait pas pour favoriser « l’assistanat »… donc re-re-méfiance, avec ce genre de démenti qui vaut confirmation. Le pouvoir macroniste envisageait un RUA (revenu universel d’activité), passé avec la crise sanitaire (provisoirement) à la trappe. Plus grande prudence envers des projets émanant du monde dit libéral dont certains consistent carrément à casser la protection sociale. [28 novembre]

À droite de l’extrême-droite

sans-titre-9
L’AfD (Alternative pour l’Allemagne) tenait congrès le week-end dernier : 600 délégués, pour ce parti d’extrême-droite, qui a remplacé l’euro par le migrant comme ennemi principal, dont certains leaders ont été membres d’organisations néonazies, et qui compte 89 députés sur 709 au Bundestag. Le leader actuel demandait à la tribune que la AfD ait au moins « une apparence de sérieux », traitant certains membres « d’adolescents en pleine puberté qui cherchent à jouer aux super-mecs ». Ainsi, il a dénoncé ceux qui accusent le gouvernement d’être une « corona-dictature » et compare la loi de protection contre l’épidémie à celle qui donna les pleins pouvoirs... à Hitler en 1933 !

Alors l’opposition radicale, l’extrême droite de l’extrême droite en quelque sorte, a rué dans les brancards et l’a accusé « de faire le jeu des vieux partis ». Rififi qui peut déboucher sur un éclatement d’un parti dont un ancien porte-parole a, cette année, confié à une jeune activistes identitaire que les migrants, on pourra « les abattre ou les gazer ». Une caméra cachée avait enregistré la scène. [sources : Le Monde, Le Figaro, The Conversation] [1er décembre]

La presse de caniveau

Dans l’affaire du tabassage de Michel Zecler, 41 ans, producteur de musique, le procureur met en examen 4 policiers et 3 d’entre eux pourraient être mis sous écrou. Le ministre de l’intérieur a parlé de révocations, le Président de la République a publié un texte sur Facebook et aurait téléphoné à la famille de Michel Zecler : on peut imaginer que ces personnalités se prononcent dans ce sens après avoir été (bien) informés. Il n’empêche que le JDD aujourd’hui ressort une vieille affaire judiciaire lorsque Michel Zecler avait 20 ans ! Quant à l’hebdo de l’extrême-droite, Valeurs actuelles, il cite des sources policières selon lesquelles l’homme tabassé l’avait bien cherché puisqu’il ne portait pas de masque et qu’il était suspecté d’avoir de la drogue [en réalité 1/2 gramme découvert... dans son local après une perquisition après son agression !]. Ce n’est pas la première fois que cette presse de droite puante obtient d’éléments policiers manifestement extrémistes des infos vraies ou bidonnées pour discréditer des victimes ayant mis en cause la police. [29 novembre]

Les racistes anti-Théo

sans-titre-14
En lisant les infos aujourd’hui sur cette affaire Théo [ici], je pense à ce que j’ai lu ces trois dernières années sur des comptes Facebook de racistes anti-musulmans, anti-palestiniens, pro-Nethanayu (dont l’un ancien journaliste d’un grand quotidien), accusant Théo d’être un menteur. Aujourd’hui, ils montent au créneau pour accuser la Défenseur des droits, Claire Hédon, d’être « totalement indigénisée et islamisée ». Cette mise en cause des policiers serait dirigée contre l’Etat d’Israël. Dans un délire inouï, l’un d’eux (l’ancien journaliste) accuse « des médias de gauche, des magistrats de gauche, des institutions de gauche... [de s’associer aux islamistes] pour jeter à bas des outils démocratiques ». Que font les médiateurs de Facebook face à ces propagateurs de fake-news et d’insultes à l’encontre de la Défenseure des droits ? [27 novembre]

Castaner l’opportuniste

sans-titre-15
Christophe Castaner se réveille ? Il a longtemps affirmé qu’il n’y avait jamais eu l’ombre de la moindre violence policière et aujourd’hui il dénonce cette violence incroyable contre ce producteur musical. D’abord, si Michel [Zecler] n’avait pas pignon sur rue, on n’aurait jamais entendu parler de cette affaire. Idem s’il n’y avait pas eu des caméras pour filmer et capter cette ignominie. Enfin, Castaner monte au créneau en opportuniste qu’il est fondamentalement : il s’inscrit dans des règlements de comptes qui règnent au sein de la majorité. Petit personnage. [27 novembre]

Le Pen débauche

Tanguy quitte le domicile de Papa Dupont-Aignan ! Après 8 années auprès du patron de Debout La France, voilà que ce porte-parole rejoint le Rassemblement National. Un autre responsable lâche NDA, tous deux dénoncent sa stratégie. Vont-ils plus à droite ? Pas sûr, car Dupont est déjà très à droite, il suffit de lire ses tweets, sauf que je ne peux plus les lire, en effet il m’interdit l’accès à son compte (ce dont je suis fier). Mais peut-être que c’était le petit Tanguy qui tweetait en rafale plus vite que son ombre ? Quelqu’un pourrait-il me dire si NDA dans ses tweets est encore d’extrême-droite et raciste ? Avant que je ne le constate lors de sa prochaine interview. [23 novembre]

Deux France s’opposent : humaniste et identitaire

Le sociologue et philosophe Edgar Morin a accordé une longue interview au Monde [21/11]. Il constate le raidissement des antagonismes de deux France : l’une humaniste, l’autre identitaire. Il dénonce la confusion qui est entretenue par certains entre islam et djihadisme, islam et islamisme (refus de la démocratie et de la laïcité), alors que la majorité des musulmans acceptent les lois de la République et les croyants sont d’autant plus pacifiques qu’ils considèrent que leur religion est une religion de paix. Il reconnaît le droit à caricatures mais ne s’interdit pas à dire qu’elles peuvent choquer des croyants : le dire consiste en aucun cas à justifier de quelque manière que ce soit les actes barbares qui ont été commis. «Toute résistance à une islamophobie croissante devient signe abject d’islamo-gauchisme – lequel a cette particularité de n’être ni partisan de l’islam ni gauchiste –, voire de complicité avec les assassins.»

Il résume ainsi le combat à mener : «Je sens la nécessité de lutter sur deux fronts : celui de la résistance à la xénophobie, aux racismes, à l’islamophobie, à l’antisémitisme, qui sont des barbaries de civilisation moderne, et celui de l’action contre les fanatismes meurtriers qui portent en eux toute la vieille barbarie. Cette action comporte évidemment la répression de la violence meurtrière, mais elle comporte aussi la prévention qui elle-même comporterait une politique des banlieues, une réduction des inégalités sociales et économiques, et une éducation humaniste régénérée». C’est assez impressionnant de voir comment cet homme, à bientôt 100 ans, développe encore une pensée féconde et défend sans se trahir les valeurs qu’il a toujours défendues.

Evidemment, on pouvait s’attendre à ce que Charlie hebdo lui rentre dedans. Il y a 15 jours, Gérard Biard vouait aux gémonies quiconque osait ne pas encenser les caricatures, dont le professeur du Collège de France François Héran (dont on connaît l’engagement en faveur des migrants). Mais aujourd’hui, dans Charlie, rien sur Morin ! C’est Jack Dion, sur le site de Marianne qui s’en charge indirectement, pour vilipender certains commentateurs et Edgar Morin (sur lequel il ironise : une «grande conscience») pour un propos tenu sur Europe 1, et dérouler toujours cette même attaque caricaturale et outrancière : tout propos qui ne louange pas les caricatures se fait complice des tueurs ! [25 novembre]

[dessin de Laurent Corvaisier dans Le Monde] [dessin de Laurent Corvaisier dans Le Monde]

. Ces petites chroniques sont parues sur mon compte Facebook à la date indiquée entre crochets.

Billet n° 587

  Le blog Social en question est consacré aux questions sociales et à leur traitement politique et médiatique. Parcours et démarche : ici et .

Contact : yves.faucoup.mediapart@sfr.fr ; Lien avec ma page Facebook ; Tweeter : @YvesFaucoup

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.